Les 73 Empereurs romains des 11 dynasties, jusqu’à la chute de l’Empire romain d’Occident


 

Julio-claudiens

Le nom de la dynastie provient de 
Jules César (49-44 av J-C), général, stratège et homme politique sous la République romaine qui est nommé dictateur à vie peu de temps avant sa mort (assassiné par une conspiration de sénateurs). Octave, le futur premier empereur, est son fils adoptif.

(27 av J-C-14 ap J-C) Auguste (= Octave, règne de 31 avant J-C à 14 après J-C- il se fait proclamer « Auguste » en 27 av J-C et devient le premier empereur).
C’est Auguste qui règne au moment de la 
naissance de Jésus et qui ordonne le recensement de la population de l’empire.

Auguste fait diviniser Jules César et met en place le 
culte impérial qui doit unifier tous les peuples de l’empire dans une même loyauté à l’empereur et à Rome et contribuer à la pax romana.

(14-37) Tibère
Tibère règne pendant le ministère de Jésus et au moment de sa mise à mort.

(37-41) Caligula

(41-54) Claude Ier
A Corinthe, 
Paul se lie d’amitié avec un Juif, Aquilas et sa femme Priscille, qui venaient d’être expulsés de Rome suite au décret de Claude.

L’apôtre Jacques meurt sans doute en 44. Hérode Agrippa Ierle fait exécuter par l’épée . Ce est le premier des 12 apôtres à mourir en martyr. 

Actes 12 : 1, 2 : « 1 A cette époque-là, le roi Hérode se mit à maltraiter des membres de l'Eglise, 2 et il fit mourir par l'épée Jacques, le frère de Jean. 3 Quand il vit que cela plaisait aux Juifs, il fit encore arrêter Pierre. »

(54-68) Néron
C’est à Néron que 
Paul en appelle lorsqu’il est accusé par les Juifs de Jérusalem devant Festus, procurateur de Judée – Actes 25 :7-12, 21. 
Néron accuse faussement les chrétiens de l’
incendie de Rome en 64 av J-C et persécute cruellement les chrétiens en leur infligeant les pires supplices et tortures.
Les apôtres 
Pierre et Paul figurent parmi les victimes des persécutions de Néron.

(68-69)Galba
(jan.-avr. 69)Othon
(avr.-déc.69)Vitellius


Flaviens

(69-79)Vespasien
(79-81)Titus
Avant de devenir empereur, 
Titus dirige l’armée qui détruit Jérusalem en 70 ap J-C.
(81-96)Domitien
Il développe le 
Limes Germanicus  le long du Rhin sur une longueur de 550 km entre le Rhin et le Danube. Les limes romains (système de fortifications) délimitent la frontière de l'Empire romain et constituent un mur de protection ralentissant  les invasions.  

Domitien lance une période de persécutions de six à huit mois, en 95, très violente, et très étendue géographiquement: Rome et tout l’Orient sont concernés. Elle touche uniquement les hautes sphères de l’état et de l’administration. 
Le plus illustre martyr de cette persécution est saint 
Jean l’Évangéliste.


Antonins

(96-98)Nerva


(98-117)Trajan
Presque cent ans après Néron, le christianisme demeure interdit, et les fidèles sont toujours dans un état permanent d’insécurité, à la merci de dénonciations ou de mouvements de foule violents, au cours desquels le pe
uple tout entier se fait accusateur. 
Trajan appliquera cette politique jusqu’à sa mort, en 117, ainsi que ses trois premiers successeurs, Hadrien (117-138), Antonin (138-161), et Marc-Aurèle (161-180), qui s’en tiennent tous à ce rescrit, et donc, se gardent bien de réexaminer le fait chrétien. Voilà pourquoi il y a eu tant de martyrs sous leurs règnes respectifs. Aucun magistrat romain ne prend le risque de protéger les chrétiens.

(117-138)Hadrien
En 122, il construit le 
mur d’Hadrien, limes de Bretagne (Grande-Bretagne).
Tout comme son prédécesseur, Hadrien ne publie pas d’édit de persécution contre les chrétiens mais applique les lois sanguinaires existantes dans tout l’empire.

(138-161)Antonin le Pieux
En 142, il construit 
mur d’Antonin, une muraille du limes de Bretagne (Grande-Bretagne), en Ecosse, au nord du mur d’Hadrien.
Antonin ne publie pas d’édit de persécution contre les chrétiens mais applique les lois sanguinaires portées par ses prédécesseurs.

