Apocalypse 14 : 16 : La terre est moissonnée


 

La terre est moissonnée

 

 
Apocalypse 14 : 16 : « Celui qui était assis sur la nuée jeta sa faucille sur la terre et la terre fut moissonnée. »


Au verset 15, nous avons vu qu’un quatrième ange sort du temple et dit à Jésus de lancer sa 
faucille car l’heure de la moisson est venue.
Nous avons aussi compris, grâce à la parabole du blé et de la mauvaise herbe enseignée par Jésus que le 
champ c’est le monde, le semeur qui sème la bonne semence c’est Jésus-Christ, l’ennemi qui sème la mauvaise herbe, c’est Satan, la mauvaise herbe sont ceux qui suivent leur père Satan, le temps de la moisson, c’est le temps de la fin, les moissonneurs sont les anges.

Après la moisson, la mauvaise herbe est détruite, brûlée dans le feu, tandis que le bon blé est récolté. Cela symbolise le sort des personnes qui seront séparées les unes des autres au moment de l’intervention de Jésus.


 La moisson est grande

La moisson de la terre entière avec ses
 plus de 7,6 milliards d’habitants constitue un travail colossal. Nous avons déjà vu que les anges participent activement à ce travail spécifique du temps de la fin. 

Matthieu 13 :49 : « Il en ira de même à la fin du monde: les anges viendront séparer les méchants d'avec les justes ».

Cependant, les chrétiens ont aussi joué un rôle important dans l’œuvre de témoignage du message divin. A commencer par les disciples de Jésus au premier siècle:

« levez les yeux et regardez les champs: ils sont déjà blancs pour la moisson »- Jean 4 :35
Il leur dit: 
«La moisson est grande, mais il y a peu d'ouvriers. Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers dans sa moisson »- Luc 10 : 2.

Jésus, le maître de la moisson, envoie ses disciples annoncer la venue du Royaume : « dites-leur: 'Le royaume de Dieu s'est approché de vous.' »-Luc 10 :9.
Il ajouté : 
« Celui qui vous écoute m'écoute, celui qui vous rejette me rejette, et celui qui me rejette rejette celui qui m'a envoyé. »
Rejeter le message chrétien du salut annoncé dans les Saintes Écritures revient au final à rejeter Dieu et son Fils Jésus-Christ.


 L’un sème, l’autre arrose et un autre récolte

Jésus ajoute que tous auront leur rôle à jouer. Tout comme la culture du blé se fait en plusieurs étapes, il en est de même pour l’expansion du christianisme.

Certains sèment les graines, les premières paroles, les premiers enseignements. D’autres arrosent, apportent les arguments bâtisseurs et des enseignements de plus en plus profonds. Enfin, les derniers récoltent le bon blé, ils ont le privilège d’accompagner les personnes enseignées dans leurs derniers pas vers la décision de servir Dieu et devenir un chrétien fidèle.

C’est ce qu’explique Jésus :

Jean 4 : 36-38 : « 36 Celui qui moissonne reçoit un salaire et amasse du fruit pour la vie éternelle, afin que celui qui sème et celui qui moissonne se réjouissent ensemble. 37 En effet, en cela cette parole est vraie: 'L'un sème et l'autre moissonne.' 38 Je vous ai envoyés récolter une moisson qui ne vous a pas demandé de travail; d'autres ont travaillé et vous êtes entrés dans leur travail ».

Plus tard, 
Paul, l’apôtre des nations a expliqué le même principe :

1 Corinthiens 3 :6-8 : « 6 J'ai planté, Apollos a arrosé, mais c'est Dieu qui a fait grandir. 7 Ainsi, ce n'est pas celui qui plante ni celui qui arrose qui compte, mais Dieu, qui donne la croissance. 8 Celui qui plante et celui qui arrose sont égaux, et chacun recevra sa propre récompense en fonction de son propre travail. »


 Chacune de nos paroles est importante

Ne négligeons rien, la moindre petite parole peut avoir des effets remarquables. Jésus nous donne l’exemple de la graine de moutarde qui est la plus petite des semences :

Matthieu 13 :31, 32 : « 31 Il leur proposa une autre parabole: ‘Le royaume des cieux ressemble à une graine de moutarde qu'un homme a prise et semée dans son champ. 32 C'est la plus petite de toutes les semences, mais quand elle a poussé, elle est plus grande que les légumes et devient un arbre, de sorte que les oiseaux du ciel viennent habiter dans ses branches.’»

