Apocalypse 1 : 9 : Jean est exilé sur l'île de Patmos et y reçoit les visions de l'Apocalypse


Jean est exilé sur l'île de Patmos et y reçoit les visions de l'Apocalypse


 

Apocalypse 1 : 9 : « Moi, Jean, votre frère, qui participe avec vous, à l’affliction, à la royauté et à la patience en Jésus-Christ, j’étais dans l’île appelée Patmos, à cause de la parole de Dieu et du témoignage de Jésus. »

Patmos est appelée la Jérusalem de la mer Egée. L'apôtre Jean y a été exilé en l'an 95 par l'empereur romain Domitien. Il y reçoit la révélation de l'Apocalypse de la part de Jésus.

L'île de Patmos - image Pixabay


 Situation
 
La petite île de 
Patmos (34 km2) appartient au Dodécanèse, un archipel de la mer Egée, non loin des côtes turques, qui regroupe plus de 160 îles et îlots, pour la plupart inhabités. Dodécanèse signifie «douze (dōdeca) iles (nēsos)» en raison des 12 îles principales de l’archipel dont fait également partie Rhodes.
L’île de Patmos a une forme d’hippocampe. Elle est parfois surnommée “
la Jérusalem de la Mer Egée“ pour son atmosphère de recueillement.
L'essentiel de l'économie de l'île se base sur le tourisme culturel, voire religieux, dû à la présence d’un centre historique (
Chorá), avec le monastère de Saint-Jean-le-Théologien et la grotte de l’Apocalypse classés patrimoine mondial de l’UNESCO en 1999.
 
 
 Histoire
 
Les Romains ont utilisé l’île de Patmos comme 
lieu de déportation. Ainsi, en 95 ap J-C, l’Empereur Domitien y exile l’évangéliste Jean qui y rédige l’Apocalypse.
A partir du 4e siècle, Patmos commence à attirer les pèlerins chrétiens, mais au 7e siècle, les Sarrasins déferlent dans les îles de la mer Egée et Patmos, comme beaucoup d’autres îles, est désertée. Elle demeure inhabitée jusqu’au 11e siècle.

 

En 1088, Christodoulos, un higoumène (abbé orthodoxe) menant une vie monastique rigoureuse, fait construire, avec l’aide de l’empereur byzantin Alexis 1er Comnène, le monastère de Saint-Jean-le-Théologien à l’emplacement d’un temple d’Artémis (déesse de la chasse). Ce monastère qui a l’aspect extérieur d’une forteresse médiévale deviendra un centre spirituel important dans les siècles suivants. Il abrite également une remarquable collection de manuscrits, d’icones, d’objets et d’œuvres liturgiques.

Le monastère de Saint-Jean-le-Théologien a été construit à l’emplacement d’un temple d’Artémis. Il est classé patrimoine mondial de l'unesco.

Le monastère de Saint-Jean-le-Théologien sur l'île de Patmos  

Wikipedia Commons

 

Le monastère qui dépend du patriarcat œcuménique de Constantinople, a été autrefois peuplé de 1700 moines mais n’en compte plus qu’environ 25 de nos jours. Cependant, son patrimoine foncier reste important puisqu’il possède la majeure partie de Patmos et des propriétés dans d’autres îles.
 
Contre le mur d’enceinte du monastère est blottie 
la ville de Chora (ou Hora) aux maisons blanchies à la chaux.

La ville de Chora à Patmos est blottie contre la muraille du monastère de de Saint-Jean-le-Théologien. L'évangéliste Jean a été exilé sur l'île de Patmos en l'an 95 par l'empereur romain Domitien.

Chora – Patmos - Unesco

 
En 1207, Patmos passe sous la domination vénitienne avant d’être conquise par l’empire ottoman en 1537. L’occupation turque dure jusqu’en 1912.
Italiens, Allemands et Britanniques l’occupent jusqu’à son rattachement à la Grèce en 1946.
 
Au nord de Chora, à mi-chemin entre la ville et le port central de 
Skala se trouve la grotte de l’Apocalypse, un sanctuaire considéré comme le lieu où l’apôtre Jean aurait rédigé l’Apocalypse. Cette grotte creusée dans la roche constitue le sous-sol d’un petit monastère.
 
Rien dans la Bible ne permet d’affirmer que Jean a reçu les visions de l’Apocalypse dans une grotte. Et combien même, on peut s’interroger sur la tendance humaine à transformer un lieu historique en un 
lieu de vénération où l’on interprète le moindre creux ou fissure de la roche comme un signe du ciel.
En effet, en descendant dans cette grotte, on y verrait la couchette où Jean dormait, la pierre où il reposait sa tête dans une sorte de creux arrondi, un petit creux ovale sur la paroi de droite où Jean aurait posé ses doigts quand il priait et une triple fissure au plafond qui serait la preuve de la Trinité !
 
Le fait est que la grotte de l’Apocalypse, lieu de pèlerinage important, est devenue un lieu de vénération.

