L’Empire romain devient chrétien


 

Jésus et les apôtres ont dispensé l'enseignement pur et véritable au premier siècle, au sein de l'empire romain, dans un contexte qui leur était hostile. Les chrétiens ont été persécutés pendant près de 3 siècles et ont subi les pires atrocités. Au IV ème siècle, de grands changements ont lieu. Non seulement les chrétiens ne sont plus persécutés mais les empereurs romains élèvent le christianisme au rang de religion d'Etat. Seulement, ils se chargent en personne de présider à l'élaboration de doctrines qui seront ensuite imposées à toute la population. 

 

 

Jésus crucifié par les Romains - Paul et Silas en prison - FBI

 

 

 

 La Tétrarchie Dioclétien – Galère  /  Maximien Hercule – Constance Chlore

                                   et la persécution des chrétiens


Dans la deuxième moitié du IIIe siècle, les chrétiens bénéficient de « la petite paix de l’Eglise » qui va durer environ 40 ans. Mais celle-ci prend fin avec l’empereur Dioclétien (284-305) qui va déclencher l’une des
persécutions les plus violentes de l’Empire romain.

 

 

A cette époque, l'empire romain doit faire face à de nombreuses attaques de peuples barbares. Un seul dirigeant ne peut assurer une présence impériale aux frontières très éloignées les unes des autres et en même temps déjouer les usurpations des généraux qui profitent de l’instabilité du pouvoir.

En 285, 
Dioclétien (empereur depuis 284) décide de partager son pouvoir. Il prend comme coempereur Maximien Hercule. Dioclétien se réserve la partie orientale de l'empire romain, et Maximien reçoit la partie occidentale. Les deux empereurs portent le titre d'Auguste (empereurs principaux). 
Puis en 293, chaque Auguste nomme un empereur-adjoint, qui porte le titre de 
César. Dioclétien choisit son gendre Galère, et Maximien s'adjoint Constance Chlore, le préfet du prétoire de Dioclétien (commandant de la garde prétorienne constituée de soldats d’élite). 

 

La Tétrarchie Dioclétien – Galère  /  Maximien Hercule – Constance Chlore se partagent l'Empire romain. Ces empereurs ont persécuté les chrétiens.

Dioclétien et la Tétrarchie  -   Histocarte.fr



L’empire romain est alors gouverné par une tétrarchie, le pouvoir étant partagé entre Maximien et Constance pour le côté Occidental et Dioclétien et Galère pour le côté Oriental.

 

Les 4 Tétrarques, Venise - Dioclétien est le fondateur du système de la Tétrarchie - wikimedia

 


L’empire romain est alors gouverné par une tétrarchie, le pouvoir étant partagé entre Maximien Hercule et Constance Chlore pour le côté Occidental et Dioclétien et Galère pour le côté Oriental.

 Dioclétien (285-305), empereur de la partie orientale de l’empire romain persécute les chrétiens ; c’est l’ère des martyrs. Excité par Galère, son gendre, il publie 4 édits de persécution pendant son règne qui ordonnent de démolir les églises, brûler les livres saints, priver les chrétiens de leurs droits civils, emprisonner, torturer ceux qui refusent de sacrifier aux idoles, tuer. 

 

Galère (293-311) (gendre de Dioclétien) poursuit sans pitié la persécution des chrétiens.


 Maximien Hercule (285-305), empereur de la partie occidentale de l’empire romain applique le décret de Dioclétien dans ses provinces.

 
Constance Chlore (293-306) (père de Constantin 1er) n’applique pas vraiment l’édit de Dioclétien contre les chrétiens et se contente de détruire quelques églises. Il s’abstient de poursuivre les adeptes de la nouvelle religion. 

 

Dioclétien, empereur de l’empire romain oriental persécute les chrétiens ; c’est l’ère des martyrs. Excité par Galère, son gendre, il publie 4 édits de persécution qui ordonnent de démolir les églises, brûler les livres saints, emprisonner, torturer, tuer

Jean-Léon Gérôme - La rentrée des félins - 1902

 

 

 

 La Tétrarchie Galère – Maximim Daia   /   Constance 1er – Sévère

Les Augustes Dioclétien et Maximien abdiquent en 305. Galère nomme Maximim Daia césar et fait proclamer Sévère comme César de l’Auguste Constance Chlore

Une nouvelle tétrarchie est mise en place, le pouvoir étant partagé entre Constance 1er et Sévère, pour le côté Occidental et Galère et Maximin Daia pour le côté Oriental. Des quatre tétrarques, Galère est dans les faits le principal dirigeant de l'empire. Devenu Auguste d’Orient, il continue à faire des martyrs.

