Le Temple d’Hérode à Jérusalem


 

 

 Des Séleucides à Hérode 1er le Grand

 

Les Séleucides, dynastie hellénistique issue de Séleucos 1er, l’un des Diadoques ou généraux d’Alexandre le Grand, ont régné sur la Judée de 305 à 64 av J-C.

 

Au premier siècle av J-C, Mithridate VI, neveu d’Antiochos V et fils aîné du roi du Pont Mithridate V (nord de la Turquie), est l’un des seuls rois qui, pendant plus de 25 ans, tient tête à la République romaine.

Trois guerres mithridatiques ont lieu de 88 à 65 av J-C. Mithridate VI est définitivement vaincu par le général Pompée en 66 av J-C sur l’Euphrate. Il se suicide en 63 av J-C.

 

Pompée décide de marcher sur Jérusalem qu’il assiège en 63 av J-C. Selon certains historiens antiques, la prise de la ville est facilitée par le fait que les Juifs baissent les armes une fois par semaine le jour du sabbat, ce qui permet à leurs adversaires d’avancer sans rencontrer de résistance. Au bout de 3 mois, les Romains entrent dans la cité. La Judée devient un Etat vassal de Rome.


 

Pompée décide de marcher sur Jérusalem qu’il assiège en 63 av J-C. Selon les historiens antiques, la prise de la ville est facilitée car les Juifs baissent les armes une fois par semaine le jour du sabbat, ce qui permet à leurs adversaire d'avancer.

La République romaine au temps de César (1er siècle av J-C), en saumon, les conquêtes de Pompée, wikipédia

 

 

La Judée passe sous protectorat romain alors que deux frères de la dynastie hasmonéenne, Hyrcan II et Aristobule II, se battent pour le pouvoir. L'un est partisan des Pharisiens, l'autre des sadducéens.

Pompée prend le parti d’Hyrcan II qui est à la fois grand-prêtre et roi. Le général épargne le Temple de Jérusalem et ses trésors après avoir néanmoins pénétré dans le Saint des saints.

« Ils virent tout ce qu’il est interdit de voir aux autres hommes hors les seuls grands prêtres. Il y avait là la table d’or, les chandeliers sacrés, des vases de libations, sans compter, dans les caisses, environ 2’000 talents composant le trésor sacré », rapporte Flavius Josèphe. Les Romains, polythéistes et idolâtres, sont stupéfaits de n’y trouver aucune statue même au cœur du sanctuaire.

La Judée devient un Etat vassal de Rome. Hyrcan II perd peu à peu son pouvoir politique.

 

 

En 56 av J-C, le Temple de Jérusalem est pillé.

Crassus (115-53 av J-C), considéré comme l’homme le plus riche de l’histoire de Rome, général romain, gouverneur de Syrie en 54 av J-C, s’empare du trésor du Temple.

 

Envieux de Pompée et de César, ses deux rivaux, il se lance dans l’invasion des terres parthes en Mésopotamie et sera vaincu et tué par les Parthes lors de la bataille de Carrhes.

 

 

En 56 av J-C, le Temple de Jérusalem est pillé.  Crassus (115-53 av J-C), considéré comme l’homme le plus riche de l’histoire de Rome, général romain, gouverneur de Syrie en 54 av J-C, s’empare du trésor du Temple.

Giambattista pittoni, Pillage du Temple de Jérusalem par Crassus - 1743-1744 - wikipedia

 

 

A la mort de Pompée en 48 av J-C, Hyrcan II et Antipater l’iduméen, le père du futur roi Hérode le Grand, se rallient à César.

César confirme à Hyrcan II sont titre de grand-prêtre et lui rend le titre d’ethnarque (qui gouverne une province autonome de l’Empire romain). Il donne à Antipater la citoyenneté romaine et la permission de rebâtir les murailles de Jérusalem.

 

 

À la suite de l'invasion de la Syrie-Palestine par les Parthes en 40 av. J.-C., Hérode, fils d’Antipater, le gouverneur judéen qui a montré à plusieurs reprises son allégeance à Rome, est proclamé roi de Judée par le Sénat romain en 37 av J-C. Hérode leur est, en effet, apparu comme la solution la plus fiable pour faire barrage aux ambitions des Parthes qui se rapprochent dangereusement de la Méditerranée.

 

L’intronisation d’Hérode n’a pas lieu à Jérusalem, face à son peuple, mais à Rome devant le Sénat. Le nouveau roi des Juifs se lance, dès son retour au pays, dans une politique de romanisation de la Judée qui va durer 3 décennies. Il fait notamment bâtir un théâtre, un hippodrome, des palais et un colisée qui aurait été plus grand que celui de Rome.

Mais même si Hérode le Grand est dévoué à la cause romaine, il demeure relativement libre dans ses choix politiques.

La Judée conserve sa cour suprême : le Sanhédrin qui est composé des Anciens, des grands prêtres et des docteurs de la Loi. La pratique du culte hébreu est tolérée.

 

 

 

 Hérode consolide son pouvoir

 

Hérode s'allie aux Hasmonéens par son mariage avec Mariamne, fille d'Alexandra et petite-fille d'Hyrcan II. Puis, fera exécuter tous les membres de sa nouvelle famille, les uns après les autres.

 

Il fait nommer grand-prêtre à l'âge de 17 ans Aristobule III, frère de Mariamne (35 av J-C), puis le jugeant trop populaire, le fait noyer dans une piscine près de Jéricho.

Hérode réussit à se justifier devant Antoine et à son retour, il fait exécuter son beau-frère Joseph et emprisonner sa belle-mère.

Il fait assassiner Hyrcan II en 30 av J-C, puis son épouse Mariamne en 29 av J-C et sa belle-mère Alexandra en 28 av J-C.

Il va jusqu’à étrangler plusieurs de ses enfants.

Hérode est connu pour être un tyran sanguinaire, haï par le peuple.

 

 

 

 Le début de l’Empire romain

Octave (31 av J-C à 14 ap J-C) est le fils adoptif de Jules César.
En 
27 avant J-C, Octave réussit, grâce au Sénat, à devenir le premier empereur de Rome et se fait proclamer “ Auguste”, le nouveau maître du monde.

L’année 27 avant J-C marque ainsi le début de ce qu’on appelle véritablement l’Empire romain.