La grotte de l'Apocalypse où l'apôtre Jean aurait reçu les visions de l'Apocalypse. C'est un sanctuaire qui est vénéré. Attention à l'Idolâtrie. Les fissures prouveraient la Trinité.

La grotte de l’Apocalypse sur l’île grecque de Patmos 

 
Vénérer un lieu, aussi important soit-il, c’est tomber dans l’
idolâtrie. C’est adorer la création plutôt que le créateur.
Lorsque l’apôtre Jean, impressionné, a voulu se prosterner aux pieds de l’ange qui lui dévoilait les visions du futur, l’ange lui a dit :
«Garde-toi bien de le faire! Je suis ton compagnon de service, celui de tes frères les prophètes et de ceux qui gardent les paroles de ce livre. Adore Dieu.» - Apocalypse 22 : 8, 9
Si l’ange, d’une puissance inimaginable, qui vit auprès de Dieu, venu au nom de Jésus pour dévoiler les visions du temps de la fin ne devait pas être adoré, à combien plus forte raison, les humains ne devraient jamais vénérer des lieux, s’y prosterner, qu’ils soient grandioses ou réduits à des fissures et des creux, même si avec beaucoup d’imagination, il pourrait s’agir d’un creux fait par les doigts de Jean !!!!
Voir aussi 
Actes 7 : 48-50 et Actes 17 : 24, 25.
 
Plutôt que de s’attacher à des lieux, attachons-nous aux paroles de Jésus contenues dans les prophéties de l’Apocalypse et préparons-nous à son intervention sur terre !
 
 
 L’apôtre Jean
 
Jean fait partie des 4 premiers disciples de Jésus: 
André et son frère Simon Pierre, Jean et son frère Jacques.
Jean et Jacques sont les fils de Salomé et de Zébédée.
Ces 4 disciples étaient des pêcheurs du lac de Tibériade (appelé aussi « mer de Galilée »). Tous les quatre ont abandonné leurs filets pour suivre Jésus.
 
Ce sont ces 4 disciples, Pierre, Jacques, Jean et André, qui interrogent Jésus sur le mont des oliviers montrant ainsi leur intérêt pour les évènements du temps de la fin.
«Dis-nous: quand cela arrivera-t-il et à quel signe reconnaîtra-t-on que tous ces événements vont s'accomplir?» -Marc 13 :3.
 
Enfin, l’apôtre Jean a partagé les moments les plus importants de la vie de Jésus étant présent à ses côtés jusqu’au moment de sa mort (c’est à lui que Jésus confie sa mère du haut de la croix). Il était certainement l’un des apôtres les mieux placés pour recevoir la révélation de l’Apocalypse.
 
Alors qu’il était sur terre, Jésus avait laissé entendre que Jean, son apôtre préféré, survivrait aux autres apôtres (
Jean 21 : 20-22).
Et, effectivement, l’apôtre Jean a encore servi Dieu avec fidélité pendant environ
 70 ans. Alors qu’il est âgé, il est exilé sur l’île de Patmos vers l’an 96 ap J-C parce qu’il annonce la parole de Dieu et rend témoignage à Jésus.

L'apôtre ou évangéliste Jean a rédigé le livre de l'Apocalypse transmis par Jésus alors qu'il était exilé par l'empereur romain Domitien sur l'île de Patmos.

 

Apocalypse 1 : 9 : « Moi Jean, votre frère et votre compagnon dans la persécution, le royaume et la persévérance en Jésus-Christ, j'étais dans l'île appelée Patmos à cause de la parole de Dieu et du témoignage de Jésus-Christ. »
Cela montre clairement, que malgré son âge avancé (s’il avait le même âge que Jésus il serait presque centenaire), Jean prêchait activement la bonne nouvelle avec efficacité.
 
 
 La révélation des visions de l’Apocalypse sur l’île de Patmos
 
L’apôtre Jean se présente lui-même comme écrivain et donne comme lieu de rédaction du livre de l’Apocalypse l’île de Patmos.
C’est là que Jean a été 
exilé par l’Empereur Domitien en l’an 95.
En effet, Domitien lance une période de
 persécutions de six à huit mois, en 95, très violente, et très étendue géographiquement: Rome et tout l’Orient sont concernés.
 
C’est à Patmos, alors qu’il est en exil, que Jean a le privilège immense de recevoir les visions de l’Apocalypse qu’il met par écrit afin que l’humanité entière puisse en prendre connaissance.
La rédaction de l’Apocalypse se situerait vers l’an 96.
 
Jean est ensuite libéré sous l’
Empereur Nerva (96-98), le successeur de Domitien, de la dynastie des Antonins.
Après cela, il se rend à Éphèse où il aurait encore rédigé son évangile et ses trois lettres (1Jean, 2Jean et 3Jean) vers 98 ap J-C (un peu plus tard selon d’autres sources).
D’après la tradition, Jean serait mort à Éphèse vers l’an 100, sous le règne de l’empereur Trajan (98-117) alors que le christianisme demeure interdit.
 

Olivier                                     

 


Écrire commentaire

Commentaires: 0