La Parole est Dieu ?

Etude de Jean 1 :1


 

Le verset le plus utilisé par les tenants de la doctrine de la Trinité est sans aucun doute Jean 1 : 1, la « Parole » désignant bien entendu Jésus-Christ.

Avant d’analyser plus en détail ce verset, il est important de rappeler un principe général que suivent tous les chercheurs de vérité.
Le verset sur lequel l’on base une croyance, une doctrine aussi importante que la conception de Dieu lui-même doit être 
mis en parallèle avec l’ensemble des Saintes Écritures. En effet, la Bible est constituée de livres et de versets rédigés sur une longue période de l’histoire qui se complètent de façon harmonieuse et confirment la compréhension de chaque notion. Cela nous permettra de nous rapprocher de Dieu pour l’adorer « en esprit et en vérité ».


Le verset de Jean 1:1 doit être en mis en parallèle avec l’ensemble des Saintes Écritures. Notre conception de Dieu et de Jésus en dépendent.

 

 

Au commencement, la Parole…

La grande majorité des Bibles traduisent le verset de Jean 1 :1 de la façon suivante :

Jean 1:1: « Au commencement, la Parole existait déjà. La Parole était avec Dieu et la Parole était Dieu »
Seg 21


Jean 1 :1 : «  Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. » - Bible des Peuples


« Au commencement » de quoi ?


Il ne peut s’agir du commencement de Dieu puisque Dieu n’a ni commencement ni fin. 
« d'éternité en éternité tu es Dieu » Ps 90 :2.
Le verset parle forcément du commencement de la création et doit être mis en parallèle avec le récit de la Genèse ! Est-ce que Jésus existait déjà au commencement de la création ? Bien évidemment puisqu’il est lui-même LA première création de Dieu, c’est la raison pour laquelle il est appelé « 
le premier-né de toute la création » (Colossiens 1 :15).
Au début de la création, Jésus était avec Dieu (
Jean 1 :1 et 2). Nous avons bien le Père et le Fils, associés, prêts pour l’œuvre créatrice sur la planète Terre et prononçant les paroles suivantes : « Faisons l’homme à notre image, à notre ressemblance » - Gen 1 :26.


Le verset de Jean 1:1 parle forcément du commencement de la création et doit être mis en parallèle avec le récit de la Genèse.

earth-11015_640



Les deux « Dieu » du verset sont différents :

Dans le verset de Jean 1 :1, le mot « Dieu » n’est pas interchangeable.

Tout le monde concordera que
 la Parole = le Verbe = Jésus = le Fils qui était AVEC Dieu = le Père. N’est-ce pas ?
Dans la deuxième partie du verset, nous pourrions alors dire :
La Parole était Dieu = le Père. Mais là tout le monde sera d’accord avec moi pour dire que Jésus n’est pas le Père. N’est-ce pas ?

Ainsi, nous comprenons que 
le premier « Dieu » est différent du deuxième « Dieu » et ne désigne pas la même chose ou la même personne.
D’ailleurs, Jésus ne pouvait pas être AVEC Dieu et être en même temps ce Dieu !



La traduction de Jean 1 :1 en copte sahidique

La langue grecque antique ne possédait pas d’article indéfini (un ou une) ce qui aurait été utile pour traduire et comprendre correctement le verset de Jean 1:1.

Les Écritures grecques chrétiennes ont d’abord été traduites en syriaque (dialecte araméen), en latin et en copte. Le syriaque et le latin, comme le grec d’alors, ne possèdent pas d’article indéfini. Le copte, en revanche, possède cet article.
Le 
sahidique est un dialecte copte de Haute-Egypte utilisé comme langue littéraire par les chrétiens du IIIe au XIe siècle.
L’examen de la traduction du verset de Jean 1 :1 en copte sahidique pourrait donc nous aider pour interpréter correctement ce verset sujet à débat.


Voici  la traduction sahidique du verset de Jean 1 :1 :


Le sahidique est un dialecte copte de Haute-Egypte utilisé comme langue littéraire par les chrétiens du IIIe au XIe siècle. La traduction de Jean 1 :1 en copte sahidique pourrait donc nous aider pour interpréter correctement ce verset sujet à débat.

Lien

noute = dieu
pnoute = le dieu  (p = article défini)
neunoute = un dieu  (neu = article indéfini)

Ainsi, la traduction sahidique qui emploie des articles définis et indéfinis traduit Jean 1 :1 de la façon suivante :

« 
Au commencement existait le mot et le mot existait avec le dieu et un dieu était le mot ».

Cette traduction est très intéressante car le premier « dieu » précédé par « le » est clairement identifié à Dieu lui-même (le Père) tandis que le deuxième «dieu» est un terme plus générique donnant une information sur la nature du Verbe.