En février 155, des jeux ont lieu à Smyrne, l’actuelle Izmir, en Turquie. La foule, non contente de voir mettre à mort une dizaine de fidèles, réclame la tête de l’évêque de la ville : Polycarpe. Le pro-consul, influencé par la surexcitation du peuple, le fait arrêter, bien à contrecœur, tant l’évêque est un homme estimé de tous. On le trouve sans difficulté, il est décapité.

(161-180)Marc Aurèle

Alors que Rome est accablée de nombreux maux (peste, invasions barbares, inondations...), la cause en est attribuée aux chrétiens qu
i refusent de célébrer les dieux romains, ce qui explique leur vengeance à l’égard de l’empire.. 
Marc Aurèle lance, en 177, une grande campagne de persécutions cruelles et impitoyables contre les chrétiens, comme à Lyon dont l'histoire retiendra le martyre de Blandine.

(180-192)Commode
(jan.-mars 193)Pertinax
(mars-juin 193)Didius Julianus


Sévères

(193-211)Septime Sévère
Il  publie un édit qui aggrave la législation antérieure. Il est désormais interdit de convertir et de se convertir.
Des ca
s de persécutions des chrétiens sont à signaler, surtout en Egypte et en Afrique du Nord.
(211-217) & (211-212)Caracalla & Geta
(217-218)Macrin
(219-222)Élagabal ou Héliogabale
(222-235)Sévère Alexandre


Anarchie militaire

(235-238)Maximin le Thrace
(fév. 238)Gordien Ier et Gordien II
(fév-mai 238)Maxime Pupien et Balbin
(238-244)Gordien III
Philippe l'Arabe (244-249)
(249-251)Dèce
Dèce est surnommé « le grand serpent », tellement il se révèle un impitoyable persécuteur. Il fait des milliers de martyrs.
(251-253)Trebonianus Gallus
(avr.-août 253)Émilien
(253-260)Valérien 
L'année 257-258 est une année noire (invasions barbares, peste, problèmes économiques, augmentation des impôts…). Les païens y voient la colère des Dieux : l
es chrétiens sont jugés responsables.
Valérien s'attaque surtout aux chefs et guides spirituels du christianisme qu’on oblige à sacrifier aux dieux sous peine d’exil, puis de mise à mort. Les chrétiens des classes élevées voient leurs biens confisqués, sont condamnés à l'exil ou aux travaux forcés. Cela fait rentrer beaucoup d'argent dans les caisses de l’état qui sont presque vides.
(260-268)Gallien
Gallien proclame un édit de tolérance en vers les chrétiens qui permet de leur restituer les lieux de cult
e et les cimetières. Pendant environ 40 ans, c’est " la petite paix de l'église ".


Empereurs Illyriens

(268-270)Claude le Gothique
(août-oct. 270)Quintillus
(270-275)Aurélien développe le culte de Sol Invictus.
(275-276)Tacite, Marcus Claudius
(août-sep. 276)Florien
(276-282)Probus
(282-283)Carus
(283-284)Numérien
(284-285)Carin


Tétrarchie

Au cours du 
IIIe siècle, l'empire romain doit faire face à de nombreuses attaques de peuples barbares. Un seul dirigeant ne peut assurer une présence impériale aux frontières très éloignées les unes des autres et en même temps déjouer les usurpations des généraux qui profitent de l’instabilité du pouvoir.

En 285, 
Dioclétien (empereur depuis 284) décide de partager son pouvoir. Il prend comme coempereur Maximien. Dioclétien se réserve la partie orientale de l'empire romain, et Maximien reçoit la partie occidentale. Les deux empereurs portent le titre d'Auguste (empereurs principaux). 
Puis en 293, chaque Auguste nomme un empereur-adjoint, qui porte le titre de César. Dioclétien choisit son gendre
 Galère, et Maximien s'adjoint Constance Chlore, le préfet du prétoire de Dioclétien (commandant de la garde prétorienne constituée de soldats d’élite). 

L’empire romain est alors gouverné par une tétrarchie, le pouvoir étant partagé entre Maximien et Constance pour le côté Occident et Dioclétien et Galère pour le côté Orient.

Dioclétien (285-305), empereur de la partie orientale de l’empire romain persécute les chrétiens. C’est l’ère des martyrs. Dioclétien, excité par Galère, son gendre, publie 4 édits pendant son règne qui ordonnent de démolir les églises, brûler les livres saints, priver les chrétiens de leurs droits civils, emprisonner, torturer ceux qui refusent de sacrifier aux idoles, tuer. 
Maximien Hercule (285-305), empereur de la partie occidentale de l’empire romain applique le décret de Dioclétien dans ses provinces.
 Constance Chlore (293-306) (père de Constantin 1er) n’applique pas vraiment l’édit de Dioclétien contre les chrétiens et se contente de détruire quelques églises. Il s’abstient de poursuivre les adeptes de la nouvelle religion. 
 Galère (293-311) (gendre de Dioclétien) poursuit sans pitié la persécution des chrétiens.