Voici une règle qui peut s’appliquer à bien des domaines :

Galates 6 :9 : Ne négligeons pas de faire le bien, car nous moissonnerons au moment convenable, si nous ne nous relâchons pas.»

Le résultat obtenu sera proportionnel aux efforts accomplis en amont par l’ensemble des chrétiens.

Paul ajoute : «
 Sachez-le, celui qui sème peu moissonnera peu et celui qui sème abondamment moissonnera abondamment. » 2 Corinthiens 9 :6

Il nous faut faire preuve de patience jusqu’au retour du Christ :

Jacques 5 :7, 8 : « 7 Soyez donc patients, frères et sœurs, jusqu'au retour du Seigneur. Voyez le cultivateur: il attend le précieux fruit de la terre en faisant preuve de patience envers lui jusqu'à ce qu'il ait reçu les premières et les dernières pluies. 8 Vous aussi, soyez patients, affermissez votre cœur, car le retour du Seigneur est proche.»


 Concrètement comment semer, arroser et récolter dans le champ des humains ?

Nous ne pouvons parler de choses que nous ne connaissons pas suffisamment bien. Il nous faut commencer par
 acquérir une bonne connaissance des enseignements de Dieu et Jésus-Christ, grâce à l’étude de la Bible, à l’échange avec d’autres chrétiens, à la prière.

Notre conduite constitue un témoignage constant. Les gens constatent au quotidien quel genre de personne nous sommes. Les personnes seront touchées par notre politesse, notre sourire, notre respect, notre aide en cas de besoin. Elles constateront notre langage correct, notre mise soignée, notre environnement propre et entretenu, notre sérieux et notre honnêteté, notre ardeur au travail.
Nos paroles, pour être crédibles, doivent être en harmonie avec notre conduite de tous les jours.

Lorsque nous abordons les connaissances des Saintes Écritures, parlons 
avec notre cœur et avec conviction. Choisissons les moments propices pour cela, les moments de calme, les endroits paisibles. Il est inutile de vouloir parler de la Bible à quelqu’un qui est pris entre deux rendez-vous et qui est stressé par des soucis personnels.
Il est possible également d’utiliser les moyens modernes mis à notre disposition comme internet afin de communiquer sa connaissance et partager des remarques édifiantes. La plupart des personnes qui se posent des questions ou qui recherchent une information ont maintenant recours aux recherches directement sur internet, à un moment qui leur convient et où elles sont plus disponibles et plus réceptives.

Ce qui importe, c’est de donner 
le meilleur de nous-mêmes. Faire du porte à porte alors que l’on est paralysé par la timidité et que l’on espère au fond de soi que les habitants sont absents n’est pas la meilleure solution. Ecrire une lettre alors que l’on ne sait pas aligner 2 mots sans faire 10 fautes d’orthographe et de syntaxe n’est pas non plus la meilleure solution. Téléphoner alors qu’on bégaie, non plus… 
Il faut se mettre à la place de la personne qui reçoit le message, elle doit l’entendre ou le lire d’une manière 
correcte, agréable et digne de notre Créateur et de son Fils Jésus-Christ. 

Chacun doit s’adapter à ses propres compétences et à sa personnalité afin de donner un témoignage de qualité. Certains sont plus à l’aise à l’oral, d’autres à l’écrit. Il est important de paraître confiant, serein et positif. 

Soyons conscients que Dieu et son Fils voient tout,
 ils connaissent chacun de nos efforts pour le servir et pour rendre témoignage à la Vérité divine. 

1 Corinthiens 4 :5 : « C'est pourquoi ne portez aucun jugement avant le moment fixé, avant le retour du Seigneur, car il mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres et il dévoilera les intentions des cœurs. Chacun recevra alors de Dieu la louange qui lui revient. »

Olivier

 


Écrire commentaire

Commentaires: 0