Esther, reine de Perse


 

L'orgueilleux Haman exige qu'on se prosterne devant lui et cherche à exterminer les Juifs

Haman, le conseiller du roi, acquiert beaucoup de pouvoir et exige qu’on se prosterne devant lui. Mardochée, le cousin et tuteur d’Esther depuis la mort de ses parents, refuse d’accomplir cet acte d’adoration. La colère d’Haman contre un seul homme s’étend alors à l’ensemble des Juifs. 

Dans la 12ème année de règne d’Assuérus, le conseiller orgueilleux fomente un complot contre le peuple juif qui « 
reste bien à part parmi les peuples, a des lois différentes de celles de tous les autres peuples et n'applique pas celles du roi. ».
Le roi permet à Haman d’utiliser l’anneau sigillaire royal afin de sceller un décret prévoyant l’extermination des Juifs.

 

 

Esther 3 : 13 : « Les lettres furent envoyées par l'intermédiaire de coursiers dans toutes les provinces du roi. Elles disaient qu'il fallait en un seul jour - le treizième du douzième mois, c'est-à-dire le mois d'Adar - exterminer, massacrer et supprimer tous les Juifs, jeunes et vieux, petits enfants et femmes, et procéder au pillage de leurs biens. »


Esther, épouse juive du roi Xerxès 1er ou Assuérus, sauve son peuple du génocide

Quand Ester apprend le terrible projet de génocide, elle se prépare à prendre le risque de se présenter devant le roi. En effet, après la répudiation de la reine 
Vashti
, le roi Assuérus a établi un décret interdisant, sous peine de mort, à la reine de se présenter devant le roi à moins que ce soit lui qui l’exige. 
Esther se prépare et se rend chez le roi. Celui-ci tend son sceptre ce qui signifie qu’il lui accorde la vie sauve et qu’il est prêt à l’écouter. Elle l’invite à un banquet avec Haman. 

 

Le complot est alors déjoué par la jeune reine qui réussit à intervenir en faveur de son peuple. 
En effet, au cours du banquet, la reine révèle ses origines juives et demande au roi la vie sauve pour elle et son peuple menacé d’extermination. Elle désigne Haman comme étant l’instigateur d’un tel projet impitoyable.

Esther 7 : 1-5 : «Si j'ai trouvé grâce à tes yeux, roi, et si tu le juges bon, accorde-moi la vie sauve, voilà ma demande, et sauve mon peuple, voilà mon désir! 4 En effet, nous avons été vendus, mon peuple et moi, pour être exterminés, massacrés, supprimés. Si encore nous avions été vendus pour devenir des esclaves et des servantes, j'aurais gardé le silence, mais l'adversaire ne saurait compenser le préjudice ainsi causé au roi.»

Assuérus demande qui a projeté d’agir ainsi ? Esther lui révèle qu’il s’agit d’Haman. Le roi fait pendre son premier ministre. La potence que Haman avait prévue afin de pendre Mardochée est alors utilisée contre lui-même! 
Esther 7 :9, 10.


 

La reine n’en reste pas là, elle risque à nouveau sa vie afin de plaider pour son peuple.
Esther supplie ensuite le roi de faire échec à la méchanceté d’Haman et à ses projets d’extermination des Juifs. Mais le roi ne peut revenir sur un décret, c’est la loi. 

Comme les décrets du Roi sont
 irrévocables, le roi promulgue un autre décret dans lequel il autorise les Juifs à se défendre contre leurs assaillants le jour où est prévue leur extermination. Cette autorisation concerne toutes les provinces du roi Assuérus mais est valable un seul jour (le treizième du douzième mois, c'est-à-dire le mois d'Adar)- Esther 8 :10-12.

 

Esther 9 :5 : « Les Juifs frappèrent tous leurs ennemis à coups d'épée, les tuant et les faisant disparaître. »

La reine Esther a courageusement risqué sa vie en demandant au roi perse Assuérus d’épargner son peuple menacé d’extermination. Grâce à son intervention, un nouveau décret a permis aux Juifs de se défendre et d’éviter un vrai génocide !


Restons fidèles en refusant d'adorer quelqu'un d'autres que notre grand Créateur Tout-Puissant

Ce récit qui nous rappelle le prophète 
Daniel enfermé dans la fosse aux lions et les 3 Hébreux Shadrak, Meshah et Abednego
 jetés dans la fournaise de feu ardent, montre encore une fois combien notre fidélité à Dieu peut être mise à l’épreuve.
Dans les 3 récits, la jalousie a poussé certaines personnes proches du pouvoir en place à fomenter des complots visant la mort de fidèles serviteurs de Dieu, en leur imposant d’adorer ou de se prosterner devant quelqu’un ou quelque chose représentant le pouvoir politique en place. 
Ces récits sont des exemples pour nous.


Olivier                                                                        
 Pour laisser un commentaire, c'est ici !