Les noms qualitatifs

En grammaire, les noms qui expriment la nature ou la qualité s’appellent « noms qualitatifs ». Ce sont pour la plupart des attributs du sujet placés après un verbe d’état (être, paraître, sembler…).  Ils ont un comportement syntaxique assez similaire à celui des adjectifs.
Voici quelques exemples : «
 Dieu est Amour ; Paris est splendeur ; L’amour est passion ; Ils sont très montagne … »


Dans l’Évangile de Jean, nous rencontrons à plusieurs reprises ces noms-adjectifs : « Tu es un enseignant (Jean 3 :2) ; Tu es un prophète (Jean 4 :19 ) ; Dieu est esprit (Jean 4 :24) ; L’un de vous est un démon/un diable (Jean 6 :70) ; il est menteur  (Jean 8 :44) ;  S'il est un pécheur, je n'en sais rien (Jean 9 :25) ; s'y introduit par un autre endroit est un voleur et un brigand (Jean 10 :1) ; c'était un voleur (Jean 12 :6).»

Puisque dans ces passages on a employé l’article indéfini « 
un » devant le nom attribut, on pourrait tout aussi valablement employer l’article indéfini « un » devant le deuxième « théos », ce qui donnerait : "un dieu".


C’est précisément ainsi qu’ont raisonné les traducteurs d’Actes 28 :6 où Paul est pris pour un dieu. Ils ont ajouté l’article indéfini « un » devant « théos ».

Actes 28 :6 : « Ces gens s'attendaient à le voir enfler ou tomber mort subitement. Après avoir longtemps attendu, voyant qu'il ne lui arrivait aucun mal, ils ont changé d'avis et ont déclaré que c'était un dieu. »

Actes 28 :6 : « ο δ προσεδόκων ατν μέλλειν πίμπρασθαι καταπίπτειν φνω νεκρόν. π πολ δ ατν προσδοκώντων κα θεωρούντων μηδν τοπον ες ατν γινόμενον, μεταβαλόμενοι λεγον ατν εναι θεόν. »

ατν εναι θεόν : « lui est dieu ».

 

La morsure de la vipère n’a eu aucun effet sur Paul. - FBI



En fait, beaucoup de grammairiens grecs considèrent le deuxième « theos » comme un nom qualitatif.

P.B. Harner suggère la traduction suivante : « 
La parole avait  la même nature que Dieu ».

J.Warren Wells fait le parallèle avec
 Jean 4 :24 : « Dieu est esprit » rendu en copte sahidique de la manière suivante : “un esprit est le Dieu” (P.Palau Rib 183). Ce verset décrit clairement la nature de Dieu. De la même manière, Wells affirme que le sahidique « un dieu était la Parole » est une description de la nature du Fils de Dieu.


Ainsi donc, pour revenir à nos deux « théos », le premier " théos " (la Parole était avec Dieu) est directement lié à la personne de Dieu, le Père, le Tout-Puissant, tandis que le second  « théos » (la Parole était Dieu) décrit la nature du Verbe ou Fils de Dieu.

Le Fils de Dieu est de nature ou d’essence divine et il était avec son Père.


L’article défini :

En grec koinè : «
ν ρχ ν λόγος, κα λόγος ν πρoς τoν θεόν, κα θεoς ν λόγος. »
Translittération grecque : « Èn arkei en
logos, kai logos en pros ton thèon, kai thèos en logos. »
Littéralement : « au commencement était la parole (a), et la parole était vers le dieu (b), et dieu était la parole (c).»

Nous remarquons que 
l’article défini « ton » (Accusatif masculin singulier de pour le cas COD, correspondant à notre article défini « le ») précède le premier « théos », mais pas le second.


Nous remarquons que l’article défini « ton » (Accusatif masculin singulier de ὁ pour le cas COD, correspondant à notre article défini « le ») précède le premier « théos », mais pas le second. Dans quelle mesure la croyance dans le dogme de la Trinité ?

Déclinaison de l'article défini au singulier



« ν ρχ ν  λόγος, κα  λόγος ν πρoς τoν θεόν, κα θεoς ν  λόγος. »

« Èn arkei 
en  logos, kai  logos en pros ton thèon, kai thèos en  logos. »

« au commencement 
était la parole (a), et la parole était vers le dieu (b), et dieu était la parole (c).»


 

En grec, les mots se déclinent, ils changent de forme selon leur fonction grammaticale dans le texte.
Les 
déclinaisons ont bien plus d’importance que l’ordre des mots pour en comprendre le sens.

A l'origine du premier "Dieu", le mot ‘théon’ est à l’accusatif (cas du complément d’objet direct). Il est précédé de la préposition ‘avec’ (pros) pour répondre à la question : La Parole était avec qui ? Réponse: Dieu.
Nous savons que nous parlons d’
une personne bien distincte : Dieu, le Père.

