Le codex d’Alep : la plus ancienne Bible hébraïque de tradition massorétique inscrite au patrimoine de l’humanité


Le codex d’Alep :

la plus ancienne Bible hébraïque

de tradition massorétique

inscrite au patrimoine de l’humanité


 

 L’histoire du codex d’Alep

Le 
Codex d'Alep est la plus ancienne version connue de la Bible hébraïque selon la massora tibérienne. Il aurait été écrit entre 910 et 930 de notre èresur du velin (peau de veau mort-né) par un scribe du nom deשלמה בן-בויאעא Shlomo ben Bouya'a dans la région de Tibériade. 
Le texte a ensuite été vérifié, vocalisé, et doté de notes massorétiques par 
Aharon ben Moshe ben Asher, le dernier et plus illustre descendant de la famille Ben Asher, scribes et massorètes éminents depuis cinq générations. 

Les 
massorètes (en hébreu, Baalei Hamasorah, “Seigneurs de la tradition”), étaient des copistes extrêmement minutieux des Écritures hébraïques. Par leur rigoureux travail de fixation du texte biblique, ils assuraient la transmission fidèle du texte de la Bible hébraïque, ainsi que de ses nuances de prononciation et de vocalisation. (Ils annotaient en marge du texte le moindre changement rencontré dans les copies. Ils ont aussi inventé un système de points-voyelles et d’accents pour aider le lecteur à prononcer correctement les mots).
Grâce à ce travail remarquable, l’intégrité des Écritures hébraïques a été préservée à travers les générations. 

Une fois terminé, le codex d’Alep, contenant la totalité de la Bible hébraïque, a été dédié à la communauté 
karaïte de Jérusalem par le karaïte Yisrael Ben Simha, de Bassora (Irak actuel). Contrairement au judaïsme rabbinique, les Caraïtes refusent la sacralité de la Loi orale, compilée notamment dans le Talmud. Pour les karaïtes, seule la Bible hébraïque, appelée la Miqra ou le Tanakh, possède une valeur sacrée.

Le 
Tanakh ou Tanak est l’acronyme de « Torah - Nevi'im - Ketouvim », les 3 parties constitutives de la Bible hébraïque, communément appelée « Ancien Testament » (la Torah תּוֹרָה = la Loi ou Pentateuque ;  les Nevi'imנביאים = les Prophètes ;  les Ketouvim כתובים = les Autres Écrits).

C'est sur la base du codex d'Alep que le rabbin et décisionnaire Moïse Maïmonide (1135-1204) a édicté les règles exactes de rédaction de rouleaux de la Torah.

Le codex aurait ensuite gagné 
Alep (Syrie actuelle), peut-être vers la fin du XIVe siècle, où il est resté jusqu'au XXe siècle.
Malheureusement, la communauté juive d’Alep a conservé si soigneusement ce précieux document pendant six siècles, qu’il était impossible pour des étrangers de le consulter.  

Le 2 décembre 
1947, lors des émeutes anti-juives qui ont fait suite à la décision de l'ONU de créer un État juif sur une partie de la Palestine, le codex conservé dans la grande synagogue d'Alep a été jeté au sol et éparpillé. Une partie des pages ont disparu, sans doute emmenées par des émeutiers ou par des membres de la communauté.
Le codex a alors été caché pendant une dizaine d'années par la communauté juive de Syrie, jusqu'à ce qu'il parvienne en Israël en 1958. Le codex est aujourd'hui exposé dans le Sanctuaire du Livre du Musée d'Israël. 

Bien qu’ayant perdu le tiers de ses pages dont une grande partie de la 
Torah (ou Pentateuque, les 5 premiers livres de la Bible), il demeure la plus grande autorité en matière de massora (la tradition par laquelle les Écritures hébraïques ont été fidèlement préservées à travers les générations), et donc le plus fiable concernant le texte biblique, sa vocalisation et sa cantillation.

Le Codex d’Alep est inscrit le 8 février 2016 sur la liste des biens du 
patrimoine mondial de l'humanité de l’UNESCO.


 Le codex d’Alep et le tétragramme

Le tétragramme en caractères hébraïques moderne avec 
cantillation hébraïque est retrouvé tout au long des Écritures hébraïques du codex d’Alep (à l’origine, il s’y trouvait environ 7000 fois sur la totalité du codex). 

 

Le codex d'Alep écrit entre 910 et 930 avec le verset de Josué 1:1. On y voit clairement le Tétragramme du Nom de Dieu.

Josué 1:1 dans le codex Alepo de tradition massorétique, écrit entre 910 et 930 – wikipedia commons

 

 

Codex d'Alep - un passage du Deutéronome contient au moins 6 fois le Tétragramme du Nom de Dieu: YHWH

Un passage du Deutéronome – wikipedia commons

 

 

Codex d'Alep- un passage d'Esaïe chapitre 40 contient au moins 8 fois le Tétragramme du Nom de Dieu.

Codex d’Alep- Esaïe ch 40




 Conclusion

Il est passionnant de découvrir les manuscrits anciens si précieux pour nous aujourd’hui puisqu’ils permettent de confirmer l’
exactitude du texte biblique sur lequel nous sommes prêts à baser notre compréhension du monde, notre espérance et notre vie !
Ces anciens manuscrits mettent en valeur le mot le plus important qui ait été écrit : le Nom du Tout-Puissant qui apparaît environ 
7000 fois dans les Écritures hébraïques. 
Découvrons, dans le prochain post, un second manuscrit d’une valeur également inestimable : le 
Codex de Leningrad.

Olivier

 


Écrire commentaire

Commentaires: 0