Apocalypse 5 : 14 : Que signifie adorer et se prosterner?


 

se prosterner devant Dieu
Le prophète Elie se prosterne devant Dieu.

Que signifie adorer et se prosterner ?

 

 

Apocalypse 5 : 14 : « Les quatre êtres vivants répondaient: «Amen!» Et les anciens se prosternèrent et adorèrent. »

 

Jean voit maintenant les quatre êtres vivants et les 24 anciens se prosterner et adorer Dieu et Jésus-Christ.

L'adoration est associée au fait de se prosterner. 

 Que signifie " se prosterner"?

Se prosterner, c'est s'incliner profondément devant quelqu'un en signe de grand respect, d'adoration, d'humilité, de soumission, d'obéissance

Se prosterner devant quelqu'un c'est 
reconnaître sa supériorité, son autorité, éprouver un amour intense et lui offrir avec une très grande humilité un signe d'hommage et d'adoration. 

C'est une attitude que nous adoptons en général quand nous prions avec 
sincérité.
L'adoration est un hommage religieux, un culte que l’on rend et qui s'apparente au don de soi; ce terme, pris dans son sens étymologique, signifie proprement l’acte de baiser quelque chose en le portant à sa bouche. 

 Qui est ainsi adoré ? 

Le verset précédent nous rappelle les paroles qui viennent juste d'être prononcées : «
A celui qui est assis sur le trône et à l'Agneau soient la louange, l'honneur, la gloire et la domination, aux siècles des siècles!» - Apocalypse 5 : 13
Il s'agit de 
Dieu, le maître suprême de l'univers et de Jésus-Christ, son fils

Cela nous rappelle le passage d
'Apocalypse 5 : 8 : « Quand il eut pris le livre, les quatre êtres vivants et les vingt-quatre anciens se prosternèrent devant l'agneau. Chacun tenait une harpe et des coupes d'or remplies de parfums, qui sont les prières des saints» 

 Mais, ne doit-on pas uniquement se prosterner devant Dieu, le Tout-Puissant ?

D'après ce verset, non, puisque nous voyons les membres oints du Royaume de Dieu qui sont parfaits, purs, incorruptibles, immortels et saints se prosterner devant Jésus-Christ.       

Si les ministres puissants et immortels, supérieurs aux anges eux-mêmes, se prosternent devant Jésus-Christ, il est évident que nous, simples humains mortels et imparfaits, pourrions nous prosterner également devant Jésus !! Mais je rappelle qu'il est formellement interdit d'adorer Jésus au travers d'un symbole quelconque (croix, icône ou statue) , ce serait de l'idolâtrie !

 Comment adorer Dieu et Jésus dans notre vie de tous les jours ?

Une Samaritaine a dit un jour à Jésus :  «
Seigneur, lui dit la femme, je vois que tu es un prophète. 20 Nos ancêtres ont adoré sur cette montagne et vous dites, vous, que l'endroit où il faut adorer est à Jérusalem ». Jean 4:19, 20. 
C'est en effet ce qu'avaient coutume de faire les Juifs.
Actes 8:27 : «Il se leva et partit. Or un eunuque éthiopien, haut fonctionnaire de Candace, la reine d'Ethiopie, et administrateur de tous ses trésors, était venu à Jérusalem pour adorer.»
Actes 24:11 « Comme tu peux le vérifier, il n'y a pas plus de 12 jours que je suis monté à Jérusalem pour adorer Dieu. »

Cependant, Jésus répond à la Samaritaine en ces termes:
Jésus lui répond :  «
Femme, lui dit Jésus, crois-moi, l'heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père. 23 Mais l'heure vient, et elle est déjà là, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité. En effet, ce sont là les adorateurs que recherche le Père. 24 Dieu est Esprit et il faut que ceux qui l'adorent, l'adorent en esprit et en vérité.» Jean 4:21,23,24.

Ainsi, pour adorer Dieu et Jésus, il est inutile de se déplacer dans un lieu particulier comme le faisaient les Juifs quand ils venaient à Jérusalem pour célébrer certaines fêtes. 
De nos jours, aucun endroit dans le monde n'est considéré comme saint, pas même Jérusalem qui est source de nombreuses tensions entre les différentes religions monothéistes.
Il est inutile de se rendre dans une église, une cathédrale, un temple, un monastère ou autre bâtiment religieux...
Il est inutile de revêtir des vêtements spéciaux, de réciter des formules ou des invocations apprises par cœur.

Jésus nous explique qu'il nous faut adorer Dieu 
en esprit et en vérité. C'est à dire avec toute notre conscience, notre compréhension basée sur la véritable connaissance des saintes écritures. Le culte que nous rendons à Dieu et à Jésus est l'expression de notre reconnaissance et de notre amour. 

1 Jean 4:19 : « Quant à nous, nous l'aimons parce qu'il nous a aimés le premier. »

Imprégnons-nous de l'enseignement profond de Jésus qui touche les cœurs et pousse à l'action avec de bons mobiles. Soyons entiers dans notre adoration pour Dieu et Jésus. Nous en retirerons de très nombreux bienfaits et l'assurance de recevoir ses bénédictions futures.

1 chroniques 28 : 9 : « Quant à toi, Salomon, mon fils, connais le Dieu de ton père et sers-le avec un cœur sans réserve et un esprit bien disposé, car l’Éternel examine tous les cœurs et discerne toutes leurs intentions.» 