Le mot « théon » est lui-même précédé de « ton », une forme de l’article défini  « 
 »  à l’accusatif masculin singulier.
Cet article précède le premier théos mais pas le second.
Et pour cause, le second Théos ne désigne pas un Être distinct mais il est utilisé comme attribut pour décrire la nature du Fils de Dieu.

 

 

Une note de la Bible Annotée Neuchâtel à Jean 1:1 mérite réflexion. On lit : " La Parole était Dieu (...) — Il est vrai qu'ici le mot Dieu n'a pas l'article, dont il est habituellement précédé ; cette omission s'imposait, soit parce que le mot joue dans la phrase le rôle d'attribut, soit surtout parce qu'en l'écrivant avec l'article, Jean aurait identifié la Parole et Dieu, et effacé la distinction qu'il venait de faire en disant : "La Parole était avec Dieu."

 


On est en droit de se demander dans quelle mesure la croyance dans le dogme de la Trinité a pu influencer la traduction de Jean 1 :1 entraînant une confusion évidente.
Il est certain que le verset serait beaucoup plus clair s’il était écrit : « (…) 
la Parole était avec Dieu et la Parole était un être divin. »



Les preuves bibliques données par l’apôtre Jean

Jean pensait-il vraiment que Jésus était Dieu ?

L’apôtre Jean déclare à deux reprises que personne n’a jamais vu Dieu.
Jean 1 : 18 et 1 Jean 4 :12 : « Personne n'a jamais vu Dieu. »
A l’opposé, il affirme en 
Jean 1 :14 : « Et la Parole s'est faite homme, elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité, et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme celle du Fils unique venu du Père. »

 

Jésus se laisse tomber face contre terre et prie son Père en disant :  «Que les choses se passent, non pas comme moi je le veux, mais comme toi tu le veux ». Jésus est soumis à Dieu, son Père.

Jésus se laisse tomber face contre terre et prie son Père en disant :

«Que les choses se passent, non pas comme moi je le veux, mais comme toi tu le veux » (Mat 26 :39).



L’apôtre Jean dira également dans son Évangile :
« Elle (la Parole) était au commencement avec Dieu. » - Jean 1 :2
« Et moi, j'ai vu et j'atteste qu'il est le Fils de Dieu.» - 
Jean 1 :34
« Nathanaël répondit: «Maître, tu es le Fils de Dieu, tu es le roi d'Israël.» - 
Jean 1 :49
« En effet, Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle. » - 
Jean 3 :16
«  Le Père aime le Fils et a tout remis entre ses mains. » -
 Jean 3 :35
«  Jésus reprit donc la parole et leur dit: «En vérité, en vérité, je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de lui-même, sinon ce qu'il voit le Père accomplir. Tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement. » - 
Jean 5 :19
« Je ne peux rien faire de moi-même: je juge d'après ce que j'entends, et mon jugement est juste parce que je ne cherche pas à faire ma volonté, mais celle du Père qui m'a envoyé. » - 
Jean 5 :30
« Jésus leur répondit: «Mon enseignement ne vient pas de moi mais de celui qui m'a envoyé. » - 
Jean 7 :16
« Tel est l'ordre que j'ai reçu de mon Père.» -
 Jean 10 :18
« Vous avez entendu que je vous ai dit: 'Je m'en vais et je reviens vers vous.' Si vous m'aimiez, vous vous réjouiriez de ce que je vais auprès du Père, car mon Père est plus grand que moi. » - 
Jean 14 :28
«  Jésus lui dit: «Ne me retiens pas, car je ne suis pas encore monté vers mon Père, mais va trouver mes frères et dis-leur que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu.» -
 Jean 20 :17


D'après ces versets, nous comprenons que Jésus-Christ est le Fils unique de Dieu.
Il était avec Dieu avant de venir sur terre.
Le Père est 
plus grand que le Fils.
Jésus fait la volonté de son Père qu’il considère aussi comme 
son Dieu.
Il a été 
envoyé par son Père et ne fait rien de sa propre initiative.
Son enseignement vient de celui qui l’a envoyé.
Il ne peut rien faire de lui-même et reçoit des 
ordres de son Père.

Dans tous ces versets il est évident que Jean considère Jésus comme 
subordonné à son Père et qu’il n’est pas son égal contrairement à ce qu’affirment les partisans de la Trinité.



