Que dit l’Ancien Testament sur la condition des morts ?


 

Dans l’ancien testament, l’enfer est traduit de l’hébreu « shéol ». Il désigne la tombe commune à tous les morts, celle où l’on retourne à la poussière, à l’inexistence.
Selon les traductions de la Bible, le mot hébreu « shéol » est écrit tel quel ou traduit par « 
séjour des morts » ou  « sépulcre ».

Le mot shéol est retrouvé dans 63 versets de l’ancien testament.


D’après l’Ecclésiaste, la mort est la fin de toute activité

Dans le livre de l’Ecclésiaste 9 : 2, 5, 6, 10 nous lisons : « 2 Tout arrive également à tous: il y a un même sort pour le juste et pour le méchant, pour celui qui est bon et pur et pour celui qui est impur, pour celui qui offre des sacrifices et pour celui qui n'en offre pas; l'homme bon est pareil au pécheur, celui qui prête serment à celui qui a peur de prêter serment. 5 Les vivants, en effet, savent qu'ils mourront, tandis que les morts ne savent plus rien, et ils n'ont même plus de récompense à attendre, puisque leur souvenir est oublié. 6 Même leur amour, leur haine et leur zèle ont déjà disparu; ils ne prendront plus jamais aucune part à tout ce qui se fait sous le soleil.
10 Tout ce que tu trouves à faire, fais-le avec la force que tu as, car il n'y a ni activité, ni réflexion, ni connaissance, ni sagesse dans le séjour des morts, là où tu vas ».


D’après ces versets, au moment de la mort, il n’y a
 aucune différence entre le juste et le méchant, tous les humains quoi qu’ils aient fait ont exactement le même sort.
Il est également précisé que 
les morts ne savent plus rien, n’ont plus de souvenir, ne ressentent plus rien, ne font plus rien.
C’est pourquoi le verset 10 déclare que tout ce que l’on trouve à faire, il faut le faire tant qu’on est vivant car après c’est trop tard. En effet, 
après la mort il n’y a plus rien : l’amour, la haine, la réflexion, la connaissance, la sagesse, leurs souvenirs, leur zèle, leur savoir-faire… ont disparu.

Le verset de Psaumes 6 :6 va dans le même sens, celui qui meurt ne se souvient pas de Dieu et ne peut plus le louer. 

Psaumes 6 :6 : «  Car celui qui meurt n'a plus ton souvenir; Qui te louera dans le séjour des morts ? » Louis Segond

Psaumes 6 :6 : « Car on ne se souvient point de toi dans la mort; dans le shéol, qui te célébrera?»   Darby

On retrouve la même idée en Esaïe 38 :18.

Esaïe 38 : 18 : « 18 Car ce n'est pas le shéol qui te louera, ni la mort qui te célébrera; ceux qui descendent dans la fosse ne s'attendent plus à ta vérité. 19 Le vivant, le vivant est celui qui te louera, comme moi aujourd'hui; »

Seuls les vivants peuvent louer et célébrer Dieu, pas ceux qui sont mort.

Dans sa détresse, Job parle du séjour des morts :

Job 17 :13-16 : « 13 »Qu'ai-je à espérer? Le séjour des morts sera mon domicile, c'est dans les ténèbres que je prépare mon lit. 14 Je crie à la tombe: 'Tu es mon père!' et aux vers: 'Vous êtes ma mère et ma sœur!' 15 Qu'ai-je donc à espérer? Mon espérance, qui peut l'entrevoir? 16 Elle descendra vers les portes du séjour des morts quand nous serons étendus ensemble dans la poussière.»

L’enfer est en fait la tombe, dans l’obscurité de la terre où les vers et autres décomposeurs recyclent la matière organique des corps décédés. 

Job 17.16 : « Vont-ils descendre à mes côtés au shéol, sombrer de même dans la poussière ? » Bible de Jérusalem

Job 17.16 :  « Au fin fond des enfers elle sombrera, quand ensemble nous nous prélasserons dans la poussière. » TOB

Job 17.16 : « Elles descendront au fond du sépulcre ; certes elles reposeront ensemble [avec moi] dans la poussière. » Martin

Ce verset associé l’enfer ou shéol à la poussière ou au repos dans la poussière.

Nous nous souvenons justement de ce que Dieu a dit à Adam qui venait de pécher :

Genèse 3 :19 : « Oui, tu es poussière et tu retourneras à la poussière.»


