L'Église unitarienne de Transylvanie fondée en 1568


 

Biandrata

Après avoir participé à l’organisation de la 
Petite Église polonaise  antitrinitaire ou unitarienne fondée par les Frères polonais,  Biandrata quitte la Pologne en 1562 pour retourner en Transylvanie. Il devient le médecin de cour du prince Jean II Sigismond Zapolya. Là il fait connaissance de l'évêque de l'Eglise réformée de Transylvanie Ferenc David à qui il donne un exemplaire de la célèbre Christianismi Restitutio (la Restauration du christianisme) de Michel Servet, le convertissant à l'anti-trinitarisme (ou unitarisme).


Ferenc Dávid

Giorgio Biandrata convainc l'évêque de Kolozsvár Ferenc Dávid que la trinité n’a rien de biblique. 

Le mouvement  unitarien se développe. Dávid, suivi par la population de Cluj-Napoca, la majorité de l'élite intellectuelle et de la noblesse hongroise, et par le roi lui-même, devient ainsi unitarien. À ceux qui l'accusent de se rallier au judaïsme ou à l'Islam, il réplique :
« 
Dieu m'est témoin que ce que j'ai appris et enseigné ne vient ni du Coran, ni du Talmud ni de Servet, mais de la Parole du Dieu vivant. Mon enseignement se fonde uniquement sur ce que contient la Bible»

Le prince Sigismond fait accepter à la 
Diète de Torda, en 1568, un édit de tolérance religieuse, le premier en Europe

Le 14 mars 1571, à la mort de Jean Sigismond (Jean II roi de Hongrie), débute la persécution des unitariens de Transylvanie. Ils rejoignent alors l’Eglise réformée ou fuient en Pologne.
Un acte d'accusation est dressé contre Dávid. En avril 1579, le procès s'ouvre. Ses accusateurs, des 
calvinistes, demandent sa mort. Le nouveau pouvoir le condamne à l'emprisonnement à perpétuité. On l'enferme dans le château à Déva. Personne n'a le droit de le visiter, et on ne sait rien sur ses derniers mois. Il meurt en novembre 1579.

L'Église unitarienne, après une existence difficile (Contre-Réforme, Communisme), est toujours présente en Transylvanie, parmi la population hongroise, avec environ 
70.000 fidèles.


Croyances des chrétiens unitaristes de Transylvanie

Selon les chrétiens unitaristes de Transylvanie, de la croyance en l’unité de Dieu découle la croyance en l’humanité de Jésus. 
Jésus n’est donc plus notre sauveur, il n’a pas eu d’existence préhumaine.
Il est un modèle d’humanité et nous montre le chemin à suivre pour notre salut personnel. Jésus est le fils de Dieu comme nous sommes tous ses enfants.

D’après notre confession de foi " nous croyons en Jésus, le meilleur (parfait) fils de Dieu, notre véritable professeur " ; d’après notre catéchisme : " Jésus était le plus grand prophète de Dieu ".

Pourtant (c’est moi qui ajoute) en 
Jean 3:16, nous pouvons lire: " En effet, Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle."
Jésus est qualifié de 
Fils unique, il est bien supérieur à n’importe quel humain. 
La 
Foi en Jésus et en son sacrifice parfait permet aux humains d'obtenir la vie éternelle.
C'est pourquoi Jésus est aussi appelé "
l'Agneau de Dieu" en référence aux sacrifices offerts par le peuple d'Israël afin de racheter les fautes et les manquements.

 


Olivier                                                                           
Pour laisser un commentaire, c'est ici !

 


Les chrétiens unitariens antitrinitaires de Transylvanie ont rejeté la Trinité.