Plusieurs traductions de la Bible ne traduisent pas le deuxième « Théos » par « Dieu »

 

Jean 1:1 est traduit par « dieu ; un dieu ; divin ; un être divin ; divine ; d’espèce divine, de condition divine ; de nature divine ; d’essence divine ; à son essence divinité absolue. »

Bible-Oltramare



1808: « et la Parole était un dieu. » - Thomas Belsham Le Nouveau Testament, dans une version améliorée, sur la base de l' archevêque Newcome -Avec un texte révisé , Londres. Lien - Improved Version
1822: « et la Parole était un dieu. » - Le Nouveau Testament en grec et en anglais (A. Kneeland, 1822.)
1829: « et la Parole était un dieu. » - Le Monotessaron; ou, L'Évangile Histoire Selon les Quatre Evangélistes (JS Thompson, 1829)
1863: « et la Parole était un dieu. » - Une traduction littérale du Nouveau Testament (Herman Heinfetter [Frederick Pseudonym de Parker], 1863)
1864: « et un dieu était la Parole . » - Le Emphatic Diaglott par Benjamin Wilson , New York et Londres (colonne gauche de la lecture interlinéaire) -  Lien - Bible Emphatic
1867: « et le Fils est de Dieu . » - La traduction de Joseph Smith de la Bible
1874 : « et la Parole était dieu . » - Traduction Hugues Oltramare
1879: « et la Parole était un dieu. » - Das Evangelium Johannes (J. Becker, 1979)
1879 : « et la Parole était un dieu. » - La Sainte Bible - Nouveau Testament, par H. Oltramare
1885: « et la Parole était un dieu. » - Commentaire sur Concise La Sainte Bible ( R. Young , 1885)
1908 « La Parole était d’essence divine. » La Sainte Bible , par L. Segond et H. Oltramare
1923 : « the word was divine. » -The New Testament, An American Translation- By Edgar J. Goodspeed - Lien - Goodspeed  ou  Lien - Goodspeed 2
1924: « le Logos était divin. » - La Bible: James Moffatt Traduction , par James Moffatt .
1925 « et le Logos était dieu.» Pages choisies des Évangiles, par H. Pernot. - Paris.
1928: « et le Verbe était un être divin. » La Bible du Centenaire, L'Evangile selon Jean, Maurice Goguel  
1929 « et le Verbe était un être divin. » Le Nouveau Testament, par M. Goguel, H. Monnier. Paris. - [Bible du Centenaire].
1935: « et la Parole était divine » - La Bible: Une traduction américaine , par John Smith MP et Edgar J. Goodspeed , Chicago.
1935: « le Logos était divin. » A New Translation of the Bible, de James Moffatt, New York.
1946: « et d'espèce divine était la Parole. » Das Neue Testament, Ludwig Thimme.
1955: « si la Parole était divine. » - L'authentique Nouveau Testament , par Hugh J. Schonfield , Aberdeen.
1956: « Et le Verbe était à son essence divinité absolue. » - La traduction élargie Wuest
1958: « et la Parole était un dieu. » - Le Nouveau Testament de Notre Seigneur et Sauveur Jésus - Christ (JL Tomanec, 1958);
1963: « et la Parole était dieu. » Les Saintes Écritures - Traduction du monde nouveau.
1966, 2001: « et il était le même que Dieu. » - La Bonne Nouvelles Bible .
1970, 1989: « et ce que Dieu était, la Parole était. » - La Nouvelle Bible anglaise et la Bible anglaise révisée .
1975: « et dieu (ou d'espèce divine) était la Parole. »- Das Evangelium Johnnes , par Siegfried Schulz, Göttingen, Allemagne
1975:« et la Parole était un dieu. » - Das Evangelium Johannes (S. Schulz, 1975);
1976:  « et de condition divine était le Logos. » Das Evangelium nach Johannes, par J. Schneider. - Berlin.
1978: « et d’espèce divine était le Logos. » Das Evangelium nach Johannes, de Johannes Schneider, Berlin.
1978: « et un dieu." Das Evangelium nach Johannes, par J.Becker
1979: « et un dieu était le Logos » Das Evangelium nach Johannes, par J. Becker. – Würzburg
1995 : « et la Parole était un dieu ». - Traduction du monde nouveau
2018 : « et la Parole était un dieu » - La Bible, Traduction du monde nouveau –édition 2018  

-   Lien - TMN2018

Lien - wiki Jean 1:1

Ainsi, nous pouvons trouver à la place du deuxième « Dieu » les mots ou expressions :

« 
dieu ; un dieu ; divin ; un être divin ; divine ; d’espèce divine, de condition divine ; de nature divine ; d’essence divine ; à son essence divinité absolue. »


En Jean 1:1, nous lisons: « et la Parole était dieu. » Jésus est considéré comme un être divin, d'essence divine, il est un dieu.

