Apocalypse 2 : 14 : La doctrine de Balaam


 

La doctrine de Balaam devin engagé par Balak roi de Moab Israélites trop nombreux

La doctrine de Balaam

 

Apocalypse 2 : 14 : «  Mais j'ai quelque chose contre toi, c'est que tu as là des gens attachés à la doctrine de Balaam, qui enseignait à Balak à mettre une pierre d'achoppement devant les fils d'Israël, pour qu'ils mangeassent des viandes sacrifiées aux idoles et qu'ils se livrassent à l'impudicité. »

 

Jésus reproche à l'église de Pergame d'avoir en son sein des gens attachés à la doctrine de Balaam.


 De quoi s’agit-il, qui est Balak et en quoi a-t-il amené les fils d’Israël à trébucher ?

Balak est le roi de Moab. Il est inquiet depuis que le peuple d’Israël, libéré d’Egypte et de plus en plus nombreux, traverse ses territoires vers le pays de Canaan et campe dans les plaines de Moab. Il fait donc venir Balaam, un devin au service de l’Éternel pour qu’il maudisse Israël, or c’est précisément l’inverse qui se produit !
On se souvient de 
l’ânesse de Balaam qui, la première a vu un ange au travers de son chemin, son maître la bat à trois reprises avant de comprendre le message de l’ange: ne dire à Balak que les paroles que Dieu lui demande de prononcer !

Nombres 24:10: "La colère de Balak s'enflamma contre Balaam. Il frappa des mains et dit à Balaam: «C'est pour maudire mes ennemis que je t'ai appelé et voici que tu les as bénis déjà trois fois."

Sous influence divine, Balaam bénit Israël par 3 reprises. Par contre il annonce un jugement contre Moab qui serait dominé par Israël.

Nombres 24:17: "Je le vois bien, mais ce n'est pas pour maintenant, je le contemple, mais non de près ; un astre monte de Jacob, un sceptre surgit d'Israël ; il brise les flancs de Moab, il abat tous les fils de Seth."

 

Balaam revient alors vers Balak pour qu’il se serve des filles de Moab afin d’inciter les fils d'Israël à la fornication et à l’idolâtrie. À Péor, les Israélites se livrent alors à la prostitution et au culte de Baal. Cela devait permettre aux Moabites de se mêler aux Israélites et donc de ne plus être leurs ennemis.

Nombre 25 : 1 « Or, Israël demeurait à Sittim; et le peuple commença à se livrer à la fornication avec les filles de Moab. 2 Elles convièrent le peuple aux sacrifices de leurs dieux; et le peuple mangea, et se prosterna devant leurs dieux. 3 Et Israël s'attacha à Baal-Peor; et la colère de Yahvé s'enflamma contre Israël. » 

Nombre 31 :16 « Rappelez-vous que ce sont elles (les femmes moabites) qui, sur les conseils de Balaam, ont incité les Israélites à être infidèles à l’Éternel dans l'affaire de Peor, de sorte qu'un fléau a frappé la communauté de Yahvé. » 

Les conséquences pour les Israélites sont désastreuses. Dieu envoie un fléau et 24 000 Israélites perdent la vie !

Nombres 25: 6-9: " A ce moment survint un Israélite amenant vers ses compatriotes une fille madianite, sous les yeux de Moïse et devant toute la communauté des Israélites qui pleuraient à l'entrée de la tente de la Rencontre. 7 Voyant cela, Phinéas, fils d'Eléazar et petit-fils du prêtre Aaron, se leva du milieu de la communauté, saisit une lance 8 et suivit cet Israélite jusque dans la partie arrière de sa tente. Là, il transperça tous les deux, l'homme et la femme, d'un coup en plein ventre. Et le fléau qui sévissait parmi les Israélites cessa. Mais il avait déjà fait vingt-quatre mille victimes."

Balaam est mis à mort par les Israélites. 
Nombres 31 8: « (…) ils tuèrent aussi par l'épée Balaam, fils de Béor. »

Lien Moïse et l'affaire Baal de Peor.

 Qu’est-ce que la doctrine de Balaam ?

C’est le fait d’utiliser la fornication et l’idolâtrie afin de mêler deux peuples pour les unir et n’en faire qu’un.

Pergame, les chrétiens devaient rester fidèles à Dieu en ne se livrant pas à la fornication qu’elle soit physique ou spirituelle. Ils devaient garder les enseignements purs et exempts de fausses doctrines. Ils devaient aussi se garder de toute forme d'idolâtrie. Leur objectif n’était pas de se mêler au monde qui les entourait, mais de préserver l’intégrité du culte chrétien.

 A notre époque, qu’est-ce que cela signifie ? 

Nous devons rester fidèle à Dieu, même si cela signifie être différent de la majorité. Le monde qui nous entoure pourrait facilement nous entraîner dans certaines pratiques opposées au vrai christianisme. Le but n’est pas d’être assimilé mais d’être et de 
rester soi-même selon notre intégrité de cœur envers Yahvé

Olivier

 


Écrire commentaire

Commentaires: 0