Les 73 Empereurs romains des 11 dynasties, jusqu’à la chute de l’Empire romain d’Occident


Les 73 Empereurs romains des 11 dynasties, jusqu’à la chute de l’Empire romain d’Occident


 

 Julio-claudiens

Le nom de la dynastie provient de 
Jules César (49-44 av J-C), général, stratège et homme politique sous la République romaine qui est nommé dictateur à vie peu de temps avant sa mort (assassiné par une conspiration de sénateurs). Octave, le futur premier empereur, est son fils adoptif.

(27 av J-C-14 ap J-C) Auguste (= Octave, règne de 31 avant J-C à 14 après J-C- il se fait proclamer « Auguste » en 27 av J-C et devient le premier empereur).
C’est Auguste qui règne au moment de la 
naissance de Jésus et qui ordonne le recensement de la population de l’empire.

Auguste fait diviniser Jules César et met en place le 
culte impérial qui doit unifier tous les peuples de l’empire dans une même loyauté à l’empereur et à Rome et contribuer à la pax romana.

 (14-37) Tibère
Tibère règne pendant le ministère de Jésus et au moment de sa mise à mort.

 (37-41) Caligula

 (41-54) Claude Ier
A Corinthe, 
Paul se lie d’amitié avec un Juif, Aquilas et sa femme Priscille, qui venaient d’être expulsés de Rome suite au décret de Claude.

L’apôtre Jacques meurt sans doute en 44. Hérode Agrippa Ierle fait exécuter par l’épée . Ce est le premier des 12 apôtres à mourir en martyr. 

Actes 12 : 1, 2 : « 1 A cette époque-là, le roi Hérode se mit à maltraiter des membres de l'Eglise, 2 et il fit mourir par l'épée Jacques, le frère de Jean. 3 Quand il vit que cela plaisait aux Juifs, il fit encore arrêter Pierre. »

 (54-68) Néron
C’est à Néron que 
Paul en appelle lorsqu’il est accusé par les Juifs de Jérusalem devant Festus, procurateur de Judée – Actes 25 :7-12, 21. 
Néron accuse faussement les chrétiens de l’
incendie de Rome en 64 av J-C et persécute cruellement les chrétiens en leur infligeant les pires supplices et tortures.
Les apôtres 
Pierre et Paul figurent parmi les victimes des persécutions de Néron.

 (68-69)Galba
 (jan.-avr. 69)Othon
 (avr.-déc.69)Vitellius


 Flaviens

 (69-79)Vespasien
 (79-81)Titus
Avant de devenir empereur, 
Titus dirige l’armée qui détruit Jérusalem en 70 ap J-C.

 (81-96)Domitien
Il développe le 
Limes Germanicus  le long du Rhin sur une longueur de 550 km entre le Rhin et le Danube. Les limes romains (système de fortifications) délimitent la frontière de l'Empire romain et constituent un mur de protection ralentissant  les invasions.  

Domitien lance une période de persécutions de six à huit mois, en 95, très violente, et très étendue géographiquement: Rome et tout l’Orient sont concernés. Elle touche uniquement les hautes sphères de l’état et de l’administration. 
Le plus illustre martyr de cette persécution est saint 
Jean l’Évangéliste.


 Antonins

 (96-98)Nerva

 (98-117)Trajan
Presque cent ans après Néron, le christianisme demeure interdit, et les fidèles sont toujours dans un état perma
nent d’insécurité, à la merci de dénonciations ou de mouvements de foule violents, au cours desquels le peuple tout entier se fait accusateur. 
Trajan appliquera cette politique jusqu’à sa mort, en 117, ainsi que ses trois premiers successeurs, Hadrien (117-138), Antonin (138-161), et Marc-Aurèle (161-180), qui s’en tiennent tous à ce rescrit, et donc, se gardent bien de réexaminer le fait chrétien. Voilà pourquoi il y a eu tant de martyrs sous leurs règnes respectifs. Aucun magistrat romain ne prend le risque de protéger les chrétiens.

 (117-138)Hadrien
En 122, il construit le 
mur d’Hadrien, limes de Bretagne (Grande-Bretagne).
Tout comme son prédécesseur, Hadrien ne publie pas d’édit de persécution contre les chrétiens mais applique les lois sanguinaires existantes dans tout l’empire.

 (138-161)Antonin le Pieux
En 142, il construit 
mur d’Antonin, une muraille du limes de Bretagne (Grande-Bretagne), en Ecosse, au nord du mur d’Hadrien.
Antonin ne publie pas d’édit de persécution contre les chrétiens mais applique les lois sanguinaires portées par ses prédécesseurs.

En février 155, des jeux ont lieu à Smyrne, l’actuelle Izmir, en Turquie. La foule, non contente de voir mettre à mort une dizaine de fidèles, réclame la tête de l’évêque de la ville : Polycarpe. Le pro-consul, influencé par la surexcitation du peuple, le fait arrêter, bien à contrecœur, tant l’évêque est un homme estimé de tous. On le trouve sans difficulté, il est décapité.