Dioclétien et Maximien abdiquent en 305. Galère nomm
Maximim Daia césar et fait proclamer Sévère comme César de l’Auguste Constance Chlore. 

Une nouvelle tétrarchie est mise en place, le pouvoir étant partagé entre Constance 1er et Sévère, pour le côté Occident et Galère et Maximin Daia pour le côté Orient. Des quatre tétrarques, Galère est dans les faits le principal dirigeant de l'empire. Devenu Auguste d’Orient, il continue à faire des martyrs.

Maximin Daïa (305-313), d’abord conciliant, persécute à nouveau les chrétiens à partir de Pâques 306. Païen fervent, il ordonne en 306, puis en 308, un sacrifice général aux divinités païennes. Les chrétiens réfractaires sont mutilés et envoyés travailler dans les mines et les carrières. Les exécutions seront peu nombreuses, sauf en Égypte. 
La politique de Sévère (305-307)  entraîne le mécontentement général. La garde prétorienne fait appel à Maxence, le fils de Maximien.
À la mort de Constance en 306, son fils, 
Constantin, s'autoproclame empereur en Bretagne, immédiatement imité en cela, à Rome, par Maxence, fils de Maximien Hercule l'ancien collègue de Dioclétien. Galère envoie aussitôt Sévère marcher contre Maxence et Maximien venu l'épauler. Mais Sévère est tué.
Galère nomme alors son ami 
Licinius directement Auguste en remplacement de Sévère et reconnaît officiellement Constantin qu’il nomme César. 
Comme ils protestent contre la promotion de Licinius, les deux Césars, Constantin et Maximin Daïa, sont finalement nommés, à leur tour, Auguste en 310.
Galère espère confier à Licinius le gouvernement de l'Occident mais l'Italie, l'Afrique et l'Espagne sont aux mains de l'usurpateur Maxence, tandis que Constantin le Grand règne sur la Gaule et la Bretagne. Licinius doit alors se contenter de la Pannonie (Europe centrale).

En 310, l’empire romain est dirigé par 4 Augustes et un usurpateur : 

Galère (293-311)
Maximin Daïa (305-313)
Constantin Ier (306-337)
Licinius (308-324)
Maxence, usurpateur (306-312)
Maxence met un terme à la persécution des chrétiens. 

Pendant l'hiver de 310-311, Galère tombe malade, une douloureuse maladie l'immobilise. Craignant qu'elle ne soit une vengeance du dieu des chrétiens, il promulgue, le 30 avril 311, un édit de tolérance : l’édit de Sardique. Son dernier acte politique met fin aux persécutions de Dioclétien. Il mourra peu après, laissant le pouvoir à son neveu Maximin Daia, c’est la fin de la tétrarchie. 
Maximin Daïa accepte à contrecœur l'édit de tolérance envers les chrétiens promulgué par son oncle et tente toujours de favoriser le retour du paganisme.  Il encourage également les villes et les provinces à demander l'expulsion des chrétiens de leur territoire, et fait forger des textes apocryphes antichrétiens, intitulés Actes de Pilate, qu'il fait enseigner dans les écoles. 
En 312, Maxence est tué par Constantin lors de la bataille du pont Milvius.
En 313, Maximim Daïa se suicide. Peu avant, il promulgue un édit tolérant entièrement la foi chrétienne et restituant à l'Église les biens qu'il avait confisqués.
L’empire est alors partagé entre 
Constantin 1er pour la partie occident et Licinius pour la partie orient.

Au printemps 
313, Constantin et Licinius signent l’édit de Milan, qui reconnaît la liberté de religion à tous les sujets de l’empire, et qui restitue aux chrétiens tous les biens confisqués. C’est la reconnaissance officielle du christianisme.
En 324 Constantin déclare la guerre à Licinius. Celui-ci est battu à la bataille d'Andrinople le 3 juillet 324 et assassiné peu après.
Constantin 1er rétablit l’unité de l’empire, il devient le seul empereur romain. C’est le début de la dynastie des Constantiniens.

