Daniel chapitre 11 – versets 3 à 4

Alexandre le grand, un célèbre conquérant annoncé dans les prophéties


 

Daniel 11 : 3, 4 : « 3 Cependant, un roi vaillant se dressera. Il dominera avec une grande puissance et fera ce qu'il voudra. 4 Une fois qu'il se sera dressé, son royaume sera brisé et divisé aux quatre coins du ciel. Son royaume n'appartiendra pas à ses descendants et ne sera pas aussi puissant que le sien, car il sera déchiré et passera à d'autres qu'eux.»

Après l’hégémonie de l’Empire perse, la Grèce devient la puissance prédominante avec, à sa tête, un célèbre conquérant : 
Alexandre le grand.

Deux cent ans plus tôt, la première année de Belshatsar, Daniel reçoit une vision prophétique dans laquelle 4 bêtes terrifiantes sortent de la mer. Ces bêtes représentent la succession des puissances mondiales, la Grèce étant représentée par un 
léopard ailé, ce qui illustre parfaitement l’expansion foudroyante de cet empire. En effet, la conquête grecque est soudaine et très rapide comme le léopard quand il chasse. La présence de 4 ailes sur son dos accentue la célérité et l’agilité de l’animal.


Les conquêtes « éclair » d’Alexandre le grand »

Alexandre III de Macédoine, le futur Alexandre le Grand, accède au trône de Macédoine après la mort de son père Philippe II en 336 av. JC. Il hérite alors non seulement d’un royaume déjà dominant en Grèce, mais également d’une superbe armée issue du projet de Philippe d’envahir l’Empire persan qui s’étend alors de l’Anatolie jusqu’aux plaines de l’Inde.

Au printemps 
334 av. J.-C, Alexandre franchit le détroit des Dardanelles à la tête d’une armée de cinquante milles hommes. C’est le début d’une campagne qui durera 10 ans et dont l’objectif est la conquête du légendaire Empire perse.

Remarquable stratège, Alexandre le grand remporte une première victoire en mai 334 av J-C lors de la bataille du Granique (actuel fleuve Biga Çayı au sud du Bosphore en Turquie) contre une armée perse bien plus nombreuse. Il défait de nombreux satrapes (gouverneurs) sur les rives du Granique et devient maître de l’Anatolie ou Asie Mineure.

En 333 av J-C, tandis qu'il s'apprête à passer en Syrie, Alexandre livre bataille à Darius III dans la plaine d'Issos dans l'antique Cilicie et le vainc, mais renonce à le poursuivre vers l'Orient.


La bataille d'Issos entre Alexandre le grand et Darius III, roi perse. La conquête de la Perse par la Grèce avait été prophétisée dans la Bible, dans le livre de Daniel.

Alexandre et Darius face à face, Mosaïque d'Alexandre-
Musée  archéologique de Naples.
Wikipedia commons

 

En effet, après cette seconde victoire contre les Perses à la bataille d’Issos, le Macédonien préfère conquérir la Syrie. Puis il atteint l’Égypte où il est proclamé pharaon. Il fonde alors Alexandrie.
Une fois la conquête de l’Egypte achevée, Alexandre remonte avec son armée vers Tyr en 
Phénicie.
En moins de trois ans, le roi macédonien conquiert 
l’Anatolie, la Syrie, la Palestine et l’Egypte.

Entre temps, Darius III reconstitue son armée en faisant appel à toutes les ressources de son empire. Le Macédonien part à sa rencontre au printemps 331 av. J.-C. L’armée macédonienne franchit l’Euphrate au cours de l’été grâce à un pont de bateaux, puis le Tigre en septembre. Après plusieurs jours de marche, Alexandre apprend que l'armée perse, bien supérieure en nombre, l'attend dans la plaine de Gaugamèles (au nord de l’Irak actuel).

La bataille de Gaugamèles se déroule le 1er octobre 331 av. J.-C. Lors de cet affrontement décisif entre l'armée d'Alexandre le Grand et celle de Darius III, le royaume de Macédoine vainc définitivement l'empire achéménide, comme prophétisé dans la Bible.

Wikipedia commons


La 
bataille de Gaugamèles se déroule le 1er octobre 331 av. J.-C. Lors de cet affrontement décisif entre l'armée d'Alexandre le Grand et celle de Darius III, le royaume de Macédoine vainc définitivement l'empire achéménide.

Cette troisième victoire contre l’armée perse à la bataille de Gaugamèles en 331 av J-C offre au Macédonien la 
totalité de l’empire perse et lui ouvre les portes des capitales Babylone, Suse et Persépolis.