Maximin Daïa (305-313), d’abord conciliant, persécute à nouveau les chrétiens à partir de Pâques 306. Païen fervent, il ordonne en 306, puis en 308, un sacrifice général aux divinités païennes. Les chrétiens réfractaires sont mutilés et envoyés travailler dans les mines et les carrières. Les exécutions seront peu nombreuses, sauf en Égypte. 
La politique de Sévère (305-307)  entraîne le mécontentement général. La garde prétorienne fait appel à Maxence, le fils de Maximien.

 

 

 

 La Tétrarchie Galère – Maximim Daia   /   Licinius – Constantin 1er

 

À la mort de Constance en 306, son fils, Constantin, s'autoproclame empereur en Bretagne, immédiatement imité en cela, à Rome, par Maxence, fils de Maximien Hercule l'ancien collègue de Dioclétien. Galère envoie aussitôt Sévère marcher contre Maxence et Maximien venu l'épauler. Mais Sévère est tué.


Galère nomme alors son ami Licinius directement Auguste en remplacement de Sévère et reconnaît officiellement Constantin qu’il nomme César. 


Comme ils protestent contre la promotion de Licinius, les deux Césars, Constantin et Maximin Daïa, sont finalement nommés, à leur tour, Auguste en 310.
Galère espère confier à Licinius le gouvernement de l'Occident mais l'Italie, l'Afrique et l'Espagne sont aux mains de l'usurpateur Maxence, tandis que Constantin le Grand règne sur la Gaule et la Bretagne. Licinius doit alors se contenter de la Pannonie (Europe centrale).

En 310, l’empire romain est dirigé par 4 Augustes et un usurpateur
Galère (293-311) ; Maximin Daïa (305-313) ; Constantin Ier (306-337) ; Licinius (308-324) et Maxence, usurpateur (306-312)
Maxence met un terme à la persécution des chrétiens. 

 

 

 La fin des persécutions à l’égard des chrétiens


Pendant l'hiver de 310-311, Galère tombe malade, une douloureuse maladie l'immobilise. Craignant qu'elle ne soit une vengeance du dieu des chrétiens, il promulgue, le 30 avril 311, un édit de tolérance : l’édit de Sardique. Son dernier acte politique met fin aux persécutions de Dioclétien. Il mourra peu après, laissant le pouvoir à son neveu Maximin Daia, c’est la fin de la tétrarchie. 


Maximin Daïa accepte à contrecœur l'édit de tolérance envers les chrétiens promulgué par son oncle et tente toujours de favoriser le retour du paganisme.  Il encourage également les villes et les provinces à demander l'expulsion des chrétiens de leur territoire, et fait forger des textes apocryphes antichrétiens, intitulés Actes de Pilate, qu'il fait enseigner dans les écoles. 


En 312, Maxence est tué par Constantin lors de la bataille du pont Milvius. Après avoir remporté cette victoire militaire avec l’aide du Dieu des chrétiens, Constantin se convertit au christianisme. Puis les victoires se succédant, l’empereur en conclut que Dieu est avec lui.


En 313, Maximim Daïa se suicide. Peu avant, il promulgue
un édit tolérant entièrement la foi chrétienne et restituant à l'Église les biens qu'il avait confisqués.

 
L’empire est alors partagé entre Constantin 1er pour la partie occidentale et Licinius pour la partie orientale.

Au printemps 313, Constantin 1er (empereur d'Occident) et Licinius (empereur d'Orient) signent l’édit de Milan qui reconnaît la liberté de religion à tous les sujets de l’empire et qui restitue aux chrétiens tous les biens confisqués. C’est la reconnaissance officielle du christianisme.
En 324 Constantin déclare la guerre à Licinius. Celui-ci est battu à la bataille d'Andrinople le 3 juillet 324 et assassiné peu après.
Constantin 1er rétablit l’unité de l’empire, il devient le seul empereur romain. C’est le début de la dynastie des Constantiniens.

 

Buste colossal de Constantin Ier, bronze ive siècle, musées du capitole -  Sculptural portraits of Licinius - wikipedia

 

 

 Constantin 1er et le début du césaropapisme

Le père de Constantin, Constance Chlore, était un païen monothéisant, attaché au culte de Sol Invictus (« dieu soleil »). Il se comporte toutefois avec mesure lors de la grande persécution, durant laquelle il se serait contenté de détruire quelques édifices en Gaule, selon Eusèbe de Césarée.
La mère de Constantin, Hélène, est chrétienne. Répudiée par Constance Chlore, elle sera réhabilitée et proclamée
Augusta (impératrice) par Constantin en 324, et œuvrera aux côtés de son fils à la propagation du christianisme. Elle est considérée comme sainte dans les religions catholique (18 août) et orthodoxe (21 mai) et honorée également par les luthériens (19 ou 21 mai) .

 

Le père de Constantin, Constance Chlore, était un païen monothéisant, attaché au culte de Sol Invictus (« dieu soleil »).

