Le massacre des Vaudois par François 1er


 

 

 

 Les Vaudois

 

Le mouvement vaudois est né aux alentours de l’an 1170 à Lyon. Un riche bourgeois de cette ville, Vaudès (ou Valdès), avide de savoir, paye deux moines pour lui traduire du latin, qu’il ne connaissait pas, de larges extraits de la Bible en sa langue maternelle, le franco-provençal.

 

La lecture de certains textes le conduit à changer de vie, à vouloir mener celle des premiers disciples de Jésus de Nazareth. Il est touché par les paroles de Jésus « Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donnes-le aux pauvres... puis viens et suis moi.»

 

Vaudès se fait volontairement pauvre, distribue ses richesses aux nécessiteux et se met à lire publiquement les textes bibliques en langue populaire et à les commenter.

La désobéissance aux règles de l’Église et surtout le choix décisif de ne se référer qu’à la Bible en matière de foi, de se sentir directement appelé par Dieu sans l’intermédiaire de l’institution de l’Église, mettent en question l’autorité des évêques.

 

Le mouvement vaudois est né aux en 1170 à Lyon. Un riche bourgeois de cette ville, Valdès avide de savoir, paye deux moines pour lui traduire du latin de larges extraits de la Bible en sa langue maternelle, le franco-provençal. Cela va changer sa vie.

1868 statue of Peter Waldo at the Luther Memorial in Worms, Germany - wikipedia

 

 

Les Vaudois sont des chrétiens sincères soucieux de rester attachés aux Saintes Écritures. Leur enseignement est épuré de certaines contaminations romaines. En effet, les Vaudois rejettent les indulgences, le purgatoire, le culte des saints, le baptême des nouveau-nés, le clergé romain perverti, la messe du culte romain. Ils font des saintes Écritures la seule règle de foi et des cœurs, étudiées de préférence dans la langue populaire afin que chacun puisse la comprendre, ils autorisent le divorce pour adultère… 

Les Vaudois sont des chrétiens sincères soucieux de rester attachés aux Saintes Écritures. Leur enseignement est épuré des contaminations romaines. Les Vaudois rejettent les indulgences, le purgatoire, le culte des saints, le baptême des nouveau-nés...

IMGBIN_cloud-dev

 

 

À l'origine, il y a surtout la volonté de maintenir la doctrine évangélique face aux dérives supposées de la papauté, en particulier la promotion de la "pauvreté évangélique" face au luxe du clergé. Par la suite, la doctrine des vaudois se précise lors de colloques (Laus - 1526, Chanforan -1532) ; la base étant la connaissance de l'Évangile, de l'Ancien et du Nouveau Testament.

 

Les Vaudois Ils font des saintes Écritures la seule règle de foi et des cœurs, étudiées de préférence dans la langue populaire afin que chacun puisse la comprendre, ils autorisent le divorce pour adultère…

Un cierge et sept étoiles, entourés de l'inscription latine « lux lucet in tenebris » (« une lueur luit dans les ténèbres »),

constituent le symbole traditionnel de l’Église évangélique vaudoise.

 

 

 

Les aspects principaux sont :

 

·        L'Écriture est la seule règle de la foi et des cœurs ;

·        Tout homme et toute femme initié à la connaissance de l'Écriture peut prêcher ;

·        Il est bon que le culte soit fait en langue populaire et que chacun use de la Bible ;

·        La foi est un don de Dieu. Elle comprend l'amour du Seigneur et l'obéissance à ses commandements ;

·        La messe du culte romain ne vaut rien ;

·        Les indulgences ne valent rien. Le purgatoire est une fable ;

·        Tout ce que l'on fait pour le salut des morts est inutile ;

·        Jésus est le seul intercesseur. La vénération des saints est une idolâtrie ;

·        Le clergé romain ayant perverti la doctrine et les sacrements des apôtres, et n'imitant pas leur exemple, n'a aucune autorité ;

·        Le baptême n'est qu'un signe de régénération. Celle-ci n'aura réellement lieu que lorsque l'enfant aura une foi véritable. Les seuls sacrements reconnus sont le baptême et la sainte Cène ;

·        Le mariage est dissous par l'adultère.

      

Lien – Les Vaudois du Lubéron

 

Lien – Eglise évangélique vaudoise - wikipedia

 

 
Cela attise la haine du clergé catholique qui parvient à ses fins et qui déclenche les pires atrocités pouvant être commises contre des êtres humains… !

 

 

 François 1er massacre les Vaudois


Remontons l’histoire de France au temps de l’un de ses plus prestigieux rois : François 1er.

En 1540, l’Edit de Mérindol condamne les Vaudois, mais François Ier ayant besoin de l'appui de Charles Quint les gracie.
Quelque temps plus tard, l’archevêque d’Arles, l’évêque d’Aix, et quelques abbés, prieurs et chanoines de la Provence, assemblés à Avignon, envoient prier le roi François 1er de révoquer, pour le salut de son âme, l’amnistie qu’il avait accordée aux vaudois de Mérindol. Le roi François 1er cède à leur demande. 
Le 1er janvier 1545, François Ier demande au parlement de Provence de mettre à exécution l’arrêt qui avait été rendu quatre ans auparavant contre les vaudois, malgré les lettres de grâce expédiées depuis. Il lui recommandait « de faire en sorte que le pays de Provence fût entièrement dépeuplé et nettoyé de tels séducteurs. » Le roi François 1er fait ainsi
exterminer les Vaudois.

