Le rouleau d’En-Gedi complètement calciné est reconstruit en 3D


 

Le rouleau d’En-Gedi a brûlé dans l’incendie de la synagogue

En
 1965
, les ruines d’une ville antique ont été découvertes à En Gedi, une oasis située sur la rive occidentale de la mer Morte à 40 km au sud de Qumrân. 

Le désert de Judée et les manuscrits de la mer Morte- Jéricho, Qumrân, Murabba'at, En-Gedi, Nahal Hever, Massada.

Sites à l’ouest de la mer Morte – wikipedia commons

 

Grâce aux travaux d’excavation réalisés en 1970, l’archéologue israélien Yoseph Porath met à jour une synagogue qui avait été incendiée vers l’an 600 de notre ère et dont la partie la plus ancienne date du 3ème siècle. Les maisons d'habitation qui la jouxtaient ont également brûlé.

Dans l’armoire sacrée où étaient rangés les textes liturgiques, les archéologues ont découvert une série de 
rouleaux carbonisés qui avaient tendance à se décomposer dès qu’on les touchait.
L’un de ces rouleaux calcinés va, un demi-siècle plus tard, dévoiler des textes bibliques d’une grande importance.

Rouleau d’En-Gedi datant du 3ème ou 4ème siècle après J-C  d’après la datation au Carbone 14, Wikipedia commons

Rouleau d’En-Gedi datant du 3ème ou 4ème siècle après J-C

d’après la datation au Carbone 14, Wikipedia commons

 

Elena Libman, des autorités israéliennes de l’antiquité déclare : “Quand j’ai vu la boite avec quelque chose de noir, je n’aurais jamais imaginé pouvoir en faire quelque chose.


Des prouesses technologiques révèlent le contenu d’un ancien rouleau calciné !

En 2016, soit presque un demi-siècle après la découverte des rouleaux d’En-Gedi, des chercheurs américains et israéliens soumettent l’un de ces rouleaux à une nouvelle technique d’imagerie numérique en 3D de pointe qui consiste à radiographier l’objet sans le déplier
La technique appelée microtomagraphie aux rayons X permet en effet de faire une reconstitution spatiale et de faire apparaître le texte dissimulé dans le rouleau  bien trop endommagé et trop fragile pour être déroulé.

Pnina Shor, des autorités israéliennes de l’antiquité explique : “
Ce morceau de charbon de bois a été un très beau rouleau d‘écritures. Il a brûlé et bien sûr il est devenu illisible. Nous avons donc déroulé virtuellement le rouleau pour aller à l’intérieur de ce morceau et pour le séparer en différentes couches. Nous voulions trouver les couches qui présentaient les meilleurs restes d‘écritures avant de les dérouler.”

L’équipe de recherche américano-israélienne a pu déterminer que ce document, fait de peau d’animal, était une version du 
Lévitique, le troisième des cinq livres de Moïse, la Torah, dont il contient les “deux premiers chapitres”.
Ces chercheurs ont pu produire virtuellement une image du document entièrement déroulé, montrant un texte de 35 lignes dans chaque colonne, dont 18 étaient préservées et 17 ont été reconstituées.

Lien - Explication Euronews

Le déroulement virtuel commence avec l’acquisition d’un scanner volumétrique tri dimensionnel du manuscrit endommagé.
Ce scan produit un jeu d’image qui s’entrecroisent et qui nous montrent la structure interne du rouleau. Quand on le regarde comme un objet en 3D on peut clairement voir les différentes couches internes du rouleau.
Ces couches sont d’abord capturées en 3D par un processus appelé  "segmentation ". 
Ensuite on extrait l’encre des informations, c’est ce qu’on appelle la "texturation", en utilisant la forme en 3D qui a été générée par la segmentation. Les pixels clairs indiquent les régions d’information dense soit dans ce cas de l’encre avec du fer ou du plomb.

Pnina Shor explique : “
Grâce à cette technologie on va pouvoir ouvrir de nouveaux horizons à la recherche scientifique dans le sens où il ne sera désormais plus nécessaire de dérouler ces rouleaux ou d’intervenir physiquement, parce qu’on va pouvoir regarder à l’intérieur de tout objet sans intervention physique.
Cette technologie numérique a été mise au point par Google et par la Fondation scientifique nationale américaine. 