Traduction-de-LOUIS-SEGOND-et-HUGUES-OLTRAMARE



Le Logos, l’archange

Philon, philosophe juif hellénisé d’Alexandrie, contemporain de Jésus, avait de façon étonnante écrit : « Si quelqu'un n'est pas encore digne d'être nommé fils de Dieu, qu'il se hâte de se conformer à son Logos premier-né, le plus ancien des anges, en sorte qu'il est archange, et qui porte plusieurs noms : il est appelé en effet principe, nom de Dieu, Logos, homme à l'image, voyant, Israël. Ainsi, si nous ne sommes pas encore capables d'être considérés comme des fils de Dieu, du moins nous pouvons l'être de son image sans forme, le très saint Logos. Car le Logos très ancien est l'image de Dieu. »

« C'est au Logos archange et très ancien que le Père qui a tout engendré a fait le don insigne de se tenir à la frontière pour séparer la création du Créateur. Il intercède sans cesse auprès de l'incorruptible pour la nature mortelle et fragile et il est envoyé par le Seigneur au serviteur. Il n'est pas inengendré comme nous, mais intermédiaire entre les extrêmes communicant avec l'un et l'autre (Her., 205-206). » (Jean Daniélou, Philon d'Alexandrie, Paris, Le Cerf, 2012, 214 p)

Lien - wikipedia - Philon

Philon avait compris que 
le Logos ou le Verbe était le plus ancien des anges, l’archange de Dieu, c’est-à-dire le chef des anges.


Justin de Naplouse appelle également le Fils de Dieu « Ange » et le considère comme « le prince le plus puissant et le plus juste après le Dieu qui l’a engendré » (G.A XII).
Il parle du « 
fils du vrai Dieu et que nous mettons au second rang » (G.A XIII). Jésus est le Verbe, l’Ange, l’Apôtre, le Premier-né de Dieu qui fait la volonté de son Père (G.A LXIII).
Dans l’extrait suivant il parle «
 des autres bons anges qui l’escortent et qui lui ressemblent».

«Avec lui nous vénérons, nous adorons, nous honorons en esprit et en vérité le fils venu d’auprès de lui, qui nous a donné ces enseignements, et l’armée des autres bons anges qui l’escortent et qui lui ressemblent, et l’esprit prophétique. Voilà la doctrine que nous avons apprise et que nous transmettons libéralement à quiconque veut s’instruire. » - Grande Apologie VI


Ce que dit la Bible :

Hébreux 1 : 4,5 : « 4 Il est ainsi devenu d'autant supérieur aux anges qu'il a hérité d'un nom bien plus remarquable encore que le leur. 5 En effet, auquel des anges Dieu a-t-il déjà dit: Tu es mon Fils, je t'ai engendré aujourd'hui - Et encore: Je serai pour lui un père et il sera pour moi un fils 13 Enfin, auquel des anges a-t-il déjà dit: Assieds-toi à ma droite jusqu'à ce que j'aie fait de tes ennemis ton marchepied ».

Nous voyons dans ces versets que Jésus est comparé aux anges.
Si Jésus était Dieu il aurait été naturellement supérieur aux anges et les versets ci-dessus n’auraient aucun sens !
En effet, si Jésus était Dieu, 
pourquoi les Écritures diraient-elles que Jésus est devenu supérieur aux anges car il a hérité d’un nom plus remarquable ?

Enfin plusieurs versets nous confirment, ainsi que le disait Philon, que Jésus est bien 
l’archange qui dirige les armées célestes des anges (1 Pierre 3 : 22 ; 1 Thess 4 :16 ; 2 Thess 1 :7 ; Matthieu 13 :41 ; 24 : 30-31 ; 25 : 31-32 ; Ap 12 : 7-12 ; 19 :14).



Les 3 piliers de la Trinité

La doctrine de la Trinité repose sur les trois enseignements suivants
(1)il n'y a qu'un seul Dieu, ainsi que l’affirment à de nombreuses reprises les Saintes Écritures, pourtant (2) il y a trois personnes distinctes, et (3) chacune des personnes est divine.

La doctrine de la Trinité repose sur les trois enseignements suivants : (1)il n'y a qu'un seul Dieu, pourtant (2) il y a trois personnes distinctes, et (3) chacune des personnes est divine.

PxHere


Ces trois principes réunis ont trouvé une sorte de « compromis » dans la doctrine de la Trinité. Détaillons de plus près ces trois points.


Il n’y a qu’un seul Dieu. Nous sommes tout à fait d’accord sur ce point, la Bible est claire : il n’y a qu’un seul Dieu. Elle donne même son Nom : YHWH ou Yahvé ou Jéhovah.

