Les Pères apologistes du IIème siècle


 

 

Les apologies

Une 
Apologie est un écrit visant à prendre la défense de quelqu’un, en l’occurrence la défense des chrétiens et de leurs croyances souvent face à de terribles calomnies utilisées pour justifier les persécutions.

Les chrétiens sont faussement accusés d’athéisme, d’anthropophagie et d’inceste. Ils sont également jugés responsables des maux qui accablent l’Empire (peste, invasions barbares, inondations, famine...) car les dieux qui ne sont pas honorés se vengent sur les populations.

Plusieurs 
Apologistes ou Apologètes, des philosophes pour la plupart et quelques évêques, ont plaidé la cause des chrétiens auprès des empereurs en expliquant combien les croyances des Chrétiens ne présentent aucune menace pour l’Empire. Le seul crime dont on peut les accuser est de porter le nom de chrétiens.
Les Apologistes demandent que les chrétiens puissent être jugés avec impartialité et justice et non selon des rumeurs et des calomnies.


Aristide d’Athènes  

Aristide d’Athènes  (mort v 134) est un philosophe athénien converti au christianisme. Il est l’auteur de la plus ancienne apologie qui nous soit parvenue (adressée à Hadrien). L’apologie de Quadratus date de la même époque mais il ne reste qu’un court fragment.
L’auteur s’intéresse successivement à la religion des 
chaldéens (III-VII), des Grecs (VIII-XI), des Égyptiens (XII et XIII) et des juifs (XIV). La fin de l’Apologie est consacrée aux chrétiens (XV-XVII), elle explique leur mode de vie et réfute les calomnies qui circulent à leur sujet.

Aristide d’Athènes s’exprime avec beaucoup de logique et emploie des arguments irréfutables.

Aristide d'Athènes s’intéresse successivement à la religion des chaldéens, des Grecs, des Égyptiens et des juifs. La fin de l’Apologie est consacrée aux chrétiens, elle explique leur mode de vie et réfute les calomnies qui circulent à leur sujet.

Les principales divinités grecques (illustration de Dim. D et Frederico Santagati)



Aristide déclare qu’on ne peut appeler dieux ceux qu’on voit mais qui ne voient pas. Mais il faut adorer le Dieu invisible qui voit toutes choses et qui a tout créé.
Il insiste sur le chemin de la vérité qui conduit au Royaume éternel promis par Christ.
Il témoigne par sa sincérité des principes élevés auxquels se soumettent avec conviction les chrétiens.
Aristide dit à Hadrien qu’il peut vérifier toutes ces choses dans 
les écrits des chrétiens.


Justin Martyr de Naplouse

Justin de Naplouse (v110 – 165 en martyr) a écrit « la Grande apologie » adressée à Antonin le Pieux. Justin clame l'innocence des chrétiens et plaide la cause de ces « hommes de toute race, injustement haïs et persécutés».  


Justin de Naplouse (v110 – 165 en martyr) a écrit « la Grande apologie » adressée à Antonin le Pieux. Justin clame l'innocence des chrétiens et plaide la cause de ces « hommes de toute race, injustement haïs et persécutés».

Sesterce d'Antonin divinisé


Une autre apologie est adressée aux Juifs (« dialogue avec Tryphon », un rabbin, le plus ancien dialogue entre chrétiens et juifs que nous ayons conservé).

Justin de Néapolis est millénariste et distingue de façon claire entre les deux venues du Christ sur la Terre, l'une en humilité et l'autre en gloire, et affirme que ces deux apparitions sont prédites toutes deux dans l’Écriture. Selon lui, la vraie connaissance ne consiste pas en une contemplation passive, elle se découvre dans la pratique de la justice.  

Il croit en l’immortalité de l’âme et dans l’existence d’un lieu de supplices éternels. Il croit que les démons qui répandent le mal sur terre sont les âmes des géants hybrides anges-femmes qui sont morts au déluge.

Condamné pour avoir refusé de participer au culte d’idoles, il est exécuté par décapitation vers 165 (sous le règne de Marc Aurèle).

Lien - Justin millénariste


L’auteur de l’épître à Diognète

L’auteur de l’épître à Diognète (entre 140 et 200) expose un texte apologétique.
Les 
dieux païens ne sont que le produit de l'artisanat humain, « faits de matière corruptible ».

Le ritualisme des Juifs, que l'auteur juge scrupuleux, superstitieux, orgueilleux, hypocrites est complètement ridicule.

Les chrétiens ne se distinguent pas des autres hommes, ils passent leur vie sur la terre, mais sont citoyens du ciel. Ils aiment tous les hommes et tous les persécutent.
L’auteur explique la permission du mal et parle de la rançon offerte pour les hommes injustes, le crime du grand nombre est enseveli dans la justice d'un seul.

Il compare les chrétiens dans le monde à l’âme dans le corps. « L'âme habite dans le corps et pourtant elle n'est pas du corps, comme les Chrétiens habitent dans le monde mais ne sont pas du monde. (…) Immortelle, l'âme habite une tente mortelle : ainsi les Chrétiens campent dans le corruptible, en attendant l'incorruptibilité céleste. »  L’auteur croit en l’immortalité de l’âme.
Les pécheurs seraient condamnés au 
feu éternel qui sera à jamais leur supplice.


Tatien le syrien

Tatien le Syrien, disciple de Justin, (v120 – v173) est un écrivain né en Assyrie, hérétique pour les églises grecques et latines, mais auteur d’une apologie qui lui vaut d’être considéré comme un Père de l’Eglise. Dans son discours aux Grecs, Tatien s’attaque au polythéisme grec et à l’arrogance des philosophes.