Un multiple d'or de "Constantin invaincu" avec Sol Invictus , frappé en 313 après JC. L'utilisation de l'image de Sol soulignait le statut de Constantin en tant que successeur de son père, attirait les citoyens instruits de la Gaule et était considérée comme moins offensante que le panthéon païen traditionnel pour les chrétiens. Constantin le Grand - wiki

 

 

A partir du règne de Constantin 1er qui se convertit au christianisme, c’est la fin des persécutions pour les chrétiens.

 
Après avoir vaincu Licinius, Constantin se rend en Orient où il constate des dissensions au sein du christianisme.

En effet, un conflit a surgi au sein de l’église d’Alexandrie au sujet de la nature du Christ, la question soulevée était de savoir si Jésus avait été créé ou s’il était incréé comme Dieu (Prov 8 :22).

Pour Alexandre, l’évêque d’Alexandrie, le Fils était incréé, tandis que pour Arius, l’un de ses prêtres, il était créé.

Ce conflit s’est ensuite propagé dans toute la population qui s’est retrouvée divisée.

 

Craignant un schisme qui mettrait à mal l’empire, Constantin décide de réunir un concile afin de rétablir la paix religieuse et rassemble des représentants de presque toutes les tendances du christianisme.

Constantin intervient dans les querelles théologiques et ouvre en personne le concile de Nicée en 325 

 

Lien - La doctrine de la Trinité dans la chrétienté

 

Craignant un schisme qui mettrait à mal l’empire, Constantin décide de réunir un concile afin de rétablir la paix religieuse et rassemble des représentants de presque toutes les tendances du christianisme. Constantin intervient dans les querelles théologi

Icône du premier concile de Nicée (fêté le dimanche après l'Ascension). Au premier plan, l'évêque saint Spyridon s'exprime devant le concile et confond Arius. Derrière lui, préside à gauche (à droite de l'autel) le représentant de l’évêque de Rome, et en seconde place, à droite, la puissance invitante, l'empereur Constantin - wikipedia 

 


L’empereur affirme son autorité dans le domaine religieux, il inaugure ainsi le « césaropapisme ».  

Ce mot définit l'absorption par l'empereur (césar-), souverain temporel, des fonctions spirituelles dévolues au chef de l'Église chrétienne (-pape).

Cette politisation de la religion va entraîner une  déviation encore plus importante de l’enseignement de Jésus-Christ.  

 

Rendez-vous compte, la façon même de considérer notre Souverain suprême de l’univers, Jéhovah Dieu et son Fils Jésus-Christ a été influencée puis imposée par des hommes politiques d’origine païenne avant tout soucieux de maintenir leur pouvoir et l’unité de l’empire !

Les hommes politiques romains avaient-ils une quelconque autorité spirituelle ? Non, aucune !
Cette immiscion de l'État romain dans l'Église chrétienne se retrouve en contradiction directe avec les paroles de Jésus :

Matthieu 22 :21 : « Rendez donc à l'empereur ce qui est à l'empereur et à Dieu ce qui est à Dieu.» 

 

 


 Les derniers empereurs romains

 
En 383, à la mort de Gratien, l'empire compte trois empereurs : 
Maxime à Trèves, Valentinien II, jeune frère de Gratien, sous la tutelle de sa mère Justine (qui encourage l’arianisme) à Milan, Théodose Ier à Constantinople.

 

En 394, Théodose règne à la fois sur l'Orient et sur l'Occident après avoir intrigué et éliminé ses rivaux. A sa mort, en 395, son empire est partagé entre ses deux fils Arcadius qui règnera sur l’orient et Honorius qui règnera sur l'occident.

Pièce de monnaie à l'effigie de Théodose Ier

 

En 391, les cultes païens sont interdits. 
En 394, Théodose règne à la fois sur l'Orient et sur l'Occident après avoir intrigué et éliminé ses rivaux. A sa mort, en 395, cependant, son empire est partagé entre ses deux fils 
Arcadius qui règnera sur l’orient (capitale Constantinople) et Honorius qui reçoit l’occident (capitale Rome).

 

 

En 394, Théodose règne à la fois sur l'Orient et sur l'Occident après avoir intrigué et éliminé ses rivaux. A sa mort, en 395, cependant, son empire est partagé entre ses deux fils Arcadius qui règnera sur l’orient et Honorius qui règnera sur l'occident.

La division de l’Empire romain en 395 - wikipédia

 


80 ans plus tard, c’est la chute de l’empire romain d’occident. 
Romulus Augustule est déposé en 476 ap J-C. Débute alors le Moyen-Âge qui va durer un millénaire et au cours duquel la religion catholique romaine va acquérir de plus en plus de pouvoir et établir des relations immorales avec les rois de ce monde.

 

 

Olivier                                                                      Pour laisser un commentaire, c'est ici !

 

Sauf indication spéciale, les versets ont été tirés de la traduction Segond 21