Doit-on, en tant que chrétiens, continuer à célébrer les fêtes et jours spéciaux liés au culte israélite ?


 

Jésus nous a imposé une seule célébration : la commémoration de sa mort, le 14 Nisan qui a remplacé la fête de la Pâque juive.

1 Corinthiens 11 : 23-26 : « 23 En effet, j'ai reçu du Seigneur ce que je vous ai transmis. Le Seigneur Jésus, la nuit où il a été arrêté, a pris du pain. 24 Après avoir remercié Dieu, il l'a rompu et a dit: [«Prenez, mangez.] Ceci est mon corps qui est [rompu] pour vous. Faites ceci en souvenir de moi.» 25 De même, après le repas, il a pris la coupe et a dit: «Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang. Faites ceci en souvenir de moi toutes les fois que vous en boirez.» 26 En effet, toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur jusqu'à ce qu'il vienne. »


 

Toutes les célébrations observées par les Juifs s’accompagnaient de sacrifices rituels d’animaux dans le but d’obtenir le pardon des fautes et la faveur de Yahvé.
Or ces sacrifices préfiguraient le sacrifice bien plus important de Jésus-Christ qui a versé son sang parfait pour nous réconcilier avec le Tout-Puissant. De ce fait, si nous continuions à observer ces célébrations de la Loi, cela reviendrait à mépriser le sang du Christ et la valeur de son rachat.

Hébreux 10 : 14,18 : « 14 En effet, par une seule offrande il a conduit à la perfection pour toujours ceux qu'il rend saints. 18 Or là où il y a pardon des péchés, il n'y a plus à présenter d'offrande pour le péché. »


 

Ces sacrifices préfiguraient le sacrifice bien plus important de Jésus-Christ qui a versé son sang parfait pour nous réconcilier avec Dieu. Si nous continuions à observer ces célébrations de la Loi, cela reviendrait à mépriser le sacrifice de Jésus.

 

 

Si quelqu’un mangeait du pain levé entre le 1er et le 7ème jour que dure la fête des pains sans levain, il devait être mis à mort (Exode 12 :15, 18-20).
Le jour des propitiations était tellement important que celui qui ne s’humiliait pas devant Dieu ou qui faisait un travail quelconque ce jour-là était mis à mort (
Lévitique 23 : 29, 30).

Exode 12 : 15 : « Pendant sept jours, vous mangerez des pains sans levain. Dès le premier jour, vous ferez disparaître tout levain de vos maisons ; car si quelqu'un mange du pain levé, entre le premier jour et le septième, il sera retranché du peuple d'Israël. »
Lévitique 23 : 29, 30 : « 29 Toute personne qui ne s'humiliera pas ce jour-là sera exclue de son peuple. 30 Toute personne qui fera ce jour-là un travail quelconque, je l'exclurai du milieu de son peuple.  »

On voit mal aujourd’hui devoir 
mettre à mort quelqu’un juste parce qu’il ne participe pas à la fête des Pains sans levain ou au jour des Expiations !
Le même principe s’applique pour l’observance du jour de Sabbat.


Les premiers chrétiens ne célébraient pas ces jours spéciaux liés au culte juif et préfigurant des évènements bien plus importants qui, eux, constituent maintenant l’enseignement chrétien.


Les premiers chrétiens qui ont été remplis d’esprit saint le jour de la Pentecôte étaient tous réunis ensemble dans une maison et ne participaient pas aux festivités de la Pentecôte organisées par la ville au Temple d’Hérode.

Actes 2 : 1-4 : « 1 Quand le jour de la Pentecôte arriva, ils étaient tous ensemble au même endroit. 2 Tout à coup il vint du ciel un bruit comme celui d'un vent violent, qui remplit toute la maison où ils étaient assis. 3 Des langues qui semblaient de feu leur apparurent, séparées les unes des autres, et elles se posèrent sur chacun d'eux. 4 Ils furent tous remplis du Saint-Esprit et se mirent à parler en d'autres langues, comme l'Esprit leur donnait de s'exprimer. »


Au premier siècle, à Antioche de Syrie, certains chrétiens venus de Judée enseignaient que les non-Juifs devaient se faire circoncire pour obtenir le salut.
S’est alors élevé un vif débat sur la 
circoncision. Le sujet été porté à Jérusalem où les apôtres ont tranché une fois pour toutes les questions liées à l’observance de la Loi mosaïque (Actes 15 : 1,2).

Lien - Premier voyage missionnaire de Paul

L’apôtre Pierre a déclaré cette occasion :
 ‘Nous croyons au contraire que c'est par la grâce du Seigneur Jésus que nous sommes sauvés, tout comme eux. » (Actes 15 :11).

Paul et Barnabas vont dans le même sens et racontent tous les miracles accomplis au milieu des non-Juifs.
L’apôtre Jacques quant à lui pense que l’on ne doit pas créer de difficultés aux non-Juifs qui se tournent vers Dieu. Mais il faut leur écrire 
se garder des idoles, de l’immoralité sexuelle et du sang.