Psaumes 83 :18 : « Afin que les hommes puissent savoir que toi seul, dont le nom est JEHOVAH, es le Très-Haut sur toute la terre. » - King James 1611


Il y a trois personnes distinctes. Les paroles de Jésus lui-même ne laissent aucun doute quant au fait qu’il est le Fils de Dieu, et donc logiquement Dieu est son Père. Il y a donc deux personnes. Jésus a été envoyé sur la terre par son Père pour faire sa volonté. Jésus considère Dieu comme son Père, son Dieu, son chef et lui obéit. Il n’y a aucun doute, Jésus et son Père (Jéhovah) sont bien deux personnes distinctes.

Qu’en est-il de l’Esprit saint ? Nous constatons que l’Esprit saint 
ne porte pas de nom contrairement à Dieu et à son Fils. Et pour cause, l’Esprit saint n’est pas une personne !
En effet,
 l’esprit saint a été distribué, répandu, demandé, reçu, donné, réparti, déversé, est tombé

« Simon, voyant que l’Esprit était donné par l’imposition des mains des Apôtres, leur offrit de l’argent » - Actes 8:18, Bible de la Liturgie

« et dont Dieu appuyait le témoignage par des signes, des prodiges, toutes sortes de miracles et par son Esprit saint qu'il répartissait selon sa volonté? » - Hébreux 2:4Edmond Stapfer

« Lorsque je me suis mis à parler, l'Esprit saint est tombé sur eux comme il était tombé sur nous au commencement.» - Actes 11:15Nouvelle Bible Second

« Tous furent remplis d’Esprit Saint : ils se mirent à parler en d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit. » - Actes 2:4Bible de la Liturgie

« 32 C'est ce Jésus que Dieu a ressuscité, nous en sommes tous témoins. 33 Élevé à la droite de Dieu, il a reçu du Père le Saint-Esprit qui avait été promis et il l'a déversé, comme vous le voyez et l'entendez maintenant »   
Actes 2 : 32, 33Segond 21


Des milliers de personnes ont été 
remplies d’esprit saint, baptisées d’esprit saint.

Tous ces termes sont incompatibles avec l’existence d’une personne !

Lien - L'Esprit Saint n'est pas une personne


Chacune des personnes est divine. Comme nous venons de le voir, il ne fait aucun doute que le Père est le Dieu Tout-Puissant, Souverain suprême de l’univers, son Nom est Jéhovah.
Jésus-Christ est son Fils, le premier-né de la création, de même nature que son Père. Jésus est également 
de nature ou d’essence divine. Cependant, sur la terre, Jésus était entièrement homme et a vécu les mêmes souffrances, privations, besoins que nous.
Il ne pouvait en être autrement sachant que Jésus, en donnant sa vie, a payé un prix équivalent à ce qu’Adam avait perdu : une vie humaine parfaite.

L’esprit saint, lui, n’est pas une personne. Comment le définirions-nous alors ?



Qu’est-ce que l’Esprit-Saint ?

Dans la Bible, l’Esprit-Saint est directement lié à la puissance de Dieu.

«Moi, par contre, je suis devenu plein de force, avec l’esprit de Jéhovah, ainsi que de justice et de puissance, afin de révéler à Jacob sa révolte et à Israël son péché ». - Michée 3 :8TMN

« Mais vous recevrez de la puissance quand l’Esprit saint viendra sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et en Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. » - Actes 1:8Nouvelle Bible Second

« par la puissance des miracles et des prodiges, par la puissance de l’Esprit de Dieu, en sorte que, depuis Jérusalem et les pays voisins jusqu’en Illyrie, j’ai abondamment répandu l’Évangile de Christ ». Romains 15:19
Louis Segond

Dans la Bible, l’Esprit-Saint est directement lié à la puissance de Dieu. « par la puissance des miracles et des prodiges par la puissance de l’Esprit de Dieu,

FBI



J’aimerais également citer un verset écrit par Clément de Rome, un Père apostolique qui a vécu au 1er siècle, dans son épître aux Corinthiens :

Cor II : 2 : « C’est ainsi qu’une paix profonde et féconde vous avait été donnée avec un désir insatiable de faire le bien; et une abondante effusion de l’Esprit-Saint s’était répandue sur tous. »

Clément parle d’
une abondante effusion de l’Esprit-Saint répandue sur tous les chrétiens de Corinthe. L’Esprit-Saint n’est en aucun cas ici une personne, et encore moins Dieu.


Nous retrouvons la même idée dans l’épître à Barnabé. Pour l’auteur, l'esprit saint est une force jaillissant de l’intarissable source divine et qui se répand sur tous les fidèles serviteurs de Dieu. Ce n'est pas une personne. Ce n'est pas Dieu !

I-3. « C'est ce qui augmente encore la joie que j'éprouve en moi-même, pat l'espérance que j'ai d'être sauvé, quand je vois qu'en toute vérité l'Esprit s'est répandu sur vous, jaillissant de l'intarissable source qu'est le Seigneur.»