C’est sous le règne d’Auguste que 
Jésus
 vient au monde à Bethléem.

 

Luc 2 : 1-6 : « 1 A cette époque-là parut un édit de l'empereur Auguste qui ordonnait le recensement de tout l'Empire. (…) 3 Tous allaient se faire inscrire, chacun dans sa ville d'origine. 4 Joseph aussi monta de la Galilée, de la ville de Nazareth, pour se rendre en Judée dans la ville de David, appelée Bethléem, parce qu'il était de la famille et de la lignée de David. 5 Il y alla pour se faire inscrire avec sa femme Marie qui était enceinte. 6 Pendant qu'ils étaient là, le moment où Marie devait accoucher arriva ». 

 

 

 

La cruauté d’Hérode le Grand

 

Le roi Hérode s’est révélé être un tyran impitoyable. Mais sa réputation de cruauté est surtout due au massacre des enfants âgés de 2 ans et moins qu’il a impitoyablement assassinés par crainte d’un futur rival politique.

 

C’est la visite de mages venus d’Orient à Jérusalem qui le prévient de la naissance du « roi des Juifs ».

 

 

 

Hérode s’informe sur les prophéties bibliques pour connaître le lieu de naissance du Messie : Béthléem en Judée, selon la prophétie du prophète Michée.

 

Michée 5 :1 : « Et toi, Bethléhem Ephrata, la plus petite des villes de Juda, de toi il sortira pour moi celui qui régnera sur Israël ! Son origine remonte aux temps passés, aux jours anciens. » - Semeur

 

Matthieu 2 :3-6 : « 3 Quand le roi Hérode apprit cela, il fut troublé et tout Jérusalem avec lui. 4 Il rassembla tous les chefs des prêtres et spécialistes de la loi que comptait le peuple et leur demanda où le Messie devait naître. 5 Ils lui dirent: «A Bethléhem en Judée, car voici ce qui a été écrit par le prophète: 6 Et toi, Bethléhem, terre de Juda, tu n'es certes pas la plus petite parmi les principales villes de Juda, car de toi sortira un chef qui prendra soin d'Israël, mon peuple.» »

 

Hérode s’informe auprès des mages du moment où l’étoile est apparue et leur demande de prendre des informations exactes sur le petit enfant pour que lui aussi puisse aller l’adorer. En réalité son seul objectif est de la mettre à mort le plus vite possible.

 

Hérode s’informe auprès des mages du moment où l’étoile est apparue et leur demande de prendre des informations exactes sur le petit enfant pour que lui aussi puisse aller l’adorer. Mais son seul objectif est de la mettre à mort le plus vite possible.

 

 

Guidés par l’étoile, les mages trouvent Jésus et se prosternent et l’adorent. Ils lui offrent des présents de grande valeur : de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Puis ils sont avertis dans un rêve de ne pas retourner vers Hérode. Ils repartent donc dans leur pays par un autre chemin (Matthieu 2 :1-12).

 

 

 

 

Un ange de Dieu apparaît ensuite dans un rêve à Joseph et lui dit :

 

«Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère, fuis en Egypte et restes-y jusqu'à ce que je te parle, car Hérode va rechercher le petit enfant pour le faire mourir.» (Mat 2 : 13-14).

 

Un ange de Dieu apparaît dans un rêve à Joseph et lui dit: «Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère, fuis en Egypte et restes-y jusqu'à ce que je te parle, car Hérode va rechercher le petit enfant pour le faire mourir.»

 

En apprenant qu’on l’a trompé, le tyran se met dans une grande colère et fait massacrer tous les enfants âgés de 2ans et moins à Bethléem et son territoire.

 

Matthieu 2 : 16-18 : « 16 Quand Hérode vit que les mages l'avaient trompé, il se mit dans une grande colère, et il envoya tuer tous les enfants de deux ans et au-dessous qui étaient à Bethléhem et dans tout son territoire, selon la date qu'il s'était fait préciser par les mages. 17 Alors s'accomplit ce que le prophète Jérémie avait annoncé: 18 On a entendu des cris à Rama, des pleurs et de grandes lamentations: c'est Rachel qui pleure ses enfants et n'a pas voulu être consolée, parce qu'ils ne sont plus là. »

 

Jésus et ses parents resteront en Egypte jusqu’à la mort du roi Hérode 1er  (Mat 2 : 15).

 

 

 

 

Le Temple d’Hérode

 

Le Temple d’Hérode de Jérusalem est le nom donné aux extensions massives du second Temple de Jérusalem et aux rénovations du mont du Temple.

Ce projet qui débute vers 19 avant J.-C., constitue le plus vaste chantier du monde antique. Il n’a été entièrement terminé que vers 66 ap J-C. Il n’en reste aujourd’hui que le mur des Lamentations (une partie de mur de soutènement initialement de 500m de longueur).

 

Selon l’apôtre Jean, au moment du ministère de Jésus, la construction du Temple a duré 46 ans.

Jean 2 :20 : « Les Juifs dirent : Il a fallu 46 ans pour bâtir ce temple, et toi, en trois jours tu le relèveras ! »

 

Plus de Dix ans et 10'000 hommes ont été nécessaires pour construire rien que les murs destinés à soutenir l’esplanade du temple, la plus vaste du monde à l’époque et pouvant contenir jusqu’à 200'000 personnes.

 

Pour cette construction gigantesque, la colline d’origine est ceinturée d’un énorme mur de soutènement, la surface intérieure entièrement nivelée puis comblée avec du remblai. L'esplanade est ensuite étendue vers le sud en construisant des arches de soutènement et une succession de salles voûtées reposant sur 88 piliers de blocs massifs. Ces salles, appelées écuries de Salomon, ont servi de soubassement pour niveler la cour du mont du Temple, réduire la pression des murs de soutènement et servir de zone de stockage.

Aujourd'hui, elles sont transformées en mosquée (mosquée Marwani).

 

Lien – l’esplanade du Mont du Temple

 

Lien – Géo, Images de Jérusalem à l’époque romaine

 

Lien – Le roi Hérode

 

 

La richesse des matériaux utilisés pour construire ce Temple dont la conformité religieuse a été supervisée par des prêtres en fait l’une des merveilles de l’Orient.

