Apocalypse 17 : 6 : Elle a torturé et mis à mort de fidèles chrétiens : Jean Hus, Jérôme de Prague et les Hussites au 15ème siècle


 

Elle a torturé et mis à mort de fidèles chrétiens :  

Jean Hus, Jérôme de Prague et les Hussites au 15ème siècle

 



Apocalypse 17 : 6 : « Je vis cette femme ivre du sang des saints, du sang des témoins de Jésus. En la voyant, je fus saisi d'un grand étonnement. »


 Condamnés en raison de leur sincérité

De nombreuses personnes ont courageusement défendu la vérité et l’enseignement de Dieu contenu dans les Saintes Écritures. Cela a attisé la haine des religieux supposés représenter Dieu sur terre… !

Jan Hus est un théologien, universitaire et réformateur religieux tchèque. Il prend publiquement la défense des écrits de John Wyclif condamnés par une bulle pontificale du 20 décembre 1409 qui ordonne leur destruction et l'interdiction de prêcher leur doctrine. 

Tout comme Wyclif, il s’élève contre le 
système ecclésiastique, prêche la réforme de l’Église et prône le retour à la pauvreté évangéliqueL’Évangile est la seule règle et tout homme a le droit de l’étudier. Dans Questio de indulgentiis (1412) il condamne les indulgences. Il enseigne le salut par la foi et par grâce et non par les œuvres. 

En 1409, Jan Hus est nommé recteur de l'université de Prague, alors la capitale du Saint-Empire romain germanique
En dénonçant sa proximité théologique avec Wyclif, ses détracteurs l’accusent d’hérésie.
Il entre aussi en conflit avec 
le roi de Bohême, Venceslas IV, qui a autorisé des envoyés du pape à vendre des indulgences pour financer une croisade contre le roi de Naples. 
En effet, le 
pape Alexandre V meurt en 1410. L'antipape Jean XXIII lui succède. En 1411, il entreprend une croisade contre le roi Ladislas Ier de Naples, protecteur du « pape de Rome » Grégoire XII. Cette croisade nécessite un financement. La vente d'indulgences permet à la papauté de lever des fonds. 
Jean Hus est excommunié le 21 février 1411 par Grégoire XII.

Le 24 juin 1412, Jan Hus, remarquable orateur, provoque une émeute populaire durement réprimée. Un cortège d’étudiants, conduit par le disciple de Hus Jérôme de Prague, cloue au pilori la bulle pontificale puis la brûle. Trois étudiants, qui ont empêché un prêtre de prêcher l’achat d’indulgences, sont exécutés à la hache.


 Le concile de Constance (1414-1418)

En novembre 1414, sous la pression de l’
empereur Sigismond, l'antipape Jean XXIII convoque le concile de Constance dans le but de mettre fin au scandale du Grand Schisme d'Occident. Trois « papes » se disputent alors le trône de saint Pierre : Grégoire XII, « pape de Rome » ; Jean XXIII, « pape de Pise » ; Benoît XIII, « pape d'Avignon ».
C'est en grand apparat que les représentants des grandes nations catholiques — c'est-à dire tous les prélats et princes que compte alors la chrétienté se réunissent à Constance. Le concile va se tenir de 1414 à 1418. 

Jan Hus souhaite s'y rendre car il y voit l'occasion de défendre publiquement ses thèses. Seulement il y est arrêté en décembre 1414.
Le 27 juin 1415, ses écrits sont condamnés comme hérétiques. Le 6 juillet 1415, un jugement rendu dans la cathédrale de Constance condamne solennellement Jan Hus comme hérétique. Dépouillé de ses habits sacerdotaux, il est réduit à l'état laïc puis « livré au bras séculier », c'est-à-dire au pouvoir temporel qui le 
condamne à être brûlé vif. Le bourreau lui arrache ses vêtements, le lie au poteau puis l'entoure de paille humide et de fagots.

Ses cendres sont ramassées et jetées dans les eaux du Rhin, afin que personne ne puisse conserver les reliques de ce martyr. En raison du lien étroit qui existe entre les thèses de Hus et celles de Wycliffe, le concile de Constance condamne aussi ce réformateur à titre posthume. Il ordonna que ses ossements soient exhumés et incinérés, et que ses cendres soient lancées dans la Swift, une rivière d’Angleterre. 

Jean Hus est resté, jusqu’à la fin, fidèle à ses convictions et a déclaré : «
 Ces évêques m'exhortent à me rétracter et à abjurer. Mais moi, je crains de le faire pour ne pas être trouvé menteur devant le Seigneur et aussi pour n'offenser ni ma conscience, ni la vérité de Dieu ».


 Jérôme de Prague et les Hussites subissent à leur tour de terribles persécutions

Par la suite, 
Jérôme de Prague, le plus éminent disciple de Hus, est à son tour brûlé sur le bûcher.
Le martyre de Jan Hus entraîne 
18 ans de guerre en Bohême. Les Hussites vont résister avec acharnement à 5 croisades (croisades contre les hussites) lancées contre eux à l’initiative du pape et avec le soutien de l’empereur Sigismond de Luxembourg (empereur de l’empire romain germanique de 1410 à sa mort en 1437 ; roi de Bohème à partir de 1419). Il se produit également une guerre civile entre hussites, les modérés (les Utraquistes) et les hussites plus radicaux (les Taborites). Cette période de guerres dure de 1419 à 1436 et se termine par un compromis entre les Utraquistes et Rome. 


 N'oublions jamais !

Tous ces fidèles chrétiens ont montré un 
courage admirable devant les pires tortures et les plus intolérables souffrances. La raison d'un tel acharnement des plus cruels? Leur désir de faire la volonté de Dieu en restant attaché à son enseignement originel, la Vérité enseignée dans les Saintes Écritures. Leur dévouement, leur sincérité, leur fidélité, leur intégrité ont été punis avec la plus grande barbarie. Qui est à l'origine d'actes aussi impitoyables? Le clergé de la chrétienté qui affirme suivre les traces du Christ !! Jésus-Christ qui a enseigné l'Amour du prochain !!

Babylone la grande devra payer pour tout ce sang innocent versé, pour toute cette souffrance qu'elle a imposée en association avec ses amants, les rois de la terre," le bras séculier", et pour avoir blasphémé contre Dieu en déclarant agir en son nom !!

Le regard de Dieu a vu toutes les souffrances infligées en son nom, il réclamera vengeance. Justice doit être faite. Toutes les créatures spirituelles en sont témoins, rien n’est caché, rien n’est oublié.
Apocalypse 6 :9, 10 : " 9 Quand il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l'autel l'âme de ceux qui avaient été mis à mort à cause de la parole de Dieu et à cause du témoignage qu'ils avaient rendu. 10 Ils crièrent d'une voix forte: «Jusqu'à quand, Maître saint et véritable, tarderas-tu à faire justice et à venger notre sang sur les habitants de la terre?" »

Olivier

 


Écrire commentaire

Commentaires: 0