 (161-180)Marc Aurèle

Alors que Rome est accablée de nombreux maux
 (peste, invasions barbares, inondations...), la cause en est attribuée aux chrétiens qui refusent de célébrer les dieux romains, ce qui explique leur vengeance à l’égard de l’empire.. 
Marc Aurèle lance, en 177, une grande campagne de persécutions cruelles et impitoyables contre les chrétiens, comme à Lyon dont l'histoire retiendra le martyre de Blandine.

 (180-192)Commode
 (jan.-mars 193)Pertinax
 (mars-juin 193)Didius Julianus


 Sévères

 (193-211)Septime Sévère
Il  publie un édit qui aggrave la l
égislation antérieure. Il est désormais interdit de convertir et de se convertir.
Des cas de persécutions des chrétiens sont à signaler, surtout en Egypte et en Afrique du Nord.

 (211-217) & (211-212)Caracalla & Geta
 (217-218)Macrin
 (219-222)Élagabal ou Héliogabale
 (222-235)Sévère Alexandre


 Anarchie militaire

 (235-238)Maximin le Thrace
 (fév. 238)Gordien Ier et Gordien II
 (fév-mai 238)Maxime Pupien et Balbin
 (238-244)Gordien III
Philippe l'Arabe (244-249)

 (249-251)Dèce
Dèce est surnommé « le grand serpent », tellement il se révèle un impitoyable persécuteur. Il fait des milliers de martyrs.

 (251-253)Trebonianus Gallus
 (avr.-août 253)Émilien

 (253-260)Valérien 
L'année 257-258 est une année noire (invasions barbares, pe
ste, problèmes économiques, augmentation des impôts…). Les païens y voient la colère des Dieux : les chrétiens sont jugés responsables.
Valérien s'attaque surtout aux chefs et guides spirituels du christianisme qu’on oblige à sacrifier aux dieux sous peine d’exil, puis de mise à mort. Les chrétiens des classes élevées voient leurs biens confisqués, sont condamnés à l'exil ou aux travaux forcés. Cela fait rentrer beaucoup d'argent dans les caisses de l’état qui sont presque vides.

 (260-268)Gallien
Gallien
 proclame un édit de tolérance en vers les chrétiens qui permet de leur restituer les lieux de culte et les cimetières. Pendant environ 40 ans, c’est " la petite paix de l'église ".


 Empereurs Illyriens

 (268-270)Claude le Gothique
 (août-oct. 270)Quintillus

 (270-275)Aurélien
Aurélien développe le culte de Sol Invictus.

 (275-276)Tacite, Marcus Claudius
 (août-sep. 276)Florien
 (276-282)Probus
 (282-283)Carus
 (283-284)Numérien
 (284-285)Carin


 Tétrarchie

 (285-305)Dioclétien
C’est
 l’ère des martyrsDioclétien, excité par Galérius, son gendre, publie 4 édits pendant son règne qui ordonnent de démolir les églises, brûler les livres saints, priver les chrétiens de leurs droits civils, emprisonner, torturer ceux qui refusent de sacrifier aux idoles, tuer. 

 (285-305) et (306-310)Maximien Hercule
Il applique le décret de Dioclétien dans ses provinces.

 (293-306)Constance Chlore
 (293-311)Galère
Devenu Auguste d’Orient, Galère continue à faire des martyrs.

 (305-313)Maximin Daïa 
Maxim
in Daia, d’abord conciliant, persécute à nouveau à partir de Pâques 306.

 (305-307)Sévère
 (308-324)Licinius
Au printemps 313, Constantin et Licinius signent l’édit de Milan, qui reconnaît la liberté de religion à tous les sujets de l’empire, et qui restitue aux chrétiens tous les biens confisqués. C’est la Paix de l’Eglise, la reconnaissance officielle du christianisme.


 Constantiniens

 (306-337)Constantin Ier
Fin des persécutions des chrétiens. 
Concile de Nicée (325). L’empereur affirme son autorité dans le domaine religieux : c'est le césaropapisme (pouvoir temporel et spirituel), la politisation de la religion qui va entraîner une  déviation de l’enseignement de Jésus.  

 (337-340)Constantin II
 (337-350)Constant
 (337-361)Constance II
 (360-363)Julien
 (363-364)Jovien


 Valentiniens et Théodosiens

 (364-375)Valentinien Ier
 (364-378)Valens
 (367-383)Gratien
 (375-392)Valentinien II

 (378-395)Théodose Ier
En 
380, par l’édit de Théodose, le christianisme devient la religion officielle de l’empire. 
Concile de Constantinople en 381 ap J-C. 
En 391, les cultes païens sont interdits.
Théodose Ier partage l’empire romain en deux en 395 ap J-C :
L’empire romain d’occident dont la capitale est Rome – l’empire romain d’orient dont la capitale est Constantinople.

 (395-423)Honorius
 (421)Constance III
 (425-455)Valentinien III


 Derniers empereurs

 (mars-juin 455)Pétrone Maxime
 (455-456)Avitus
 (457-461)Majorien
 (461-465)Libius Severus
 (467-472)Anthémius
 (juil.-oct. 472)Olybrius
 (473-474)Glycerius
 (474-475)Julius Nepos

 (475-476)Romulus Augustule
Romulus Augustule est déposé en 476 ap J-C par le chef des Hérules, Odoacre. L'Empire cesse alors d’exister pour céder la place à de nombreux royaumes barbares.

Olivier



Écrire commentaire

Commentaires: 0