 

Le roi ne peut s’empêcher toutefois de coiffer l’une des portes d’un aigle doré, peut-être en hommage à Rome dont l’oiseau est le symbole. Sur son lit de mort, en 4 av J-C, Hérode trouve encore la force de commettre des atrocités et fait brûler vifs les jeunes zélotes qui ont tenté de mettre à bas cette image impie.

 

 

Le Temple d’Hérode est le nom donné aux extensions massives du second Temple de Jérusalem et aux rénovations du mont du Temple. Ce projet qui débute vers 19 av J.-C, constitue le plus vaste chantier du monde antique. Il est fini vers 66 ap J-C.

Flickr – Maquette du Temple d’Hérode 1er le Grand

 

 

Les gens qui se rendent au temple pour prier, écouter la lecture de l’Ancien Testament, pour y célébrer des fêtes et pour faire des sacrifices propitiatoires d’animaux, ne peuvent s’y déplacer comme bon leur semble, ils sont limités à la cour ou parvis qui leur correspond (les hommes ayant plus de liberté que les femmes). 

 

 

 

 Les parvis du Temple

 

Le parvis désigne généralement l'espace ouvert, la place ou la cour situé devant un édifice religieux.

Dans le Temple d’Hérode, 4 cours ou parvis successifs, où le judaïsme d'après l'Exil souligne les différents degrés de sainteté liturgique, entourent le sanctuaire.

Notons que le plan initial que Jéhovah Dieu avait donné au roi David ne prévoyait ni de cour de gentils, ni de cour des femmes, ni de cour d’Israël. Une seule cour accueillait hommes, femmes et enfants juifs.

 

Lien – Le Temple de Salomon

Le parvis désigne l'espace ouvert, la place ou la cour situé devant un édifice religieux. Dans le Temple d’Hérode, 4 cours ou parvis successifs, où le judaïsme d'après l'Exil souligne les différents degrés de sainteté liturgique, entourent le sanctuaire.

s-media-cache-ak0.pinimg.com Chelsea Kuhn

 

 

La Cour des Gentils, ainsi nommée parce que les non-Juifs ont le droit d’y pénétrer. Le parvis est pavé de marbre de différentes couleurs, et n'a aucune toiture, mais le peuple peut se retirer sous les colonnades qui entourent la vaste esplanade. 

 

Les non-Juifs n’ont pas le droit de dépasser la cour des gentils, sous peine de mort.

 

Stèle du Soreg découverte en 1871- Traduction du grec par Charles Simon Ganneau: « Que nul étranger ne pénètre à l'intérieur de la balustrade et de l'enceinte qui sont autour de l'esplanade. Celui qui serait pris serait cause que la mort s'ensuivrait.

Stèle du Soreg (balustrade) découverte en 1871- Traduction du grec par Charles Simon Ganneau: « Que nul étranger ne pénètre à l'intérieur de la balustrade et de l'enceinte qui sont autour de l'esplanade. Celui qui serait pris serait cause que la mort s'ensuivrait. » - wikipedia

 


C’est de cette cour qu’à deux reprises, au début et à la fin de son ministère terrestre (au printemps de l’an 30 et en l’an 33), Jésus chasse ceux qui ont fait de la maison de son Père une maison de commerce. 

 

 

 

Jean 2 : 13-17 : « 13 La Pâque juive était proche et Jésus monta à Jérusalem. 14 Il trouva les vendeurs de bœufs, de brebis et de pigeons ainsi que les changeurs de monnaie installés dans le temple. 15 Alors il fit un fouet avec des cordes et les chassa tous du temple, ainsi que les brebis et les bœufs. Il dispersa la monnaie des changeurs et renversa leurs tables. 16 Et il dit aux vendeurs de pigeons: «Enlevez cela d'ici, ne faites pas de la maison de mon Père une maison de commerce.» 17 Ses disciples se souvinrent qu'il est écrit: Le zèle de ta maison me dévore.»


Matthieu 21 : 12, 13 : « 12 Jésus entra dans le temple [de Dieu]. Il chassa tous ceux qui vendaient et qui achetaient dans le temple, et il renversa les tables des changeurs de monnaie et les sièges des vendeurs de pigeons. 13 Il leur dit: «Il est écrit: Mon temple sera appelé une maison de prière, mais vous, vous en avez fait une caverne de voleurs.»


 

La Cour des femmes se situe 14 marches plus haut, les hommes n’y sont pas interdits. Les femmes et les jeunes enfants y entrent pour adorer. C’est dans cette cour que l’on trouve les troncs du trésor. Jésus se tient près d’un de ces coffres lorsqu’il fait l’éloge de la veuve qui a donné tout ce qu’elle avait.

 

 

Luc 21 : 1-4 : «1 Jésus leva les yeux et vit les riches qui mettaient leurs offrandes dans le tronc. 2 Il vit aussi une pauvre veuve, qui y mettait deux petites pièces. 3 Alors il dit: «Je vous le dis en vérité, cette pauvre veuve a mis plus que tous les autres, 4 car eux tous ont pris de leur superflu pour mettre des offrandes [à Dieu] dans le tronc, mais elle, elle a mis de son nécessaire, tout ce qu'elle avait pour vivre.»

4 chambres entourent la cour des femmes :

     La Chambre de bois (au nord-est) : réservée au stockage du bois pour les cérémonies.

La Chambre des lépreux (au nord-ouest) : pour ceux qui, atteints de maladie, se croyaient guéris.

La Chambre des huiles (au sud-ouest) : réservée au stockage du vin et des huiles nécessaires aux cérémonies.

La Chambre des nazirs (au sud-est) : salle pour les ascètes qui n'avaient le droit ni de boire d'alcool, ni de se couper les cheveux, ni de toucher à un cadavre.

 

 

La Cour d’Israël ou Cour des hommes : En haut de quinze grandes marches en demi-cercle, la splendide porte de Nicanor en bronze ouvre sur la Cour d’Israël, où seuls peuvent entrer des hommes en état de pureté rituelle.

La cour d’Israël est étroite, elle n’a que 11 coudées, environ 5m de profondeur et 135 coudées, environ 60 m de longueur.

 

 

La Cour des prêtres : Vient ensuite la Cour des prêtres. On y trouve l’autel, construit en pierres brutes, d’une hauteur de 5m. C’est là que sont offerts les sacrifices d’animaux.