Le résultats de l’analyse en 3D du rouleau d’En-Gedi

L’équipe de chercheurs a pu mettre en évidence un texte de 35 lignes correspondant au passage biblique des 
2 premiers chapitres du Lévitique
.

Ce passage explique en détail comment les Israélites devaient procéder afin d’offrir des holocaustes à Yahvé. 

Le rouleau carbonisé d'En-Gedi contient un texte de 35 lignes correspondant au passage biblique des 2 premiers chapitres du Lévitique.

EGLev ABF master view – Brill

Le rouleau carbonisé d'En-Gedi contient un texte de 35 lignes correspondant au passage biblique des 2 premiers chapitres du Lévitique.

EGLev original inverted and enhanced master view - Brill

 

 

Le rouleau carbonisé d'En-Gedi contient un texte de 35 lignes correspondant au passage biblique des 2 premiers chapitres du Lévitique. Il contient le Tétragramme YHWH du Nom de Dieu.
Tétragramme YHWH du Nom de Dieu dans le rouleau carbonisé d'En-Gedi - Passage du Lévitique.

 

Le Tétragramme du Nom est Dieu est présent dans le précieux manuscrit d’En-Gedi.
Le Tétragramme figure à vingt reprises dans les deux premiers chapitres du Lévitique dans les écrits originaux.


L’intégrité du texte

Lorsque des spécialistes en Israël ont analysé le texte, ils ont été stupéfaits de constater à quel point 
le texte d’En-Gedi s’avère rigoureusement identique au texte hébreu massorétique utilisé dans la plupart des traductions de la Bible à travers le monde (contrairement aux rouleaux de Qumrân qui montrent quelques différences de style). Ces résultats inespérés montrent que le texte sacré s’est transmis depuis l’Antiquité sans aucune modification. 

« 
En lisant le manuscrit d’Ein-Gedi, nous avons été frappés par le fait que certains passages sont identiques dans le moindre détail calligraphique et l’organisation des sections au texte Massorétique, qui fait autorité au sein du judaïsme », a expliqué, lors d’une conférence de presse téléphonique, Michael Segal, directeur de la faculté de Philosophie et de Religion à l’Université Hébraïque de Jérusalem.

Les 
massorètes (en hébreu, Baalei Hamasorah, “Seigneurs de la tradition”), étaient des copistes extrêmement minutieux des Écritures hébraïques. Par leur rigoureux travail de fixation du texte biblique, ils assuraient la transmission fidèle du texte de la Bible hébraïque, ainsi que de ses nuances de prononciation et de vocalisation. (Ils annotaient en marge du texte le moindre changement rencontré dans les copies. Ils ont aussi inventé un système de points-voyelles et d’accents pour aider le lecteur à prononcer correctement les mots).
Grâce à ce travail remarquable, l’intégrité des Écritures hébraïques a été préservée à travers les générations. 
L’école de 
Ben Asher, dans la région de Tibériade est connue pour sa célèbre famille de Massorètes qui a réalisé un travail de copie remarquable des Écritures hébraïques avec la plus grande rigueur. On leur doit entre autres l’inestimable codex d’Alep écrit aux alentour de 920 ap J-C.

Le fait que certains passages soient identiques au texte Massorétique sous-entend que la tradition massorétique existait déjà au 3ème siècle.

Cela nous rappelle le commandement que Dieu avait donné aux rois israélites :

«
 Lorsqu'il montera sur le trône royal, il devra écrire sur un rouleau, pour son usage, une copie de cette Loi, sous la dictée des prêtres lévites. 
Elle ne le quittera pas; il la lira tous les jours de sa vie, pour apprendre à craindre Yahvé son Dieu en gardant toutes les paroles de cette Loi, ainsi que ces règles pour les mettre en pratique. » (Deutéronome 17:18,19)


Le rouleau d’En-Gedi nous prouve que le texte biblique des Écritures hébraïques copié et recopié au cours des âges nous est parvenu avec une 
grande fidélité et nous disposons aujourd’hui du véritable message divin, tel qu’il a été transmis au peuple d’Israël.


Olivier                                                                                  
Pour laisser un commentaire, c'est ici !

 


Tétragramme à l'église Saint-Sulpice à Paris
Tétragramme à l'église Saint-Sulpice à Paris