L’esprit est immatériel, invisible aux yeux des humains, mais ses effets, eux, sont bien visibles : la création, la vie, la prophétie, l’édification, les miracles, … L’esprit saint est directement lié à la Puissance de Dieu.

L’esprit saint peut être défini comme
 la Puissance de Dieu en action, son énergie à l’œuvre, sa force agissante.
L’esprit saint est la force que Dieu emploie pour mener à bien ses projets, son dessein.
Il émane de Dieu pour agir à distance, quel que soit l’endroit, et réaliser la volonté du Tout Puissant.

Si l’esprit saint est la force agissante de Dieu c’est qu’il n’est pas Dieu. L’esprit saint n’est pas une personne.

Pour aller plus loin
L'Esprit saint dans la Bible



Il y a donc plusieurs dieux ?


Si l’on admet que l’esprit saint est bien la force émanant du Tout-Puissant pour mener à bien son dessein, il n’en demeure pas moins que nous nous retrouvons face à deux Dieux : Jéhovah et Jésus. Comment concilier cela avec l’adoration d’un Dieu unique ?

La Bible dit clairement que Jésus est considéré comme un Dieu. Il ne peut en être autrement lorsque l’on considère sa puissance, son rang, son autorité, son influence dans l’univers. D’ailleurs, dans le livre de l’Apocalypse, nous voyons les anges et les 24 anciens l’honorer et se prosterner devant lui :

L’Agneau Jésus-Christ reçoit l’honneur, l’adoration et la louange en raison de sa soumission parfaite à Dieu. Il a été jusqu’au bout de sa mission terrestre en donnant sa vie pour l’humanité.

 

Apocalypse 5 : 11-14 : « 11 Je regardai et j'entendis la voix de nombreux anges rassemblés autour du trône, des êtres vivants et des anciens; ils étaient des myriades de myriades et des milliers de milliers. 12 Ils disaient d'une voix forte: «L'Agneau qui a été offert en sacrifice est digne de recevoir la puissance, la richesse, la sagesse, la force, l'honneur, la gloire et la louange.»
13 Toutes les créatures qui sont dans le ciel, sur la terre, sous la terre, sur la mer, tous les êtres qui s'y trouvent, je les entendis s'écrier: «A celui qui est assis sur le trône et à l'Agneau soient la louange, l'honneur, la gloire et la domination, aux siècles des siècles!» 14 Les quatre êtres vivants répondaient: «Amen!» Et les anciens se prosternèrent et adorèrent. »


Comme d’habitude, nous constatons la présence du Père et du Fils, il n’y a pas de troisième personne.

L’Agneau Jésus-Christ reçoit l’honneur, l’adoration et la louange en raison de sa soumission parfaite à Dieu. Il a été jusqu’au bout de sa mission terrestre en donnant sa vie pour l’humanité.

Les regards de toutes les créatures spirituelles convergent vers la Terre où les humains inspirés par les anges rebelles vont jusqu’au bout de leur indépendance vis-à-vis de Dieu.
La question la plus importante qui ait jamais été soulevée dans l’univers est en train d’être résolue une fois pour toutes : n’est-on pas plus heureux si l’on décide de mener sa vie comme bon nous semble sans devoir obéir à Dieu ? C’est la légitimité de la domination du Tout-Puissant qui a été remise en cause. Au nom du Libre arbitre, les humains sont libres d’expérimenter de très nombreux choix de vie, idéaux, philosophies, croyances, principes, rêves, inventions, progrès… L’Histoire a démontré que tout cela n’a jamais permis d’apporter une paix, une sécurité, une liberté, des bienfaits durables. La permission de mal était une nécessité mais la souffrance de l’humanité doit prendre fin.


Pete Linforth de Pixabay     -      earth-1571179_960_720

 


Toutes les prophéties bibliques énoncées depuis la Genèse jusqu’à l’Apocalypse convergent, vers Jésus, le Moyen que Dieu a prévu pour racheter la vie éternelle perdue par le premier couple (selon le principe d’équivalence) et rétablir sa Souveraineté universelle.
Jésus joue donc
 un rôle central depuis la création de l’homme jusqu’au jour où la souveraineté de Dieu sera complètement rétablie à la fin du règne millénaire.
Toutes les paroles et toutes les actions de Jésus n’ont
 qu’un seul objectif : glorifier son Père et rétablir la légitimité de sa Royauté suprême qui a été remise en cause.
Jésus est entièrement soumis à son Père, son Dieu, son Modèle, son Chef, et a reçu de lui toute confiance, la Royauté et tout pouvoir pour aller jusqu’au bout du dessein divin.