Tandis que Darius s'enfuit une nouvelle fois vers l'Orient, Alexandre laisse ses soldats piller et brûler Persépolis, la prestigieuse métropole des Achéménides, une façon de venger l'incendie d'Athènes par les Perses en 480 av. J.C.

À la suite de cette victoire, Alexandre est couronné roi d'Asie lors d'une cérémonie fastueuse célébrée à Arbèles, puis il entre en vainqueur dans Babylone en 
octobre 331, très précisément 208 ans après que Cyrus le Perse y soit lui-même entré en tant que vainqueur de l’empire babylonien.
Perdant tout espoir, Darius III prend la fuite dans les montagnes de Médie et meurt peu après, assassiné par ses satrapes en juillet 330.

Après lassassinat de Darius III en 330, Alexandre le grand reprend sa marche et atteint l’Indus en 327 av J-C où il établit un contact avec les princes d’Inde du Nord.
Puis au début de l'été 326, s'alliant au roi de 
Taxila, il affronte son rival, Pôros, râja indien du royaume de Paurava et son armée d'éléphants. Il remporte la bataille de l'Hydaspe (la rivière Jhelum moderne, sur le territoire actuel du Pakistan). L’armée macédonienne est confrontée pour la première fois à un nombre important d'éléphants de guerre (environ 200).


Wikipedia commons

 

Alexandre soumet le Penjab actuel mais ses soldats, épuisés, refusent d'avancer plus loin. Finalement, il accepte de ramener son armée à Babylone dont il compte faire la capitale de son empire. C'est là qu'il est pris de fièvre.
Il meurt en 
juin 323 à Babylone (probablement de paludisme), à l'âge de trente-deux ans seulement, après avoir conquis la puissance perse.

 

Alexandre le grand a vaincu les Perses aux batailles de Granique, Issos et Gaugamèles. Il renverse ainsi l'empire perse achéménide comme prophétisé dans la Bible, dans le livre de Daniel.

Avec mes remerciements à Alain houot



Les successeurs d’Alexandre

Alexandre le grand meurt soudainement en juin 323 av J-C à Babylone sans héritier en âge de régner ni successeur désigné. Sa mort est suivie de près de 40 années de conflits internes pendant lesquels les principaux généraux et les membres de sa famille vont se disputer sa succession et le contrôle du vaste empire qu’il a bâti.
Le roi macédonien a un demi-frère, 
Philippe III, décrit comme déficient mental, ce qui invalide ses capacités à gouverner. Il sera assassiné en -317 sur ordre d'Olympias.
Sa veuve 
Roxane, une princesse perse, est enceinte. Cet enfant ne sera pas un pur Macédonien. Il sera appelé Alexandre Aegos connu sous le nom d'Alexandre IV de Macédoine et sera assassiné sur ordre de Cassandre en -310, l’un des généraux d’Alexandre.
Alexandre a aussi un autre fils, 
Héraclès, avec sa maîtresse Barsine mais son illégitimité le discrédite pour la succession. Héraclès et sa mère seront tués en -309 par Polyperchon.

Les 
guerres des diadoques vont ainsi durer de 323 à 281 av J-C.
Un diadoque (
διάδοχος / diádokhos) est un titre désignant un personnage qui dans l'Antiquité a eu prétention à être « successeur » à un trône. Les Diadoques désignent plus spécifiquement les généraux et compagnons d'Alexandre le Grand qui luttèrent les uns contre les autres pour obtenir le contrôle de son immense empire après sa mort en 323 av. J.-C.
La plus grande bataille des guerres diadoques est la 
bataille d’Ipsos qui s’est déroulée en Phrygie (Turquie actuelle) en 301 av. J-C et a été déterminante dans le partage des territoires conquis.


Ptolémée, le premier, consolide son pouvoir sur l’ensemble de l’Égypte, Chypre et une grande partie de la Syrie.
Séleucos jette les bases de l’immense royaume séleucide en prenant possession de la Mésopotamie et de tout l’Extrême-Orient grec en 312 av. J.-C., puis de la Syrie du Nord en 301 av. J.-C., de l’Asie Mineure enfin en 281 av. J.-C.

4 généraux se disputent le pouvoir et se partagent le grand empire d'Alexandre le grand, comme cela avait été prophétisé dans la Bible, dans le livre de Daniel: les 4 têtes du léopard.

 

Finalement, le royaume de Cassandre (358–297 av. J.-C. env.) est composé de la Macédoine, de la majeure partie de la Grèce et de certaines régions de la Thrace.
Le royaume de 
Lysimaque (361–281 av. J.-C. env.) comprend la Lydie, l'Ionie, la Phrygie et d'autres parties de la Turquie actuelle.
Le royaume de 
Séleucos (mort en 281 av. J.-C ; plus tard l'Empire séleucide) est constitué de l'Iran, l'Irak, la Syrie et de parties de l'Asie centrale.
Le royaume de 
Ptolémée Ier (mort en 283 av. J.-C.) inclut l'Égypte et les régions voisines.


