La stèle de Mésha, témoignage non biblique du IXe siècle avant J-C, contient le Tétragramme du Nom divin


 

Présentation

En 1868, un missionnaire alsacien découvre dans le pays de l’ancien Royaume de Moab, la Jordanie actuelle, une stèle en basalte noir d’une hauteur d’environ 120 cm datant du 
milieu du IXe siècle avant J-C. Un estampage des inscriptions est réalisé grâce à la sagacité d’un orientaliste français, avant que la pierre, jusque là intacte, ne soit brisée par les bédouins, et les nombreux morceaux envoyés sur le marché des antiquités à Jérusalem. 
Le texte de trente-quatre lignes est écrit en moabite, une langue proche de l’hébreu, et en alphabet phénicien (lecture de droite à gauche).
Les Moabites, descendants de Lot, neveu d’Abraham, étaient apparentés aux Israélites, ce qui explique ici la similitude de la langue des deux peuples. 
La stèle relate les victoires de 
Mesha, roi de Moab, au cours de sa révolte contre le royaume d'Israël.
L'inscription livre la plus ancienne occurrence écrite du mot Israël et constitue la source documentaire la plus détaillée sur le royaume de Moab et sa rivalité avec le royaume d'Israël depuis l'époque du 
roi Omri et de ses successeurs, en particulier Achab. Il livre également le nom du grand dieu de Moab, Kamosh ou Kémosh, dont Mesha se dit le fils spirituel.

Enfin, le texte contient l'une des plus anciennes mentions du Tétragramme du Nom divin en paléo-hébreu.
Les noms de villes mentionnées sur la stèle de Mesha sont conformes aux noms de lieux mentionnés dans le livre des Rois et donnent une idée de l'étendue du royaume de Moab. On y trouve Madaba, Dibon (capitale de Moab) et Nébo (villes et sites au sud d'Amman, en Jordanie).

La stèle de Mésha, témoignage non biblique du IXe siècle avant J-C, contient le Tétragramme du Nom divin: YHWH en paléo-hébreu, sur la 18e ligne

Stèle de Mésha – Musée du Louvre.
Wikipédia Commons

 


La stèle de Mésha prouve l’historicité de l’Ancien Testament sur au moins 5 aspects :

1- L’existence de la nation d’Israël au IXe siècle avant J-C (5 occurrences du mot « Israël ») ;
2- L’existence à la même époque du royaume voisin de Moab (avec sa capitale Dibôn) – Nombres 21 :29, 30.
3- L’historicité du roi d’Israël Omri, fondateur de Samarie, (règne de 886 à 875 av J-C) – 1 Rois 16 :23.
4- La conquête de Moab par Israël sous le règne d’Omri, puis la révolte du roi moabite Mesha contre le fils et second successeur d’Achab, Joram (règne de 852 à 841 av J-C) – 2 Rois 3 : 4-7.
5- L’historicité de la dynastie davidique et donc du roi David.


La révolte du roi de Moab contre la domination d’Israël, selon la stèle de Mesha :

La stèle présente la version de Mesha, roi de Moab, de sa révolte contre Israël.

« 
C'est moi, Mesha, fils de Kamosh, roi de Moab, le Dibonite. Mon père a régné trente ans sur Moab et moi, j'ai régné après mon père. J'ai construit ce sanctuaire pour Kamosh de Qerhoh car il m'a sauvé de tous les agresseurs et il m'a fait me réjouir de tous mes ennemis.
Omri fut roi d'Israël et opprima Moab pendant de longs jours, car Kamosh était irrité contre son pays. Son fils lui succéda et lui aussi il dit : "J'opprimerai Moab". De mes jours, il a parlé (ainsi), mais je me suis réjoui contre lui et contre sa maison. Israël a été ruiné à jamais. Omri s'était emparé du pays de Madaba et (Israël) y demeura pendant son règne et une partie du règne de son fils, à savoir quarante ans : mais de mon temps Kamosh l'a habité
.

L'inscription ''Omri avait été roi d’Israël'', est lisible sur le haut de la stèle de Mesha (roi de Moab qui s'est révolté contre la domination d'Israël au temps d'Omri, le fondateur de Samarie et de son fils, Achab)

L'inscription ''Omri avait été roi d’Israël'', est lisible sur le haut de la stèle


