Apocalypse 2 : 12 : Pergame


 

Sanctuaire d'Asclépios ou Esculape, dieu de la médecine, construit à Pergame au IIème siècle, ville d'Asie mineure.
Sanctuaire d'Asclépios ou Esculape, dieu de la médecine.

 Pergame

Apocalypse 2 : 12 : « Écris à l'ange de l'Eglise de Pergame: 'Voici ce que dit celui qui tient l'épée aiguë à deux tranchants: »

 

Jésus écrit maintenant aux chrétiens de l'église de Pergame, une ville située au Nord de Smyrne.
Aujourd'hui, son nom est 
Bergama, elle appartient à la province d'Izmir en Turquie.

 La ville de Pergame

L'apogée de Pergame est atteint sous Eumène II, roi à partir de -197. Grand bâtisseur, Eumène II agrandit la ville, consolide les fortifications, édifie le Grand Autel de Zeus (actuellement au Pergamon Museum de Berlin) et le temple d'Athéna, de nombreux gymnases et une grande bibliothèque.

La ville possède une agriculture et une industrie prospères : l'industrie fabrique des tissus, de la céramique et surtout, 
des parchemins (du grec περγαμηνή / pergamênế, qui signifie « peau de Pergam», devenu en français « parchemin »). 

Sous gouvernement romain, la prospérité et l'expansion de Pergame continuent. Au IIe siècle apr. J.-C., elle connaît même un second apogée, et l'édification de temples, comme 
le sanctuaire d'Asclépios qui devient un centre médical d'une grande renommée. C'est la patrie du grand médecin Claude Galien.

À la fin de ce même IIe siècle, Pergame se convertit au christianisme. Le temple de Sérapis, dans le sanctuaire des dieux égyptiens, est transformé en église chrétienne.
Pergame fait partie des 7 Eglises qui reçoivent des lettres de Jésus-Christ. Le fait qu’elle soit citée en 3ème position signifie qu’il s’agit de la 3ème Eglise à s’être formée dans cette partie du monde, en Asie Mineure. 

 Pourquoi Jésus tient-il une épée?

Jésus s'adresse à l'église de Pergame avec une épée. Cela indique qu'il a un combat à mener.
De toute évidence, Jésus va mettre en garde les chrétiens de Pergame et leur demander de changer quelque chose.

Olivier

 


Écrire commentaire

Commentaires: 0