L’accomplissement des prophéties de Daniel 11

Daniel 11 : 3, 4 : « 3 Cependant, un roi vaillant se dressera. Il dominera avec une grande puissance et fera ce qu'il voudra. 4 Une fois qu'il se sera dressé, son royaume sera brisé et divisé aux quatre coins du ciel. Son royaume n'appartiendra pas à ses descendants et ne sera pas aussi puissant que le sien, car il sera déchiré et passera à d'autres qu'eux ».

Ces versets font suite à la description du 4e roi perse qui «
 soulève tout le monde contre le royaume de Grèce » (Daniel 11 : 1, 2).

De façon étonnante, l’histoire démontre combien les prophéties bibliques se réalisent à la lettre.
Le verset 3 indique qu’
un roi vaillant se dresserait et dominerait avec une grande puissance. C’est le début de la description d’Alexandre le grand, l’un des plus grands conquérants et des plus grands stratèges de l’histoire.

Le grand conquérant Alexandre le grand avait été annoncé dans les prophéties de la Bible, dans le livre de Daniel. Il est la grande corne du bouc qui, en se brisant, laisse la place à 4 successeurs qui ne sont pas ses descendants.

Détail de l’Alexandre Rondanini, glyptothèque de Munich.
Wikipedia commons


Le verset 4 indique qu’une fois qu’il serait dressé, une fois qu’il aurait atteint le zénith de sa gloire et de sa renommée, son royaume serait brisé. C’est précisément ce qui s’est passé à la mort soudaine d’Alexandre le grand : son royaume immense a été disloqué.

Plus étonnant encore, la prophétie prédit que 
son royaume n’appartiendrait pas à ses descendants ! Là encore, elle s’accomplit de façon précise car les descendants du roi macédonien n’ont pas pu monter sur le trône.
En effet, ses deux fils (Alexandre IV avec Roxane et Héraclès avec Barsine) sont assassinés avec leur mère.

Enfin, le verset 4 déclare également que le royaume du grand Conquérant serait 
brisé et divisé aux quatre coins du ciel. C’est précisément ce qui s’est produit lorsque les 4 principaux généraux se partagent l’empire conquis. La prophétie de Daniel s’accomplit de manière étonnante !

Une vingtaine d’années plus tôt, le même évènement a été annoncé à Daniel dans une autre vision où apparaissent 
un bélier et un bouc.


L’accomplissement des prophéties de Daniel 8

Nous sommes à la 3e année de règne de Belshatsar, roi de Babylone et fils de Nabonide. Daniel se trouve à Suse, près du fleuve Oulaï. - 
Daniel 8 : 1, 2.

Daniel 8 : 3, 4 : « 3 J'ai levé les yeux et regardé: un bélier se tenait devant le fleuve et il avait des cornes. Ces cornes étaient hautes. L'une était plus haute que l'autre, mais c'était la plus haute qui avait poussé la dernière. 4 J'ai vu le bélier frapper avec ses cornes vers l'ouest, le nord et le sud. Aucun animal ne pouvait lui résister et il n'y avait personne pour délivrer ses victimes de son pouvoir. Il faisait ce qu'il voulait et il est devenu grand. »

Nous savons que les bêtes sont associées aux puissances politiques et les cornes à leurs dirigeants.
Le bélier représente l’empire médo-perse. Il possède 2 cornes car il s’agit d’un double empire, l’« empire médo-perse ». La corne la plus haute représente le roi de Perse. On se souvient que Cyrus le Perse était également un très grand conquérant et aussi un grand stratège.

Lisons la suite de la prophétie :
Daniel 8 : 5 : « Pendant que je regardais attentivement, un bouc est arrivé de l'ouest, parcourant toute la surface de la terre sans toucher la terre. Ce bouc avait une corne impressionnante entre les yeux ».

Le bouc qui arrive de l’Ouest, parcourant de grandes étendues sans toucher la terre, représente la puissance grecque dirigée par Alexandre le grand. Le bouc se déplace si vite qu’il ne touche même pas le sol. Ce bouc (Daniel ch-8-) et le léopard ailé (Daniel ch-7-) illustrent parfaitement la vitesse de progression des armées grecques et l’étendue des conquêtes vers l’Est.
Le bouc (la Grèce) a une corne (un roi) impressionnante entre les yeux. La taille de la corne illustre la grandeur, la puissance, la renommée du grand conquérant.
Cela est confirmé par l’explication qu’en donne l’
ange Gabriel.