 

Le 1er janvier 1545, François Ier demande au parlement de Provence de mettre à exécution l’Edit de Mérindol établi en 1540. Le roi François 1er charge Jean Maynier, le baron d’Opède d'exterminer les Vaudois et lui confie une expédition militaire.

François Ier vers 1530 par Jean Clouet - Louvre - wikipedia

 

Le roi charge Jean Maynier, le baron d’Opède d’exécuter la sentence et lui confie une expédition militaire. Ne faisant « qu’obéir aux ordres » des représentants religieux, la pire barbarie est permise…

 
Le 13 avril 1545, après avoir traversé la Durance, ils arrivent aux villages de Peypin, la Motte et Saint-Martin qu’ils pillent et brulent. Ils massacrent tous les habitants. 
Apprenant ce qui est arrivé, les habitants des villages de Villelaure, Lourmarin, Gensson, Trésémines et La Roque s’enfuient dans les bois. Quand les soldats arrivent, ils pillent ce qui reste, brulent les maisons et les récoltes, tuent les troupeaux et égorgent toutes les personnes qu’ils trouvent. Les plus faibles, les femmes avec leurs enfants, les vieillards, tous ceux qui succombent à la fatigue se font rattraper par les soldats qui leur font subir viols, tortures et qui les égorgent.

Le 19 avril 1545, l’armée entre sur les terres du pape, et se présente devant Cabrières. Tous ceux qui sont retrouvés dans la ville sont égorgés. Les fuyards sont retrouvés et 800 sont exécutés. D’Oppède ordonne que les femmes soient enfermées dans un grenier plein de paille où l’on met le feu. Celles qui tentent de se jeter par la fenêtre sont repoussées avec des crocs et des piques.

 

Le 19 avril 1545, l’armée entre sur les terres du pape et se présente devant Cabrières. Tous ceux qui sont retrouvés sont égorgés. Les fuyards sont retrouvés et 800 sont exécutés. D’Oppède ordonne que les femmes soient brûlées vives dans la paille.

Massacre of the Vaudois of Merindol Gustave Dore (1832-1886) - wikipedia

 


Ils arrivent ensuite à La Coste où les hommes sont exterminés. Les femmes et les filles qui s’étaient cachées dans un jardin voisin du château sont violées, torturées et traitées avec la plus grande violence. 
Lorsque les villageois qui s’étaient cachés dans Murs sont enfin découverts, ils subissent le même sort que les autres. 
24 villages sont totalement détruits. Plus de 3000 Vaudois ont péri. Les autres errent dans les bois et les montagnes, traqués par les soldats. 670 hommes sont envoyés aux galères. Tous les Vaudois sont condamnés à mort. 
Pour atteindre ceux qui errent encore dans les montagnes, le parlement d’Aix fait proclamer par toute la Provence, « que nul n’osât donner retraite, aide, secours, ni fournir argent ni vivres à aucun vaudois ou hérétique», sous peine de mort. Ne pouvant nullement être hébergés dans les villages et les villes, la plupart des  hommes, femmes et enfants finissent par mourir de faim et d’épuisement.

 
À la suite de ce massacre, le pape Paul III reçoit avec tous les honneurs le président du Parlement de Provence, Jean Maynier.

Ce terrible massacre provoqué par le clergé catholique est le précurseur des guerres de religion qui vont ensanglanter le royaume de France 15 ans plus tard.

La France connaîtra 8 guerres de religion au cours desquels de terribles massacres envers les populations seront encore commis.

 

 

 

 Babylone la grande sera jugée

 

Babylone la grande, l’empire mondial de la fausse religion représentée dans cet article par le clergé de la chrétienté a été capable des pires atrocités.

 

Elle s’est servie des relations immorales avec ses amants politiques, les rois de ce monde, pour parvenir à ses fins et s’imposer comme une autorité toute puissante ayant pouvoir de vie et de mort sur chaque individu.  Cette prostituée symbolique qui prétend suivre les traces du Christ continue de s’enrichir dans un luxe scandaleux.

 

 

Babylone la grande, l’empire mondial de la fausse religion représentée par le clergé de la chrétienté a été capable des pires atrocités cruelles et impitoyables envers des familles de chrétiens sincères et paisibles. Elle rendra des comptes à Dieu !

 

Les violences des plus cruelles et impitoyables dont elle a fait preuve envers des familles paisibles ne demandant qu’à pouvoir vivre leur foi avec sincérité démontrent à quel point le clergé a les mains couvertes de sang, à quel point la grande prostituée Babylone la grande qui pratique la débauche avec les rois de la terre méritera sa destruction totale et définitive quand elle rendra des comptes à Dieu pour avoir tué et torturé en son nom !!!

 

 

Olivier                                                                       Pour laisser un commentaire, c'est ici !

                             

Sauf indication, les versets cités renvoient à la traduction Segond 21 


Un cierge et sept étoiles, entourés de l'inscription latine « lux lucet in tenebris » (« une lueur luit dans les ténèbres »),  constituent le symbole traditionnel de l’Église évangélique vaudoise. Les Vaudois ont été victimes de Babylone la grande.
vitrail de l'église vaudoise à Rome