 

Dans la Cour des prêtres. On y trouve l’autel, construit en pierres brutes, d’une hauteur de 5m. C’est là que sont offerts les sacrifices d’animaux.

 

 

 

 Le sanctuaire

 

Le sanctuaire : Il se compose essentiellement de deux parties, le Saint (hékal) et le Très-Saint (débir), une pièce carrée de 10 m de côté. Le sol de cet édifice se trouve 12 marches plus haut que la Cour des prêtres. Des chambres sont construites sur les côtés de ce bâtiment et une grande salle se trouve à l’étage. L’entrée est fermée par des portes d’or, chacune mesurant 55 coudées (24,50 m) de haut et 16 coudées (7,10 m) de large.

 

 

Le sanctuaire se compose de deux parties, le Saint (hékal) et le Très-Saint (débir), une pièce carrée de 10 m de côté. Seuls les prêtres pouvaient entrer dans le Saint et seul le grand-prêtre, qui préfigurait Jésus entrait dans le Très-Saint.

Model of Jerusalem Herod's Temple - Wikipedia

 

 

Dans le Saint (hékal) se trouvent la menora ou chandelier à 7 branches (ou porte-lampes), la table des pains d’offrande et l’autel des parfums, tous sont en or pur ou recouverts d’or.

 

 

 

L’entrée du Très-Saint est fermée par un épais rideau, ou voile, magnifiquement décoré. Dans le temple de Salomon, l’arche de l’alliance était précieusement gardée dans le Très Saint sous les ailes déployées de deux chérubins en or.  

Mais l'arche de l'alliance ayant disparu lors de la destruction du Temple de Salomon par les Babyloniens, le Très-Saint ne contient qu’une dalle de pierre datant de l'époque de Salomon: la pierre de fondation (2 Rois 25 :8-10).

 

Seuls les prêtres avaient le droit d’entrer dans le sanctuaire (dans le Saint) et seul le grand-prêtre, qui préfigurait Jésus, avait le droit d’entrer dans le Très-Saint, une fois par an lors du grand Pardon (ou Jour des expiations ou Jour des Propitiations).

 

Lien – Le jour du grand Pardon

 

Au moment de la mort de Jésus, le rideau qui séparait le Saint du Très-Saint s’est déchiré en deux, de haut en bas. 

 

 

 

 

Les prophéties de Jésus

 

Le roi Hérode 1er a rénové et agrandi le Temple avec la plus grande magnificence, quelque temps avant la naissance de Jésus. Mais sa construction en était à peine achevée qu'il est détruit pour toujours en 70, par Titus, fils de l'empereur Vespasien. Titus sera lui-même empereur de Rome pendant 2 ans, de 79 à 81.

 

 

La destruction de Jérusalem avait été annoncée par Jésus-Christ.

 

Matthieu 24 :1,2 : « 1 Comme Jésus s'en allait, au sortir du temple, ses disciples s'approchèrent pour lui en faire remarquer les constructions. 2 Mais il leur dit : Voyez-vous tout cela ? Je vous le dis en vérité, il ne restera pas ici pierre sur pierre qui ne soit renversée. »

 

 

 

Jésus a pleuré sur Jérusalem car il savait qu’elle allait subir une destruction totale par les armées romaines.

 

Luc 19 :41-44 : « 41 Quand il approcha de la ville et qu'il la vit, Jésus pleura sur elle et dit: 42 «Si seulement tu avais toi aussi reconnu, aujourd'hui, ce qui peut te donner la paix! Mais maintenant, cela est caché à tes yeux. 43 Des jours viendront pour toi où tes ennemis t'entoureront d'ouvrages fortifiés, t'encercleront et te serreront de tous côtés. 44 Ils te détruiront, toi et tes enfants au milieu de toi, et ils ne laisseront pas en toi pierre sur pierre, parce que tu n'as pas reconnu le moment où tu as été visitée.»

 

Jésus a pleuré sur Jérusalem - Jésus en compagnie de Jean, Jacques, Pierre et André

 

 

Jésus a prévenu ses disciples en ces termes :

 

Matthieu 24 :15-20 : « 15 Or quand vous verrez l'abomination qui causera la désolation, qui a été prédite par Daniel le Prophète, être établie dans le lieu saint, (Que celui qui lit ce Prophète y fasse attention.) 16 Alors, que ceux qui seront en Judée, s'enfuient aux montagnes. 17 Et que celui qui sera sur la maison, ne descende point pour emporter quoi que ce soit de sa maison. 18 Et que celui qui est aux champs, ne retourne point en arrière pour emporter ses habits. 19 Mais malheur aux femmes enceintes, et à celles qui allaiteront en ces jours-là. 20 Or priez que votre fuite ne soit point en hiver, ni en un jour de Sabbat. »

 

Luc 21 : 20-24 : « 20 »Lorsque vous verrez Jérusalem encerclée par des armées, sachez que sa destruction est proche. 21 Alors, que ceux qui seront en Judée s'enfuient dans les montagnes, que ceux qui seront à l'intérieur de Jérusalem en sortent et que ceux qui seront dans les champs n'entrent pas dans la ville, 22 car ce seront des jours de vengeance, où s'accomplira tout ce qui est écrit. 23 Malheur aux femmes qui seront enceintes et à celles qui allaiteront durant ces jours-là, car il y aura une grande détresse dans le pays et de la colère contre ce peuple. 24 Ils tomberont sous le tranchant de l'épée, ils seront emmenés prisonniers dans toutes les nations et Jérusalem sera piétinée par des non-Juifs jusqu'à ce que la période accordée aux nations prenne fin. »

 

 

 

 

Qui était « l’abomination » ? Ce sont les armées romaines.

L’abomination qui se tient en un lieu saint désigne les forces militaires qui se tiennent dans la ville sainte (Mat 4 :5 ; 27 :53). C’est l’armée du général Caius Cestius Gallus qui, la première en l’an 66, a encerclé Jérusalem, la ville sainte.