Olivier

 


Écrire commentaire

Commentaires: 4
  • #1

    Sapu (mardi, 19 février 2019 09:35)

    Bonjour,
    Merci beaucoup pour cette partager qui m'a fait et énormément du bien . Que Dieu vous bénisse.

  • #2

    Olivier (mardi, 19 février 2019 18:33)

    Je vous remercie sincèrement pour votre message et vous souhaite bonne lecture.

  • #3

    DIDIER (jeudi, 14 novembre 2019 08:44)

    JÉSUS PASSA TOUTE LA NUIT A PRIER DIEU ,IL TRANSPIRAIT,A GROSSE GOUTTE, IL CRIAIT,ET IL A ÉTÉ EXAUCÉ PAR CELUI QUI POUVAIT LE SAUVER DE LA MORT. JÉSUS-CHRIST AVAIT IL PEUR DE MOURIR ? SI OUI POURQUOI ? SI NON POURQUOI ?

  • #4

    Olivier (vendredi, 15 novembre 2019 02:40)

    Jésus savait qu’il devait mourir. Il est d’ailleurs venu sur terre pour cela, pour donner sa vie en rançon pour les humains.

    Matthieu 20 :28 : « C'est ainsi que le Fils de l'homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour beaucoup. »

    En effet, tout au long de l’histoire du peuple hébreu, les sacrifices d’animaux qui étaient faits pour le pardon des fautes préfiguraient le sacrifice bien plus grand qu’allait faire Jésus-Christ pour l’humanité.

    Peu avant sa mort, le jour de la Pâque juive qui rappelle la valeur hautement symbolique du sang de l’Agneau pascal, Jésus se trouve dans le jardin de Gethsémani en compagnie de quelques apôtres.

    Jésus sait que l’heure où il doit mourir approche. Il ressent une très grande tristesse et de l’angoisse.

    « 37 Il prit avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée et il commença à être saisi de tristesse et d'angoisse. 38 Il leur dit alors: «Mon âme est triste à en mourir. Restez ici, éveillés avec moi.»- Matthieu 26 : 37-38

    Jésus était humain. Et combien même il était parfait, il ressentait une angoisse profonde vis-à-vis de ce qu’il allait devoir vivre : l’insulte, les moqueries, les fausses accusations, l’irrespect, le mépris, la haine, la violence, la souffrance et finalement la mort.

    Rendons-nous compte, le Fils de Dieu lui-même qui n’est venu sur terre que pour soulager, enseigner et apporter l’espoir, va être traité comme le pire des criminels.

    Donner sa vie en sacrifice pour les autres demande un courage et un amour immenses. Mais en plus le faire en étant insulté et humilié en demande encore bien plus !
    Jésus va devoir démontrer sa fidélité à Dieu, à son engagement envers les humains en restant fidèle jusqu’à la fin. Un poids énorme repose sur ses épaules : la vie éternelle des humains qui exerceront la foi en lui et l’avenir-même de la planète repose sur ce don de lui-même qu’il s’apprête à faire.

    Mais le pire de tout pour Jésus est sans doute de mourir après avoir été accusé de blasphème.

    Alors que les chefs religieux juifs cherchent un prétexte pour faire mourir Jésus,
    « 63 Mais Jésus gardait le silence. Le grand-prêtre [prit la parole et] lui dit: «Je t'adjure, par le Dieu vivant, de nous dire si tu es le Messie, le Fils de Dieu.» 64 Jésus lui répondit: «Tu le dis. De plus, je vous le déclare, vous verrez désormais le Fils de l'homme assis à la droite du Tout-Puissant et venant sur les nuées du ciel.» 65 Alors le grand-prêtre déchira ses vêtements en disant: «Il a blasphémé! Qu'avons-nous encore besoin de témoins? Vous venez d'entendre son blasphème. 66 Qu'en pensez-vous?» Ils répondirent: «Il mérite la mort.» 67 Là-dessus, ils lui crachèrent au visage et le frappèrent à coups de poing; certains lui donnaient des gifles en disant: 68 «Christ, prophétise-nous qui t'a frappé!» - Mat 26 : 63-68

    Jésus est parfaitement conscient de tout ce qui entoure sa mort : ses responsabilités vis-à-vis du monde entier, l’intensité de la douleur physique qu’il allait subir, le mépris des foules envers lui, la plus ignoble des accusations, le blasphème, dont il sera victime.

    « Et, se trouvant en agonie, il priait plus instamment, et sa sueur devint comme des gouttes de sang, qui tombaient sur la terre. » - Luc 22:44 – Crampon

    Est-ce que Jésus avait peur ? Très certainement. Jésus était humain et ressentait les émotions que nous.
    Jésus prie intensément en demandant à ce que cette coupe s’éloigne de lui. Boire la coupe c’est devoir subir le sort qui nous est réservé.

    Puis il avança de quelques pas, se jeta le visage contre terre et fit cette prière: «Mon Père, si cela est possible, que cette coupe s'éloigne de moi! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux.»Mat 26 :39

    Jésus demande à plusieurs reprises de ne pas boire la coupe, à ne pas subir une telle mort, dans de telles conditions.
    Cependant, telle n’était pas la volonté de son Père qui a laissé s’exprimer ce que son peuple qu’il avait aimé pendant plus de 1000 ans, avait dans son cœur. Son peuple, qui au lieu d’accueillir le messie tant attendu, l’a malmené avec une grande brutalité et méprisé.

    Le courage, l’amour, le sacrifice de Jésus n’en a que plus de valeur.