Matthieu 28 :18 : « Jésus s'approcha et leur dit: «Tout pouvoir m'a été donné dans le ciel et sur la terre. »

Psaumes 2 : 6-9 : « 6 «  C'est moi qui ai sacré mon roi sur Sion, ma montagne sainte. 7  J'énoncerai le décret de Yahvé: Il m'a dit: "Tu es mon fils, moi, aujourd'hui, je t'ai engendré. 8 Demande, et je te donne les nations pour héritage, pour domaine les extrémités de la terre; 9 tu les briseras avec un sceptre de fer, comme vases de potier tu les casseras." » - Jérusalem

Lorsque Jésus, Roi du futur Royaume de Dieu, aura rétabli toutes choses, il remettra le pouvoir à son Père.

1 Corinthiens 15 : 24-28 : « 24 Ensuite viendra la fin, quand il remettra le royaume à celui qui est Dieu et Père, après avoir anéanti toute domination, toute autorité et toute puissance. 25 En effet, il faut qu'il règne jusqu'à ce qu'il ait mis tous ses ennemis sous ses pieds. 26 Le dernier ennemi qui sera anéanti, c'est la mort. 27 Dieu, en effet, a tout mis sous ses pieds. Mais lorsque Dieu dit que tout lui a été soumis, il est évident que c'est à l'exception de celui qui lui a soumis toute chose. 28 Lorsque tout lui aura été soumis, alors le Fils lui-même se soumettra à celui qui lui a soumis toute chose, afin que Dieu soit tout en tous. » Segond 21

 

Tout ce que fait Jésus est en accord avec son Père et pour son Père. Il a été établi Roi par son Père et règnera au nom de son Père jusqu’à ce que celui-ci retrouve son entière Souveraineté.

 

 

Dieu, notre Père céleste a tout soumis à Jésus-Christ son Fils et son représentant, notre Sauveur. Quand un roi envoie son fils pour le représenter dans une cérémonie, il s’attend à ce que ses sujets lui obéissent et l’honorent comme si c’était lui qui se déplaçait en personne. Tout irrespect envers le fils du roi serait considéré comme de l’irrespect envers le roi lui-même !

De même, tout manque de respect envers Jésus serait un manque de respect envers son Père.
Par ailleurs, se prosterner devant Jésus revient à se prosterner devant son Père puisque 
Jésus représente son Père qui l’a établi Roi en lui donnant lui-même tout pouvoir.
Obéir à Jésus revient à obéir à Dieu, honorer Jésus revient à honorer Dieu.



Conclusion

La doctrine de la Trinité a été à l’origine de bien des luttes et bien des persécutions pour finalement s’imposer, d’abord au sein de l’Empire romain avant tout préoccupé par le maintien de la paix interne, puis au sein de la plupart des religions chrétiennes.

Lien - Michel Servet

Lien - Le long chemin des chrétiens anti-trinitaires

De très nombreux versets, dont beaucoup sont prononcés par Jésus-Christ lui-même attestent 
que le Fils a été créé et qu’il est subordonné à son Père. Dire le contraire c’est s’opposer à Dieu lui-même et à celui qu’il a envoyé pour nous, Jésus-Christ.

En disant  que Jésus est un dieu, il n’y a pas de polythéisme dans la mesure où 
tout ce que fait Jésus est en accord avec son Père et pour son Père. Il a été établi Roi par son Père et règnera au nom de son Père jusqu’à ce que celui-ci retrouve son entière Souveraineté.

Au final, nous n’adorons qu’un seul Dieu:  Jéhovah.

Ayons le courage de remettre en cause des doctrines non bibliques qui ont été imposées par des empereurs païens, des religions qui avaient droit de vie et de mort sur la population.
Aujourd’hui, chacun a accès à la Bible et peut la lire et l’étudier. Lorsque Jésus interviendra sur la terre pour juger les vivants et les morts et instaurer son Royaume messianique, chacun rendra compte pour lui-même et ne pourra se cacher derrière un gros groupe religieux ou un ecclésiastique renommé. Dieu et Jésus ne sont absolument pas impressionnés par les titres pompeux, les richesses de ce monde et l’arrogance des clergés religieux. Je dirais même que c’est le contraire. Ceux qui imposent de fausses doctrines à leurs adeptes en leur rappelant les supplices éternels qui les attendent s’ils désobéissent (encore une doctrine non biblique utilisée pour imposer le pouvoir religieux) auront des comptes à rendre.

Je finirai par une exhortation de Jésus-Christ adressée à tous les humains :  
«Sortez du milieu d'elle, mon peuple, afin de ne pas vous associer à ses péchés et de ne pas être victimes de ses fléaux. 5 En effet, ses péchés se sont accumulés jusqu'au ciel et Dieu s'est souvenu de ses crimes. » - Apocalypse 18 :4,5.

 


Olivier                                                                                  Pour laisser un commentaire, c'est ici !