 

Caius Cestius Gallus, gouverneur de Syrie, marche sur la Judée en Septembre 66 avec une armée de 30'000 hommes afin de rétablir l’ordre au début de la grande révolte juive. Il réussit à conquérir Beït-Shéarim mais il échoue sans raison logique contre Jérusalem et, après 9 jours de siège, opère une retraite désastreuse. Il est en effet écrasé par Eléazar Ben Simon et perd 5'300 légionnaires et 480 cavaliers. Il réussit à s’enfuir vers Antioche en sacrifiant la plus grande partie de son armée et de ses équipements. Selon Flavius Joseph, Gallus meurt peu après de honte en raison d’une défaite aussi lourde qu’inattendue.

 

 

Les Romains auraient pu s’emparer de la ville, mais, pour des raisons obscures, les troupes du général Gallus repartent. Voilà l’accomplissement du signe que Jésus avait donné !

Les Juifs qui ont écouté Jésus comprennent qu’il leur faut quitter immédiatement la ville. Ils savent que Jésus a prophétisé la destruction de Jérusalem.

« Que ceux qui seront à l'intérieur de Jérusalem en sortent et que ceux qui seront dans les champs n'entrent pas dans la ville, Et que celui qui sera sur la maison, ne descende point pour emporter quoi que ce soit de sa maison. Et que celui qui est aux champs, ne retourne point en arrière pour emporter ses habits.» - Luc 21 :21 ; Mat 24 :17,18.

 

Et en effet, la révolte se durcissant face à la menace romaine, Jérusalem s’enfonce rapidement dans 4 années de guerre civile où les zélotes, farouches opposants à Rome imposent une domination tyrannique à la population. Il aurait été alors impossible pour  les Judéo-Chrétiens de déjouer la vigilance des Zélotes contrôlant Jérusalem.

 

Les chrétiens qui ont obéi à Jésus en s’enfuyant le plus vite possible après le départ du général Gallus ont pu sauver leur vie et échapper au terrible désastre qui frappera tous les habitants de Jérusalem quelques années plus tard, en l’an 70.

 

Les chrétiens qui ont obéi à Jésus en s’enfuyant le plus vite possible après le départ du général Gallus en l'an 66 ont pu sauver leur vie et échapper au terrible désastre qui frappera tous les habitants de Jérusalem quelques années plus tard, en l’an 70.

Les judéo-chrétiens qui ont obéi à Jésus ont sauvé leur vie

 

 

Deux auteurs ont raconté la fuite des chrétiens de Jérusalem à Pella (Tabaqat Fahil en actuelle Jordanie) pour échapper à la destruction de Jérusalem annoncée par une prophétie :

 

Eusèbe de Césarée (ou Eusèbe de Pamphile – IIIe- IVe siècle), historien et évêque de Césarée en Palestine Epiphane de Salamine (ou Epiphane de Chypre - IVe siècle), évêque et Père de l’Eglise

 

« De plus, le peuple de l’Église de Jérusalem reçut, grâce à une prophétie transmise par révélation aux notables de l’endroit, l’ordre de quitter la ville avant la guerre et d’habiter une ville de Pérée, nommée Pella. Ce furent là que se transportèrent les fidèles du Christ, après être sortis de Jérusalem de telle sorte que les hommes saints abandonnèrent complètement la métropole royale des juifs et toute la terre de Judée. La justice de Dieu poursuivit alors les juifs pour avoir accompli de tels crimes contre le Christ et ses apôtres, faisant complètement disparaître d’entre les hommes cette race d’impies. »

— Eusèbe, Histoire ecclésiastique 3, 5, 3  -    Lien –

 

« Cette hérésie des Nazoréens existe à Bérée en Cœlé-Syrie, dans la Décapole au voisinage du territoire de Pella et en Basanitide dans le village appelé Kokabè, (en hébreu Chochabè). C’est là qu’elle a pris naissance, après que tous les disciples eurent quitté Jérusalem et se furent installés à Pella, parce que le Christ avait dit de laisser Jérusalem et de trouver un endroit où se retirer à cause du siège que la ville devait supporter. Et ayant émigré pour cette raison en Pérée, ils s’y installèrent comme j’ai dit. C’est ainsi qu’a pris naissance l’hérésie des Nazoréens. »

— Épiphane, Panarion 29, 7, 7

 

« Leur origine [des ébionites] remonte au temps qui suivit la prise de Jérusalem. En effet, comme tous ceux qui avaient cru au Christ s’étaient installés à cette époque-là en Pérée, pour la plupart d’entre eux dans une ville nommée Pella de la Décapole mentionnée dans l’Évangile, près de la Batanée ou Basanitide. »

— Épiphane, Panarion 30, 2, 7

 

« À partir de ce moment Aquila vécut à Jérusalem, et il vit les disciples des disciples des apôtres florissant de foi, de réalisations merveilleuses par des guérisons et d’autres prodiges car ils étaient revenus de la ville de Pella à Jérusalem même. En effet, avant la destruction de Jérusalem par les Romains, les disciples reçurent l’ordre d’un ange de quitter ce lieu et d’habiter au-delà du Jourdain dans la ville appelée Pella. Il les avertit de la destruction de Jérusalem qui allait arriver, et ils habitèrent là-bas, puis après la destruction de Jérusalem ils revinrent. »

— Épiphane, De Mensuris et Ponderibus 15

Lien – wikipédia

 

 

 

La destruction de Jérusalem

 

L’empereur Néron donne alors à Flavius Vespasianus, le futur empereur Vespasien, la mission d’écraser la rébellion juive. Il est rejoint par son fils Titus.

Vespasien prend, en 67, la ville fortifiée de Jotapata où s’est réfugié Josèphe avec ses troupes. L’historien prédit l’Empire à Vespasien et à Titus.

A Jérusalem, une guerre civile éclate entre les zélotes, principaux instigateurs de la révolte contre Rome, et la population influencée par le grand-prêtre Anan.

 

Les Romains préfèrent attendre avant d’attaquer Jérusalem, comptant sur la guerre civile pour diminuer le nombre de leurs adversaires.

L’empereur Néron donne alors à Vespasien, la mission d’écraser la rébellion juive. Il est rejoint par son fils Titus. Les Romains préfèrent attendre avant d’attaquer Jérusalem, comptant sur la guerre civile pour diminuer le nombre de leurs adversaires.

Pièce de la première révolte juive. Inscription : La liberté de Sion. Jérusalem 67-68 ap J-C.