 

 

Ainsi, les apôtres et les anciens choisissent d’envoyer Jude et Silas, deux prophètes, avec Barnabas et Paul à Antioche (Actes 15 :32). Une lettre sera lue dans l’église d’Antioche. En voici une partie :
Actes 15 : 25-29 : « 25 C'est pourquoi nous avons décidé, d'un commun accord, de choisir des délégués et de vous les envoyer avec nos bien-aimés Barnabas et Paul, 26 ces hommes qui ont livré leur vie pour le nom de notre Seigneur Jésus-Christ. 27 Nous avons donc envoyé Jude et Silas qui vous annonceront de vive voix les mêmes choses. 28 En effet, il a paru bon au Saint-Esprit et à nous de ne pas vous imposer d'autre charge que ce qui est nécessaire: 29 vous abstenir des viandes sacrifiées aux idoles, du sang, des animaux étouffés et de l'immoralité sexuelle. Vous agirez bien en évitant tout cela. Adieu.»

Ainsi, cette question faisait jurisprudence pour toute observance des prescriptions de la Loi donnée au peuple d’Israël. Pourquoi imposer un fardeau inutile et difficile à vivre.

Matthieu 11 :28-30 : « 28 »Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et courbés sous un fardeau, et je vous donnerai du repos. 29 Acceptez mes exigences et laissez-vous instruire par moi, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme. 30 En effet, mes exigences sont bonnes et mon fardeau léger.»


Les chrétiens ne sont plus soumis à la Loi. Ils ne doivent pas s’imposer l’observance de certains jours comme le sabbat ou les fêtes annuelles. Ils ne sont pas soumis à la dîme, ni aux interdits alimentaires.
Les apôtres sont clairs : seuls restent strictement interdits : le sang, l’immoralité sexuelle et l’idolâtrie.

La loi chrétienne est avant tout une loi spirituelle écrite dans les cœurs. Elle n’est pas basée sur des rituels, des sacrifices, des jours spéciaux ou de nombreuses interdictions.

Jérémie 31 :33 : « Voici l’alliance que je ferai avec la maison d’Israël après ces jours-là — parole de Yahvé. Je mettrai ma loi au-dedans d’eux et je l’écrirai sur leur cœur ; je serai leur Dieu, et eux seront mon peuple. »
Paroles reprises en 
hébreux 8 :10 et 10 :16.

Romains 2 : 28, 29 : « 28 Le Juif, ce n'est pas celui qui en a l'apparence, et la circoncision, ce n'est pas celle qui est visible dans le corps. 29 Mais le Juif, c'est celui qui l'est intérieurement, et la circoncision, c'est celle du cœur, accomplie par l'Esprit et non par la loi écrite. La louange que reçoit ce Juif ne vient pas des hommes, mais de Dieu. »

Romains 7:6: " Mais maintenant nous avons été libérés de la loi, car nous sommes morts à ce qui nous retenait prisonniers, de sorte que Nous servons sous le régime nouveau de l'Esprit et non sous le régime périmé de la loi écrite."

Egalement nous pouvons lire:

Galates 3: 24-25: "24 Ainsi la loi a été le guide chargé de nous conduire à Christ afin que nous soyons déclarés justes sur la base de la foi. 25 Depuis que la foi est venue, nous ne sommes plus soumis à ce guide."


Colossiens 2 : 16 : « 16 C'est pourquoi, ne vous laissez juger par personne à propos de ce que vous mangez ou de ce que vous buvez ou au sujet de l'observance des jours de fête, des nouvelles lunes ou des sabbats. 17 Tout cela n'était que l'ombre des choses à venir : la réalité est en Christ. »Semeur

Ce verset n’est pas compris de la même façon par tous les chrétiens. Certaines églises affirment que les fidèles chrétiens ne doivent pas se laisser juger par ceux qui critiquent leur observance des jours de fêtes juives.
Cependant, si nous lisons le verset 17 : « 
Tout cela n'était que l'ombre des choses à venir : la réalité est en Christ », nous comprenons que toutes les choses de la Loi, y compris les fêtes et célébrations juives, n’étaient que l’ombre de la Loi ; le plus important, l’objectif final de tout cela est Christ.
Ainsi, pourquoi s’accrocher à des fêtes qui ne faisaient qu’annoncer la venue de Jésus et l’accomplissement de certaines prophéties, attachons-nous directement à Jésus et vivons l’accomplissement des prophéties annoncées aux chrétiens.

Par ailleurs, il est impossible et contraire même au christianisme de célébrer ces fêtes qui sont essentiellement centrées sur les sacrifices d’animaux.  

Colossiens 2 :8 ajoute : « 8 Faites attention: que personne ne vous prenne au piège par la philosophie, par des tromperies sans fondement qui s'appuient sur la tradition des hommes, sur les principes élémentaires qui régissent le monde, et non sur Christ. »

Qu’est-ce qui est le plus important les 
traditions (observance de fêtes, de jours spéciaux par exemple) ou le fait de revêtir la nouvelle personnalité chrétienne en imitant Jésus et en faisant notre son enseignement ?


Même si nous ne célébrons plus les fêtes juives, cela ne nous empêche pas d’en apprécier toute la dimension prophétique, ce qui renforce davantage notre Foi dans le dessein de Dieu pour l’humanité.
Cette étude nous montre aussi 
l’unité et la cohérence de la Bible pourtant écrite sur une période de 1600 ans !

 


Olivier                                                                        Pour laisser un commentaire, c'est ici !

Sauf indication spéciale, les versets ont été tirés de la traduction Segond 21 et les images de Free Bible Images.

 


Même si nous ne célébrons plus les fêtes juives, cela ne nous empêche pas d’en apprécier toute la dimension prophétique, ce qui renforce davantage notre Foi dans le dessein de Dieu pour l’humanité. Ce qui nous montre l’unité et la cohérence de la Bible.