Le parti mineur des Frères de Bohème anabaptistes, anti-trinitaires

et anti-cléricaux (1494-1550)


 

Origine du mouvement

Le martyre de 
Jan Hus entraîne 18 ans de guerre, de 1419 à 1436, en Bohême (ouest de la République Tchèque). Les Hussites vont résister avec acharnement à 5 croisades (croisades hussites) lancées contre eux à l’initiative du pape et avec le soutien de l’empereur Sigismond de Luxembourg (empereur de l’empire romain germanique de 1410 à sa mort en 1437 ; roi de Bohème à partir de 1419). Il se produit également une guerre civile entre hussites, les modérés (les Utraquistes) et les hussites plus radicaux (les Taborites). 

En 1457, le moine 
Grégoire de Prague, frère de J. Rokycana, le chef des utraquistes (les Hussites modérés), persuade des hussites de le suivre à Kunvald, en Bohème méridionale (République Tchèque). Des vaudois tchèques et allemands s’allient également à la nouvelle mouvance, laquelle se constitue en " Unité des frères de la loi du Christ ". 
L’inspirateur spirituel de ce nouveau mouvement, mais non présent au sein de cette communauté est 
Petr Chelčický (1380-1460)  qui a rédigé plusieurs ouvrages  « Sur la lutte spirituelle», et le «Filet de la vraie foi » dans lesquels il condamne la seigneurie et le servage au nom de l'égalité et de la justice sociale, exigeant une application rigoureuse des lois évangéliques ; mais sans recours à la force et à la violence.  

La communauté de Kunvald établit une règle de vie très austère : les frères renoncent à la propriété personnelle et, selon l'enseignement de Chelčický, ils prennent soin de « s'abstenir du serment, de s'écarter de tout office public, de tout commerce » et autres « occupations pécheresses ». Le travail manuel seul est pur et noble à leurs yeux. 

Grégoire de Prague décède en 1474. L'adhésion de nombreux bourgeois et d'une partie de la noblesse impose une certaine ouverture au monde. Grâce à Luc de Prague (1458-1528), qui est son principal théologien, le synode de Chlumec (1496) admet le serment, le négoce et l'exercice des fonctions publiques ; il tolère la propriété. 


 Le schisme en partir majeur et parti mineur - Les nouvelles doctrines du parti mineur

Mais tous les Frères ne suivent pas cette nouvelle orientation. En 
1494, un schisme éclate entre un parti majeur et un parti mineur ; ce dernier va plus loin dans son rejet des doctrines non bibliques et  adopte résolument des idées anabaptistes (1), anti-trinitaires (2) et anti-cléricales (3). Rédigées par des dirigeants du parti mineur, s’adressant principalement au parti majeur : 

(1) à l’encontre des Eglises, le parti majeur inclus, le parti mineur écrira : « 
Vous enseignez qu’il faut baptiser les petits enfants qui n’ont pas leur propre foi, a-t-il écrit, et en cela vous suivez ce qu’a institué un évêque appelé Dionysius, qui a encouragé le baptême des nouveau-nés à l’instigation d’insensés (...). Presque tous les enseignants et les docteurs font de même,Luther, Melanchthon, Bucer, Korvín, Jiles, Bullinger, (...) le parti majeur, qui tous trafiquent ensemble. »
« Le Seigneur Christ a dit à ses apôtres : Allez dans le monde, prêchez l’Évangile à toute la création, à ceux qui croiront (Marc, chapitre 16). Et seulement après ces paroles : et en étant baptisés, ils seront sauvés. Or, vous enseignez qu’il faut baptiser les petits enfants qui n’ont pas leur propre foi.
 »


(2) sur la Trinité   «
 Si vous regardez la Bible d’un bout à l’autre, vous ne trouverez nulle part que Dieu est divisé en une sorte de Trinité, trois personnes au nom différent, croyance que des gens ont imaginée de toutes pièces. »
sur le Esprit saint : « Le saint esprit est le doigt de Dieu et un don de Dieu, un consolateur, la Puissance de Dieu, que le Père donne aux croyants sur la base des mérites du Christ. On ne lit nulle part dans les Saintes Écritures qu’il faut qualifier le saint esprit de Dieu ou de Personne ; cela ne figure pas non plus dans les écrits apostoliques
.
 »

(3) sur la prêtrise, le parti mineur opte pour des ministres laïcs : « 
Ils vous donnent à tort le titre de ‘ prêtre ’ ; si vous enlevez votre tonsure et votre onction du doigt, vous n’avez rien de plus que le plus ordinaire des laïcs. Saint Pierre invite tous les chrétiens à être prêtres en disant : Vous êtes la sainte prêtrise qui offre des sacrifices spirituels (1 Pierre 2). »
« Nous savons pertinemment qu’au départ les femmes ont amené davantage de personnes à la repentance que tout un groupe de prêtres avec un évêque. Et maintenant les prêtres se sont installés dans leur village et dans la résidence qui leur est allouée. Quelle erreur ! Allez dans le monde entier. Prêchez [...] à toute la création
. »

L'un des dirigeants du parti mineur, 
Jan Kalenec, sera flagellé et torturé au moyen du feu par l'Inquisition catholique en 1524 et trois autres finissent sur un bûcher. Après 1550, on n’a plus de traces du parti mineur.

Olivier

 


L'Inquisition a persécuté ceux qui étudiaient la Bible sincèrement