 

 

En décembre 69, Vespasien est proclamé empereur par ses troupes. Josèphe, qui lui avait prédit son accession à l’Empire, redevient un homme libre. Vespasien repart vers Rome et confie à Titus la prise de Jérusalem.

 

 

Titus est secondé par Tibère Alexandre, ancien procurateur de Judée qui connaît donc la région et qui a déjà massacré des Juifs à Alexandrie en tant que préfet d’Egypte sous Néron. Ils sont à la tête de quatre légions, soit plus de 50’000 hommes.

 

Selon Flavius Josèphe, ce sont 23’400 hommes que les Juifs peuvent opposer aux Romains, mais ils appartiennent à des factions antagonistes et obéissent à de multiples chefs qui se sont entretués dans une féroce guerre civile.

Au début du siège, au printemps 70, Jérusalem est tenue par trois factions zélotes dirigées par Éléazar ben Simon, Simon Bargiora et Jean de Gischala. Selon Tacite, « ce n'était entre eux que combats, trahisons, incendies et une partie du blé avait été dévorée par les flammes ».

 

 

Jérusalem possédait des provisions pour tenir le siège durant des années. Cependant, pour « motiver » les habitants au combat, les zélotes ont incendié ces provisions plongeant la population dans une terrible famine. Des centaines de milliers de cadavres se sont entassés, les vivants n’ayant même plus la force d’enterrer les morts.

A l’intérieur des murs de la ville encerclée par les armées romaines, les habitants de Jérusalem vivent l’horreur et doivent subir la famine et la tyrannie des zélotes impitoyables.

 

Josèphe, La guerre des Juifs - Livre V-XII – 3 : « 3. Coupés ainsi du dehors, les Juifs perdaient en même temps toute espérance de salut, tandis que la famine, étendant ses ravages, dévorait dans le peuple maisons et familles. Les terrasses étaient encombrées de femmes et de petits enfants exténués, les ruelles de vieillards morts ; des garçons et des jeunes gens erraient comme des fantômes, le corps tuméfié. Sur les places, ils tombaient là où le fléau les accablait. Les malades n'avaient pas la force d'ensevelir les cadavres de leurs proches ; ceux qui étaient encore vigoureux différaient ce soin, effrayés par la multitude des cadavres et l'incertitude de leur propre sort ; beaucoup tombaient morts sur ceux qu'ils ensevelissaient ; beaucoup, avant que fût venu pour eux le moment fatal, succombaient dans ce labeur. Parmi tous ces malheurs, il n'y avait ni plaintes, ni gémissements, car la faim étouffait les émotions ; c'est avec des yeux secs et la bouche contractée que les victimes d'une mort lente observaient ceux qui, avant eux, arrivaient au repos. Un silence profond, une nuit où dominait la mort, régnaient sur la ville, et, chose plus affreuse encore, les brigands y exerçaient leurs sévices. »

 

http://www.regard.eu.org/Livres.6/Guerre.des.Juifs/90.html

 

Josèphe, La guerre des Juifs - 5, 7 : « On vendait, dirent-ils encore, la mesure de blé un talent ; quand il ne fut plus possible de cueillir de l'herbe, la ville étant entourée d'une enceinte fortifiée, plusieurs, pressés par le besoin, en vinrent à fouiller les ruisseaux et les excréments déjà anciens des bœufs, pour s'alimenter de ces déchets ; ce que leurs yeux n'eussent pu supporter autrefois devenait leur nourriture. » 

 

http://www.regard.eu.org/Livres.6/Guerre.des.Juifs/91.html

 

Josèphe, La guerre des Juifs - Livre V – X, 4 : « 4. Les gens d'humble condition étaient ainsi maltraités par les gardes ; mais les personnages élevés en dignité et en richesse furent conduits devant les tyrans et mis à mort, les uns sous des accusations mensongères, les autres comme coupables de vouloir livrer la ville aux Romains. Par un expédient très fréquent, il y avait un dénonciateur suborné pour déclarer qu'ils avaient formé le dessein de passer à l'ennemi. Quand un homme était dépouillé par Simon, on l'envoyait à Jean ; pillé par Jean, il passait ensuite aux mains de Simon ; ils buvaient tour à tour le sang de leurs concitoyens et se partageaient les cadavres de ces malheureux. Ces deux hommes se disputaient le pouvoir, mais étaient d'accord dans l'impiété. » (p 421) 

 

http://www.areopage.net/PDF/FlaviusJosephe_OeuvresCompletes.pdf

 

 

 

La destruction du Temple de Jérusalem

 

Les Romains anéantissent le lieu le plus saint des Hébreux.

Flavius Josèphe raconte dans son livre «  La guerre des Juifs » :

 

« Pendant que le sanctuaire brûlait, les soldats pillaient et massacraient en quantité tous ceux qu’ils attrapaient : enfants, vieillards, laïcs, prêtres […] On aurait pu croire que la montagne du Temple était en ébullition depuis sa base couverte de flammes, mais le sang était encore plus abondant que les flammes, et les tués plus nombreux que ceux qui tuaient. »

 

En 70 ap J-C, le Temple d’Hérode, magnifique et resplendissant, est totalement détruit par les armées romaines de Titus le 9 Av dans le calendrier hébraïque. Pour la deuxième fois de l’histoire des Hébreux, le Temple de Jérusalem est totalement détruit.

Destruction du second Temple de Jérusalem par les légions romaines menées par Titus- Francesco Hayez - 1867 -wikipedia

 

 

Jérusalem qui venait d’être embellie par d’innombrables constructions est rasée, il ne reste que des ruines. Les quelques habitants qui survivent au massacre sont réduits en esclavage et vendus dans l’Empire romain ou utilisés comme gladiateurs pour les jeux du cirque.

Les trésors sacrés du Temple sont exhibés comme des trophées lors du triomphe de Vespasien nommé empereur l’année précédente.

 

 

Pour la deuxième fois de l’histoire des Hébreux, le Temple de Jérusalem est totalement détruit.

En 587 av J-C, le Temple de Salomon, magnifique et resplendissant, avait été détruit par les armées babyloniennes de Nébucadnestar le 9 Av dans le calendrier hébraïque.