Des serviteurs de Dieu du passé ont désiré aller dans le shéol.

Certains fidèles du passé ont vécu de telles souffrances qu’ils 
désiraient aller dans le shéol.

Jacob, après avoir appris la mort de son fils Joseph est tellement abattu qu’il désire rejoindre le shéol ou séjour des morts.

Genèse 37 :35 : « Tous ses fils et toutes ses filles vinrent pour le consoler, mais il refusait d'être consolé. Il disait: «C'est dans le deuil que je descendrai vers mon fils au séjour des morts», et il pleurait son fils. » Segond 21

Genèse 37.35 : « Tous ses fils et ses filles vinrent pour le consoler, mais il refusa toute consolation et dit : "Non, c’est en deuil que je veux descendre au shéol auprès de mon fils." Et son père le pleura ». Bible de Jérusalem

Job, qui souffrait terriblement des épreuves infligées par Satan, demande à Dieu de le cacher dans le shéol. Pour quelle raison ? Le shéol devait mettre fin à ses souffrances, non les amplifier. 

Job 14 :13 : « Si seulement tu voulais me cacher dans le séjour des morts, m'y tenir à l'abri jusqu'à ce que ta colère soit passée! »

Job vivait déjà un véritable enfer et il pensait que les terribles malheurs qui le frappaient étaient envoyés par Dieu lui-même. Ses propres amis prétendaient qu’il avait dû faire quelque chose de mal pour mériter de tels châtiments. 
Etant donné la situation, il n’aurait pas demandé à aller dans le shéol s’il s’agissait d’un lieu où il risquait de continuer à être puni, un lieu de souffrances !

Le verset de Job 14 :13 parle du shéol comme d’
un abri où il pourrait se cacher en attendant que la colère de Dieu soit passée.

Job 14 :13 : « Oh! si tu voulais me cacher dans le shéol, me tenir caché jusqu'à ce que ta colère se détourne, me fixer un temps arrêté, et puis te souvenir de moi. »

Il est évident que la mort ressemble ici à un sommeil profond où l’on est inconscient.

Lorsque David a transmis la royauté à son fils Salomon, il lui a demandé de mettre fin à la vie de Joab, le chef de l’armée de Juda pour venger le sang d’Abner et d’Amasa (chefs de l’armée d’Israël).

1 Rois 2 :6 : « Et fais selon ta sagesse, et ne laisse pas ses cheveux blancs descendre dans le shéol en paix. »

Si l’enfer était un lieu où les assassins payaient pour leurs crimes, David n’aurait pas dit qu’il 
descendrait en paix dans le shéol (si Salomon ne lui ôtait pas la vie). 


Qu’est-ce que l’Enfer ?

L’enfer ou shéol (aussi traduit par « séjour des morts » ou « sépulcre ») désigne 
la tombe commune à tous les morts, celle où l’on retourne à la poussière, à l’inexistence. Le juste et le méchant y ont le même sort. 
Le shéol est comparé à un 
profond sommeil, où l’on est inconscient, on l’on ne loue plus le Créateur. Job parlait de « préparer son lit dans l’obscurité et de reposer dans la poussière ».

D’ailleurs, 
les morts ne ressentent ni amour, ni haine, ils ne possèdent ni connaissance ni sagesse, ils n’ont plus de souvenirs, ils ne font plus rien.

Les morts 
ne souffrent plus, c’est la raison pour laquelle Job qui voulait mettre un terme à ses terribles souffrances désirait mourir afin d’être caché dans le shéol comme dans un abri.
Les morts y trouvent en quelque sorte
 la paix, c’est pourquoi le roi David voulait que Joab paie pour ses crimes pendant qu’il était encore en vie. L’enfer n’est donc pas un lieu de tourments qui punit ceux qui ont commis le mal.

Pour conclure on peut dire que 
la mort est tout simplement le contraire de la vie.
L’enfer de feu, lieu de tourments enseigné dans la plupart des religions n’existe pas.

Tout comme Job, pour de nombreuses personnes, l’enfer est déjà sur terre. Tous, nous sommes, à des degrés divers, confrontés aux difficultés, à la souffrance, aux soucis quotidiens… 
Pourrions-nous parler de
 justice si nous devions payer éternellement dans l’agonie la plus totale des flammes de l’enfer pour une courte vie, souvent difficile, de quelques années sur terre… ?


Olivier

 


Que dit l'Ancien Testament sur l'enfer?