Pour lui l’âme est mortelle, il a l’espoir d’une résurrection dans des corps de chair, à la fin du monde.
Il explique que 
«l'homme, en usant mal de sa liberté, s'est asservi aux démons ; mais il a la possibilité de s'en affranchir par le renoncement radical à toutes les choses terrestres. »

Tatien a aussi composé le « Diatessaron », fusion des 4 Évangiles en un seul.


Méliton de Sardes

Méliton de Sardes (mort vers 180-190) est évêque de Sardes (l’un des seuls apologistes à avoir été évêque avec Théophile d’Antioche). Il adresse une apologie à Marc Aurèle dans laquelle il met en valeur la foi profonde, le comportement exemplaire et les exigences morales des chrétiens de son temps.

Il rédige aussi « L’Homélie de Pâques » où il explique que la Pâque juive doit être remplacée par le repas du Seigneur. Le judaïsme par le christianisme.


FBI

 


Méliton était quartodéciman. Le conflit quartodéciman entre les évêques sera « réglé » au concile de Nicée en 325.

Il s’est intéressé au canon de l’Ancien Testament.


Théophile d’Antioche

Théophile d’Antioche (mort en 183 ou 185) est évêque d’Antioche (considéré comme saint par les catholiques et les orthodoxes). Il a rédigé une apologie composée de 3 livres : le « Traité à Autolycus » (ainsi que d’autres ouvrages mentionnés par Eusèbe et Jérôme mais qui sont perdus).
Théopile répond à un païen nommé 
Autolycus. Dans son apologie, il met en évidence l’absurdité de vénérer des dieux fabriqués par les mains des artisans et qui plus est, des dieux caractérisés parfois par une grande perversité, ainsi que l'attestent les récits mythologiques. Il se positionne contre le culte de l’empereur et critique la sagesse des philosophes qui se contredisent.  

Dans le livre 3, il décrit les œuvres et le mode de vie des chrétiens afin de réfuter les fausses accusations portées contre eux.

Théophile d’Antioche semble être le premier à employer le terme « Trinité ». Sa doctrine de l’après-mort intègre plusieurs notions : mortalité/immortalité/résurrection des corps de chair.


Athénagore d’Athènes


Athénagore d'Athènes est un philosophe chrétien qui adresse à Marc Aurèle et à son fils, Commode, une apologie en 30 chapitres intitulée « Supplique au sujet des chrétiens ». Il réfute les terribles accusations d’athéisme, d’anthropophagie et d’inceste.

Aux empereurs M. Aurèle-Antonin, et L. Aurèle-Commode, vainqueurs des Arméniens et des Sarmates, et, ce qui est plus grand encore, philosophes

 



 Athénagore d’Athènes (v133 - 190) est un philosophe athénien chrétien qui adresse à Marc Aurèle et à son fils, Commode, une apologie en 30 chapitres intitulée « Supplique au sujet des chrétiens ». Il fait appel à leur amour de la vérité et leur demande le droit pour les chrétiens d’être jugés avec impartialité en se référant uniquement aux faits et de ne plus être mis à mort pour la seule raison qu’ils portent le nom de chrétiens.
   
Les terribles calomnies qui circulent à leur égard vont jusqu’à les accuser d’athéisme, d’anthropophagie et d’incesteAthénagore expose les croyances et les pratiques chrétiennes qui réfutent de manière incontestable ces calomnies.
Tout au long de son apologie, il fait référence à de très nombreux dieux appartenant à diverses croyances polythéistes et à de nombreuses déclarations de philosophes, preuves de son érudition et de sa culture.

Il a aussi rédigé « Sur la résurrection des morts » où il décrit en détail la résurrection de chair.
Il croit en 
l’immortalité de l’âme et en l’existence d’un lieu de supplices éternels. Il croit, tout comme Justin de Naplouse, que les démons qui propagent le mal sur la terre sont les âmes des géants hybrides.
Il encourage au célibat et considère que les relations sexuelles sont réservées à la 
procréation au sein du mariage.


 Conclusion

Les Apologètes s’adressent avec courage aux empereurs pour leur expliquer la doctrine chrétienne et défendre les chrétiens injustement persécutés.

Ce sont pour la plupart des philosophes et connaissent très bien la culture et la religion grecques.

Ils rejettent avec force l’idolâtrie et le culte de l’empereur.
Ils s’efforcent de mener une vie droite selon les préceptes chrétiens d’autant plus qu’ils craignent les 
supplices éternels, ils croient en effet, pour la plupart, à l’immortalité de l’âme.

Justin de Naplouse et  Athénagore d’Athènes croient que les démons qui répandent le mal sur terre sont les âmes des géants hybrides morts au déluge.

Le premier à parler de Trinité semble être Théophile d’Antioche.

Méliton de Sardes est quartodéciman. Le conflit quartodéciman entre les évêques sera « réglé » au concile de Nicée en 325.

Justin de Naplouse est millénariste et croit dans la seconde venue de Jésus dans la gloire ainsi que le prophétisent les Évangiles et le livre de l'Apocalypse. Cette croyance semble être partagée par Tatien le syrien.


Olivier                                                                        Pour laisser un commentaire, c'est ici !

 


Ainsi que le croyaient Justin de Naplouse et Tatien le syrien, les promesses de Dieu concernent directement la Terre où nous attendons le retour glorieux du Christ.
Ainsi que le croyait Justin de Naplouse, les promesses de Dieu concernent directement la Terre - Okan Caliskan Pixabay