J'ai bâti Ba'al-Me'on et j'y fis le réservoir, et j'ai construit Qiryatan.
L'homme de Gad demeurait dans le pays d'"Atarot depuis longtemps, et le roi d'Israël avait construit "Atarot pour lui-même. J'attaquai la ville et je la pris. Je tuai tout le peuple de la ville pour réjouir Kamosh et Moab. J'emportai de là l'autel de Dodoh (ou bien Autel de David) et je le traînai devant la face de Kamosh à Qeriyot où je fis demeurer l'homme de Saron et celui de Maharot.
Et Kamosh me dit : "Va, prends Neboh à Israël". J'allai de nuit et je l'attaquai depuis le lever du jour jusqu'à midi. Je la pris et je tuai tout, à savoir sept mille hommes et garçons, femmes, filles et concubines parce que je les avais voués à "Ashtar-Kamosh. J'emportai de là les vases ( ?) de 
Yahwé et je les traînai devant la face de Kamosh.
Le roi d'Israël avait bâti Yahas et il y demeura lors de sa campagne contre moi. Kamosh le chassa de devant moi. Je pris deux cents hommes de Moab, tous ses chefs, et j'attaquai Yahas et je la pris pour l'annexer à Dibon.
J'ai construit Qerhoh, le mur du parc et celui de l'acropole, j'ai construit ses portes et ses tours. J'ai bâti le palais royal et j'ai fait les murs de revêtement du réservoir pour les eaux, au milieu de la ville. Or, il n'y avait pas de citerne à l'intérieur de la ville, à Qerhoh, et je le dis à tout le peuple : "Faites- vous chacun une citerne dans votre maison". J'ai fait creuser les fossés (autour) de Qerhoh par les prisonniers d'Israël. J'ai construit Aro'er et j'ai fait la route de l'Arnon. J'ai construit Bet-Bamot5, car elle était détruite. J'ai construit Bosor, car elle était en ruine, avec cinquante hommes de Dibon, car tout Dibon m'était soumis.
J'ai régné… cent avec les villes que j'ai ajoutées au pays. J'ai construit… Madaba, Bet-Diblatan et Bet-Ba'al-Me'on. J'ai élevé là…troupeaux du pays.
Et Horonan où demeurait [la maison de David]… Et Kamosh me dit : "Descends et combats contre Horonan". J'allai (et je combattis contre la ville et je la pris ; et) Kamosh y (demeura) sous mon règne… de là… C'est moi qui6… »



Le Tétragramme du Nom divin 

 

Le Nom divin apparaît en caractères anciens sous la forme de 4 lettres ou Tétragramme vers l’extrémité droite de la 18e ligne.  

La stèle de Mésha, témoignage non biblique du IXe siècle avant J-C retraçant la révolte du roi Mesha de Moab contre la domination d'Israël, contient le Tétragramme du Nom divin: YHWH en paléo-hébreu, sur la 18e ligne

Source : Louvrebible.org

La stèle de Mésha, témoignage non biblique du IXe siècle avant J-C, contient le Tétragramme du Nom divin: YHWH en paléo-hébreu, sur la 18e ligne - texte entier en moabite, proche de l'hébreu, écriture phénicienne

wikipedia commons



La révolte du roi de Moab contre la domination d’Israël, selon la Bible :

Les fanfaronnades de Mesha, roi de Moab, semblent indiquer que 
Kemosh, le faux dieu des Moabites, avait remporté la victoire sur le vrai Dieu, Yahweh ou Jéhovah. Mais la stèle moabite ne révèle pas toute l’histoire de manière objective (comme c’est souvent le cas des témoignages archéologiques relatant des victoires et des réalisations de souverains). 

Les Moabites sont dominés par Israël durant le règne d’
Omri et durant tout le règne d’Achab, fils d’Omri. (Achab a régné 22 ans à Samarie).

« Après la mort du roi Achab, les Moabites se révoltèrent contre la domination d'Israël. » - 2 Rois 1:1.

« Mésha, roi de Moab, était éleveur de troupeaux et payait en tribut au roi d’Israël cent mille agneaux et cent mille béliers avec leur laine. 
A la mort d'Achab, le roi de Moab se révolta contre le roi d'Israël. 
Alors le roi Joram sortit de Samarie et passa Israël en revue ;
Puis il se mit en marche et fit dire à Josaphat, le roi de Juda: «Le roi de Moab s'est révolté contre moi. Veux-tu venir avec moi pour combattre Moab?» Josaphat répondit: "Je vais monter avec toi: toi et moi, ton peuple et le mien, tes chevaux et les miens, il n'y aura aucune différence." » - 2 Rois 3:4-7.


Le 
roi d’Edom se joint également aux rois Joram d’Israël et Josaphat de Juda afin de combattre Moab.
Joram décide de traverser le désert d’Edom. Seulement, après 7 jours de marche, ils manquent d’eau pour l’armée et pour les bêtes qui la suivent – 
2 Rois 3 : 9, 10.

Alors que leur situation est critique, le roi Josaphat demande : «
 N'y a-t-il ici aucun prophète de Yahweh, par qui nous puissions consulter Yahweh? » Un des serviteurs du roi d'Israël répondit et dit: « Il y a ici Elisée, fils de Saphat, qui versait l'eau sur les mains d'Elie. » - 2 Rois 3:11.
Quand 
Elisée arrivé auprès d’eux, il ne mâche pas ses mots en s’adressant au roi Joram d’Israël dont la famille adoratrice de Baal a pratiqué le mal aux yeux de Yahweh.
« Elisée dit au roi d'Israël: « Que me veux-tu, toi? Va vers les prophètes de ton père et vers les prophètes de ta mère. » Et le roi d'Israël lui dit: « Non, car Yahweh a appelé ces trois rois pour les livrer entre les mains de Moab.»