Daniel 8 : 20-21 : « 20 Le bélier que tu as vu et qui avait des cornes, ce sont les rois des Mèdes et des Perses. 21 Le bouc, c'est le roi de Grèce. La grande corne entre ses yeux, c'est le premier roi. »

Le bouc vient de l'ouest jusqu’au bélier (versets 5 et 7), l’empire perse. C’est bien ce qui s’est passé, c’est Alexandre qui s’est déplacé 
vers Darius III.

Daniel 8 : 6, 7 : 6 Il est arrivé jusqu'au bélier qui avait des cornes et que j'avais vu se tenir devant le fleuve, et il a foncé sur lui dans toute l'ardeur de sa force. 7 Je l'ai vu s'approcher du bélier et manifester son amertume contre lui: il a frappé le bélier et lui a brisé les deux cornes sans que le bélier n'ait la force de lui résister. Il l'a jeté par terre et l'a piétiné, et il n'y a eu personne pour délivrer le bélier de son pouvoir. »

Le verset 7 dit également que le bouc manifeste son 
amertume contre le bélier. C’est bien de l’amertume que ressentait très certainement Alexandre depuis son enfance, au point de poursuivre le projet de son père, Philippe II : la conquête de l’empire perse qui avait porté la guerre en Grèce.
On se souvient en effet de la 
2e guerre médique en -480 au cours de laquelle le roi Xerxès Ier avait levé une armée et une flotte immenses (1 million d’hommes et plus de 1200 voiles) et saccagé Athènes.
Lorsque les Perses incendient Persépolis c’est sans doute par vengeance de l’incendie d’Athènes en 480 av J-C.

Lorsque le bouc frappe le bélier, il lui brise en même temps ses 2 cornes et le bélier, l’empire perse, pourtant en supériorité numérique, ne résiste pas aux attaques de son rival. Personne n’est venu à son aide.

Daniel 8 : 8 : « Le bouc est devenu très grand mais, lorsqu'il a été puissant, sa grande corne s'est brisée. Quatre grandes cornes ont poussé à sa place, aux quatre coins du ciel ».

On parle à nouveau de 4 cornes ou 4 dirigeants qui prendraient le pouvoir à la mort d’Alexandre le grand.
C’est ce que nous confirment les paroles de l'ange Gabriel:

Daniel 8 : 21-22: « 21 Le bouc, c'est le roi de Grèce. La grande corne entre ses yeux, c'est le premier roi. 22 Les quatre cornes qui l'ont remplacée, une fois qu'elle a été brisée, ce sont quatre royaumes qui surgiront de cette nation, mais sans avoir autant de force qu'elle. »

De la même façon, le léopard qui représente la Grèce a 4 têtes.

Daniel 7 : 6 : « Après cela, j'ai vu une autre bête, qui ressemblait à un léopard. Elle avait quatre ailes sur le dos, comme celles d'un oiseau. Cette bête avait quatre têtes et la domination lui a été donnée. »


Les prophéties de Daniel ont annoncé, 200 ans avant les évènements,  que l'empire médo-perse serait renversé par la Grèce.

Les 4 têtes du léopard représentent les 4 généraux qui se partagent le territoire mais auraient moins de force que le premier roi d’après la prophétie. Séleucus Nicator prend possession de la Mésopotamie et de la Syrie (à l’Est); Cassandre (qui a fait assassiner Alexandre IV), de la Macédoine et de la Grèce (à l’Ouest); Ptolémée Lagus, de l’Égypte et de la Palestine (au Sud); et Lysimaque, de la Thrace et de l’Asie Mineure (au Nord).

Comme cela avait été prophétisé dans la Bible, dans le livre de Daniel, 4 généraux, les 4 têtes du léopard, se disputent le pouvoir et se partagent le grand empire d'Alexandre le grand.

Conclusion

Les évènements décrits dans les récits historiques concernant la conquête de l’empire médo-perse par la Grèce confirment l’exactitude des prophéties bibliques.

Nous pouvons être assurés que les prophéties du temps de la fin s’accompliront, elles aussi, à la lettre, sans faute.

Que va nous dévoiler maintenant la suite du chapitre 11 de Daniel ?
En toute logique, après avoir annoncé des prophéties concernant un grand roi perse et un grand roi grec, on s’attend à des prophéties liées à un grand roi romain…

Voyons si cela est bien le cas.

Olivier                                                                      
Pour laisser un commentaire, c'est ici !

 


Plusieurs prophéties bibliques se sont accomplies sur Alexandre le grand
Monnaie de Ptolémée Ier à l'effigie d'Alexandre portant un scalp d’éléphant, symbole de sa conquête de l’Inde.