En 70 ap J-C, le Temple d’Hérode, magnifique et resplendissant, est totalement détruit par les armées romaines de Titus le 9 Av dans le calendrier hébraïque.

 

 

 

Le triomphe de Vespasien et de Titus

 

Selon Flavius Josèphe, le nombre de prisonniers de guerre s'élève à 97’000 et le nombre de morts pendant le siège à 1'100' 000.

Le siège a, en effet, commencé peu avant la Pâque, et de très nombreux Juifs s’étaient rendus à Jérusalem pour la célébration de cette fête très importante, se trouvant pris au piège lorsque les Romains ont assiégé la ville.

 

700 prisonniers, dont Simon bar Giora et Jean de Gischala, sont emmenés à Rome pour le triomphe de Titus. Jean de Gischala meurt en prison et Simon bar Giora est exécuté après le triomphe.

 

Vespasien et Titus sont triomphalement acclamés à Rome. Les captifs et le butin tiré du pillage de Jérusalem et de son temple défilent dans la ville et sont présentés au peuple romain.

L’arc de triomphe de Titus à Rome immortalisera ce moment de gloire. 

 

Paroi intérieure de l’Arc de Triomphe de Titus (Rome) qui montre des prisonniers Juifs entourés de soldats romains portant la Ménorah et l’ensemble du butin tiré du pillage de Jérusalem et de son Temple.

 

 

Une nouvelle pièce de monnaie est émise pour l’occasion. On peut y voir une femme en pleurs, assise à l’ombre d’un palmier, dominée par la silhouette d’un légionnaire, et surmontée de ces 2 mots : « Judaea capta », la Judée conquise.

 

L'empereur Vespasien et son fils Titus ont vaincu la Judée, détruit Jérusalem et son Temple. Il ne reste rien des monuments splendides construits par Hérode le Grand.

https://viatemporis.net/sesterce-de-vespasien-a-la-judea-capta-reproduction

 

 

Tête laurée de Titus

Inscription : T CAES VESPASIAN IMP PON TR POT COS II

Traduction : Titus Caesar Vespasianus Imperator Pontifex Tribunicia Potestate Consul Secundum (Titus césar Vespasien empereur, pontife revêtu de la puissance tribunicienne, consul pour la deuxième fois)

 

Titus debout à droite derrière un palmier, tenant une lance de la main droite et un parazonium de la main gauche, le pied gauche sur un casque ; devant le palmier, une captive endeuillée (peut-être la Judée) assise à droite.

Inscription : IVDAEA CAPTA   -    S C

Traduction :   Judaea Capta (La Judée conquise)  -    Senatus Consulto (Par décret du Sénat)

 

La fin de l’Etat hébreu

 

La destruction de Jérusalem, après un siège d’environ 6 mois, marque la fin de 4 ans de guerre et la fin de l’Etat hébreu.

Les Samaritains, en grande partie épargnés par la guerre, s’établissent dans de nombreuses villes côtières avec pour sanctuaire le mont Garizim.

Les Sadducéens en partie massacrés perdent toute influence.

Les Pharisiens se réorganisent rapidement et mettent en place une école et un grand conseil à Jamnia, près de Jaffa. Ce conseil remplace le Sanhédrin et réorganise le judaïsme. Cette branche engendre le judaïsme rabbinique.

 

Les pierres du Temple seront utilisées pour d’autres constructions, puis les musulmans vont élever, sur l’esplanade, le Dôme du Rocher ou mosquée d’Omar.

L'actuel Mur des lamentations est un vestige du mur occidental de soutènement de l'esplanade du Temple.

 

 

 

Un parallèle pour notre époque

 

Dans la Bible, de nombreux récits du passé touchant la nation d’Israël préfigurent souvent des évènements ultérieurs se réalisant sur une plus grande échelle car touchant tous les humains.

Les prophéties de Jésus en Matthieu 24, Luc 21 et Marc 13 ont eu un premier accomplissement au premier siècle mais auront un accomplissement plus grand au temps de la fin que nous nous apprêtons à vivre.

Quel parallèle peut-on alors faire entre le premier siècle et notre époque ?

 

Une grande tribulation est également annoncée pour le temps de la fin.

Mat 24 :21 : «Car alors, il y aura une grande tribulation telle qu'il n'y en a pas eu depuis le commencement du monde jusqu'à maintenant, et qu'il n'y en aura jamais plus. » - La Colombe


D’autres traductions parlent de « grande détresse » ou de « grande affliction ».

 

 

 

La bête qui monte de la mer

 

Cette grande tribulation sera déclenchée par une organisation internationale représentée sous les traits d’une bête à 7 têtes et 10 cornes qui monte de la mer (Apocalypse 13 :1).

 

 

La grande tribulation sera déclenchée par une organisation internationale représentée sous les traits d’une bête à 7 têtes et 10 cornes qui monte de la mer: l'ONU qui a l'admiration de tous les pays et qui a reçu le pouvoir de toutes les nations.

 

 

Que représente-t-elle ?

Dans la Bible, les bêtes représentent généralement des puissances politiques (Dan 7 :17).

 

La bête d’Apocalypse 13 reçoit l’admiration de la terre entière et exerce son autorité sur toutes les nations.

 

Apocalypse 13 : 3 : « Remplie d'admiration, la terre entière suivit alors la bête. »

 

Apocalypse 13 : 7 : « (…) Et il lui fut donné autorité sur toute tribu, tout peuple, toute langue, et toute nation

 

Apocalypse 17 :12,13 : « 12 Les dix cornes que tu as vues sont dix rois, qui n'ont pas encore reçu de royaume, mais qui reçoivent autorité comme rois pendant une heure avec la bête. 13 Ils ont un même dessein, et ils donnent leur puissance et leur autorité à la bête.»

Qui correspond à ces prophéties ? L’ONU, organisation internationale qui regroupe 193 pays sur les  197 que compte la planète et qui est admirée par le monde entier en raison de ses idéaux de paix et de ses Objectifs élevés de Développement Durable (17 ODD).

 

On peut par exemple citer l’accès à la santé et à l’éducation pour tous, l’éradication de la famine, de la misère, des inégalités. Le développement des énergies renouvelables et la protection de la biodiversité.

 

Mais cette organisation et l’ensemble des pays qui la composent vont, au nom de la sécurité et de la santé, dériver vers un système de plus en plus dictatorial, mettant à profit une technologie de pointe afin de contrôler tous les habitants de la terre.