(285-305)Dioclétien
C’est
 l’ère des martyrsDioclétien, excité par Galérius, son gendre, publie 4 édits pendant son règne qui ordonnent de démolir les églises, brûler les livres saints, priver les chrétiens de leurs droits civils, emprisonner, torturer ceux qui refusent de sacrifier aux idoles, tuer. 
(285-305) et (306-310)Maximien Hercule
Il applique
le décret de Dioclétien dans ses provinces.
(293-306)Constance Chlore
(293-311)Galère
Devenu Auguste d’Orient, Galère continue à faire des martyrs.
(305-313)Maximin Daïa 
Maximin Daia, d’abord conciliant, persécute à nouveau à partir de Pâques 306.
(305-307)Sévère
(308-324)Licinius
Au printemps 313, Constantin et Licinius signent l’édit de Milan, qui reconnaît la liberté de religion à tous les sujets de l’empire, et qui restitue aux chrétiens tous les biens confisqués. C’est la Paix de l’Eglise, la reconnaissance officielle du christianisme.


Constantiniens

(306-337)Constantin Ier
Fin des persécutions des chrétiens. 
Concile de Nicée (325). L’empereur affirme son autorité dans le domaine religieux : c'est le césaropapisme (pouvoir temporel et spirituel), la politisation de la religion qui va entraîner une  déviation de l’enseignement de Jésus.  

(337-340)Constantin II
(337-350)Constant
(337-361)Constance II
(360-363)Julien
(363-364)Jovien


Valentiniens et Théodosiens

(364-375)Valentinien Ier
(364-378)Valens
(367-383)Gratien
(375-392)Valentinien II

(378-395)Théodose Ier

Théodose 1er devient empereur d'Orient en 379, il partage le pouvoir avec Gratien qui le nomme Auguste et qui règne sur l'Occident. Gratien collabore étroitement avec le pape Damase Ier et combat fermement le paganisme. Il est le premier empereur à refuser de porter le titre de pontifex maximus. 
En 380, l’empereur Théodose 1er se fait baptiser chrétien. Il se place également en tant qu'autorité religieuse.

Il promulgue l'édit de Thessalonique le 27 février
 380 qui impose le christianisme dans l'empire et la croyance en une trinité composée de Dieu, son Fils Jésus et le saint Esprit.
« Édit des empereurs Gratien, Valentinien II et Théodose Auguste, au peuple de la ville de Constantinople. Nous voulons que tous les peuples que régit la modération de Notre Clémence s'engagent dans cette religion que le divin Pierre Apôtre a donnée aux Romains - ainsi que l'affirme une tradition qui depuis lui est parvenue jusqu'à maintenant - et qu'il est clair que suivent le pontife Damase et l'évêque d'Alexandrie, Pierre, homme d'une sainteté apostolique : c'est-à-dire que, en accord avec la discipline apostolique et la doctrine évangélique, nous croyons en l'unique Divinité du Père et du Fils et du Saint-Esprit, dans une égale Majesté et une pieuse Trinité.
Nous ordonnons que ceux qui suivent cette loi prennent le nom de Chrétiens catholiques et que les autres, que nous jugeons déments et insensés, assument l'infamie de l'hérésie. Leurs assemblées ne pourront pas recevoir le nom d'églises et ils seront l'objet, d'abord de la vengeance divine, ensuite seront châtiés à notre propre initiative que nous avons adoptée suivant la volonté céleste.
Donné le troisième jour des calendes de mars à Thessalonique, Gratien Auguste étant consul pour la cinquième fois et Théodose Auguste pour la première fois.
»


En 383, à la mort de Gratien, l'empire compte trois empereurs : 
Maxime à Trèves, Valentinien II, jeune frère de Gratien, sous la tutelle de sa mère Justine (qui encourage l’arianisme), à Milan, Théodose Ier à Constantinople.
En 
391, les cultes païens sont interdits. 
En 394, Théodose règne à la fois sur l'Orient et sur l'Occident après avoir intrigué et éliminé ses rivaux. A sa mort, en 395, cependant, son empire est partagé entre ses deux fils 
Arcadius qui règnera sur l’orient (capitale Constantinople) et Honorius qui reçoit l’occident (capitale Rome).

(395-423)Honorius
(421)Constance III
(425-455)Valentinien III


Derniers empereurs

(mars-juin 455)Pétrone Maxime
(455-456)Avitus
(457-461)Majorien
(461-465)Libius Severus
(467-472)Anthémius
(juil.-oct. 472)Olybrius
(473-474)Glycerius
(474-475)Julius Nepos

(475-476)Romulus Augustule: dernier empereur de l'empire romain d'occident.
Romulus Augustule est déposé en 476 ap J-C par le chef des Hérules, Odoacre. L'Empire d'occident cesse alors d’exister pour céder la place à de nombreux royaumes barbares. Débute alors le long Moyen-Âge qui va durer un millénaire.


Olivier