Elisée dit: «
 Yahweh des armées, devant qui je me tiens, est vivant! Si je n'avais égard à Josaphat, roi de Juda, je ne ferais aucune attention à toi et je ne te regarderais pas. » - 2 Rois 3:13, 14 

Inspiré par Yahweh, Elisée demande aux 3 rois de faire creuser dans la vallée des fosses qui vont se remplir d’eau désaltèrante, mais en plus de cela, Yahweh va livrer Moab entre leurs mains.

Au petit matin, alors que le soleil se reflète sur l’eau, les Moabites voient en face d’eux l’eau rouge comme du sang. Ils s’imaginent que les rois venus les combattre ont fini par s’entretuer jusqu’à remplir la vallée de leur sang.
Alors qu’ils arrivent au camp avec l’intention de le piller, les Israélites les frappent, détruisent leurs villes, bouchent leurs sources d’eau et abattent tous les bons arbres.

Voyant qu’il ne pourrait résister à cette attaque, Mésha, le roi de Moab prend avec lui 700 hommes afin de se frayer un passage jusqu’au roi d’Edom mais n’y parvient pas.
Il prend alors son fils aîné, celui qui devait lui succéder, et l’offre en holocauste sur la muraille. Les Israélites éprouvent une telle indignation qu’ils s’éloignent du roi de Moab et retournent dans leur pays – 
2 Samuel 3 :27.

Conformément à la promesse de Jéhovah, les Moabites furent fortement humiliés et vaincus. Quant au faux dieu Kémosh, il s’est révélé incapable de sauver Moab. 


Des prophètes annoncent la disparition de Moab

Les prophètes 
Jérémie et Sophonie annoncent la destruction de l’orgueilleuse Moab.

« Moab sera détruit de sorte qu'il ne sera plus un peuple;
car il s'est élevé contre Yahweh. Quel malheur pour toi, Moab ! Le peuple de Kemosh est perdu ! Car tes fils sont emmenés captifs, et tes filles captives. » - Jérémie 48:42, 46


« C’est pourquoi, aussi vrai que je suis vivant ”, c’est là ce que déclare Jéhovah des armées, le Dieu d’Israël, “ Moab deviendra comme Sodome, et les fils d’Ammôn comme Gomorrhe, un lieu devenu la propriété des orties, une mine de sel et une solitude désolée, oui pour des temps indéfinis. Ceux qui resteront de mon peuple les pilleront, et le reste de ma nation en prendra possession. 
Voilà ce qu’ils auront au lieu de leur orgueil, parce qu’ils ont outragé le peuple de Jéhovah des armées et prenaient de grands airs contre lui.» - Sophonie 2 :9, 10.


L
orgueil des Moabites et leur mépris du peuple de Jéhovah seront sévèrement sanctionnés. En effet, après les Israélites, le peuple de Moab se retrouve sous la domination d’autres nations puissantes et finit par disparaître de l’histoire.


Conclusion

La stèle de Mésha constitue un témoignage historique intéressant remontant 
au milieu du IXe siècle avant J-C et confirmant l’existence de certains lieux, peuples et personnages bibliques.
Son récit oppose le dieu moabite Kémosh au vrai Dieu d’Israël, Yahweh, dont le tétragramme figure clairement sur la stèle (18e ligne).

L’arrogance de Moab entraînera sa perte en commençant par Mésha qui perd une bataille décisive et au cours de laquelle il sacrifie son propre fils et successeur.
Plus tard, Moab disparaîtra de l’histoire en tant que nation.

Nous pouvons tirer une leçon importante de ce récit : 
l’orgueil est quelque chose de détestable aux yeux de Yahvé.
Les nations qui se croient puissantes, supérieures et invincibles feraient bien de considérer l’exemple de Moab. En effet, Jésus-Christ, le futur Roi messianique, va bientôt renverser les gouvernements actuels afin d’instaurer un règne de justice et de paix.

« 11 Ensuite, je vis le ciel ouvert, et voici qu'un cheval blanc apparut. Celui qui le montait s'appelle «Fidèle et Véritable», il juge et combat avec justice. (…) 14 Les armées célestes le suivaient, montées sur des chevaux blancs et habillées d'un fin lin, blanc et pur. 15 De sa bouche sortait une épée aiguë [à deux tranchants] pour frapper les nations. Il les dirigera avec un sceptre de fer et il écrasera lui-même le raisin dans la cuve à vin de l'ardente colère du Dieu tout-puissant. » Apocalypse 19 :11-15.

Le verset suivant confirme à nouveau l’identité de celui qui mènera la guerre finale : Jésus-Christ, le «Roi des rois et Seigneur des seigneurs».

Le Royaume de Dieu est le seul gouvernement qui mérite notre confiance et notre allégeance.

 


Olivier                                                                     
   Pour laisser un commentaire, c'est ici !

 

 


Le Tétragramme du Nom divin - YHWH - Yahvé, Yahweh ou Jéhovah - Vitrail aux armes de Georges Müller - Moïse recevant les tables de la Loi - Louvre, Paris
Vitrail aux armes de Georges Müller- Moïse recevant les tables de la Loi, Louvre, Paris