 

Lien – Ap 13 :3 : L’une de ses têtes a une blessure mortelle qui est guérie

 

Lien – Ap 13 :4 : Le dragon et la bête sont adorés

 

L'ONU, la bête de l'Apocalypse, et l’ensemble de ses pays membres vont, au nom de la sécurité et de la santé, dériver vers un système de plus en plus dictatorial, mettant à profit une technologie de pointe afin de contrôler tous les habitants de la terre.

Mohamed Hassan de Pixabay

 

 

Tout sera prêt pour une dictature qui sera dirigée au niveau mondial par l’antichrist annoncé dans la Bible.

Cette puissante dictature s’attaquera alors à la religion qu’elle voudra faire disparaître car jugée responsable de tous les maux de la planète (Dan 11 :36 ; 2 Thessaloniciens 2 : 4 ; Apocalypse 13 : 5-7).

Cela marquera le début de la grande tribulation.

 

 

Cette bête qui monte de la mer, l’ONU totalitaire, est « l'abomination qui causera la désolation dans un lieu saint » annoncée par Jésus et qui s’attaquera à toutes les religions, y compris aux chrétiens et aux plus fidèles serviteurs de Dieu (Mat 24 :15).

 

Que nous faut-il faire ? La Bible nous répond : il nous faut fuir.

 

 

 

Babylone la grande comparée à Jérusalem

 

Les Juifs ont prétendu être les vrais serviteurs de Dieu mais ont démontré le contraire par leurs actes, allant jusqu’à assassiner Jésus-Christ, le Fils de Dieu, de nombreux prophètes, les apôtres et les premiers chrétiens.

 

Lien - Ap 3:9 - La synagogue de Satan

 

Lien - Le Temple de Jérusalem est détruit puis reconstruit après 70 ans de colère divine

 

 

De nombreuses religions, en particulier chrétiennes, ont prétendu être les représentantes de Dieu sur la terre, mais leurs actes démontrent le contraire.

 

Dans la Bible, la fausse religion est représentée sous les traits d’une prostituée luxueusement vêtue appelée « Babylone la grande » chevauchant une bête sauvage (les rois de la terre, ses amants) jusqu’au jour où la bête se retourne contre elle, la dévaste et la détruit complètement (Apocalypse 17).

 

 

Dans la Bible la fausse religion est représentée sous les traits d’une prostituée luxueusement vêtue Babylone la grande chevauchant une bête sauvage, les rois de la terre ses amants jusqu’au jour où la bête se retourne contre elle et la détruit totalement

 

 

Apocalypse 18 :4,5 : « 4 Puis j'entendis une autre voix venant du ciel qui disait: «Sortez du milieu d'elle, mon peuple, afin de ne pas vous associer à ses péchés et de ne pas être victimes de ses fléaux. 5 En effet, ses péchés se sont accumulés jusqu'au ciel et Dieu s'est souvenu de ses crimes. »

 

Tout comme les premiers chrétiens ont dû fuir Jérusalem pour montrer leur obéissance à Jésus et ne pas subir la destruction ; il nous faut fuir Babylone la grande pour montrer notre obéissance à Jésus (le livre de l’Apocalypse contient les paroles de Jésus pour le temps de la fin) et ne pas subir la destruction.

 

 

 

Comment fuir de Babylone la grande ?

 

Jésus avait déclaré quand il était sur terre :

Jean 8:32 : « et vous connaîtrez la vérité et la vérité vous libérera. » - Bible de Jérusalem

  

Pendant de nombreux siècles, la fausse religion a exercé un grand pouvoir sur les populations. Seule détentrice des écrits sacrés dont elle a privé les gens du peuple, seule à imposer ses doctrines que les populations étaient obligées d’accepter sous peine des pires tortures, Babylone la grande, représentée par différents clergés, a privé les gens de liberté. Elle a maintenu les populations captives des mensonges et de la peur.

 

Les gens ont pris l’habitude de laisser un groupe de représentants religieux prendre les décisions à leur place et se sont contentés de suivre ce qu’on leur disait.

 

 

Il est grand temps que chacun apprenne à raisonner par soi-même. La Bible inspirée de Dieu constitue la seule référence que Dieu a mise à notre disposition.

 

1 Thessaloniciens 5:21 : « Vérifiez toutes choses ; tenez ferme ce qui est excellent. » - TMN

 

1 Timothée 2:4 « car il veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la pleine connaissance de la vérité. » - Bible de la Liturgie

 

Il est grand temps que chacun apprenne à raisonner par soi-même. La Bible inspirée de Dieu constitue la seule référence que Dieu a mise à notre disposition. Jésus avait déclaré: vous connaîtrez la vérité et la vérité vous libèrera.

IMGBIN_Ushario

 

 

Tout comme les premiers chrétiens ne devaient pas être associés aux mauvaises actions de Jérusalem, les chrétiens du temps de la fin ne doivent pas être associés aux mauvaises actions de Babylone la grande.

 

Débarrassons-nous des fausses doctrines, pratiques condamnées par Dieu comme l’idolâtrie. Nous ne devons glorifier que Dieu et Jésus sans nous laisser impressionner par un quelconque humain (Mat 23 :8-12).

 

Jérémie 17:5 : «  Voici ce que dit Yahvé : Maudit soit l’homme qui met sa confiance dans un humain, qui fait d’un mortel son recours, et qui détourne son cœur de Yahvé. » -  Bible des peuples 

 

N’hésitons pas à prier Dieu afin qu’il nous donne la sagesse et le discernement nécessaires pour comprendre ses enseignements et nous diriger vers le culte pur.

 

Apocalypse 18 :4 : « Sortez d’elle mon peuple ! »

 

 

 Olivier                                                                                 Pour laisser un commentaire, c'est ici !

 

Sauf indication spéciale, les versets ont été tirés de la traduction Segond 21 et les images de Free Bible Images.


En 587 av J-C, le Temple de Salomon est détruit par les armées babyloniennes de Nébucadnestar le 9 Av dans le calendrier hébraïque.  En 70 ap J-C, le Temple d’Hérode est totalement détruit par les armées romaines de Titus le 9 Av du calendrier hébraïque.