Tatien le Syrien

Lettre aux Grecs


 

 

Le parcours de Tatien le Syrien

Tatien le Syrien est un écrivain chrétien du IIe siècle né en Assyrie (Mésopotamie) vers 120 et mort vers 173.

Cet auteur a beaucoup voyagé et s’est intéressé à de nombreuses croyances.

«
 Je n’ai pas appris d’un autre les choses que je viens de vous exposer, mais j’ai parcouru beaucoup de pays, j’ai enseigné vos doctrines, je me suis mis au courant de beaucoup d’arts et d’inventions, j’ai séjourné en dernier lieu dans la ville des Romains, et j’y ai vu les diverses statues qui ont été transportées de chez vous chez eux. » - (chap XXXV)

A Rome, il devient 
disciple de Justin et se convertit au christianisme. Puis il devient à son tour apologiste de la religion chrétienne. Mais contrairement à Justin de Naplouse qui montrait un grand respect pour la philosophie, Tatien, lui, ne cesse de rejeter avec force toute la culture grecque où il ne voit qu’arrogance, immoralité, absurdité.

Il est l’auteur de « 
La lettre aux Grecs ». Cette lettre assez difficile à lire a valu à Tatien le titre de Père de l’Eglise bien qu’il ait été considéré comme hérétique par les églises grecques et latines.

Il est aussi l'auteur du 
Diatessaron, la première concordance des quatre Évangiles. Dans sa version syriaque, le Diatessaron fera partie du répertoire liturgique de l'Église syrienne pendant des siècles (on ne connaît pas sa langue d’origine).

Tatien le Syrien, auteur chrétien du IIe siècle, est l'auteur du Diatessaron, la première concordance des quatre Évangiles. Dans sa version syriaque, le Diatessaron fera partie du répertoire liturgique de l'Église syrienne pendant des siècles.

Fragment du Diatessaron, parchemin de Doura-Europos n° 24 (IIIe siècle)



Après le martyre de Justin, Tatien retourne dans sa Syrie natale vers 172 et se rapproche de 
l’école des encratites (s’opposent au mariage et refusent la viande), une secte hérétique adepte d’un ascétisme rigoriste, dont il est peut-être le fondateur. C’est là qu’il aurait rédigé les deux ouvrages qui nous sont parvenus.

C’est 
Irénée de Lyon qui, le premier, porte contre Tatien l’accusation d’avoir soutenu les thèses encratites, notamment la négation du salut d’Adam.
Plus tard 
Jérôme le gratifie du titre de « patriarche des encratites » ; il l’accuse d’avoir corrigé les textes de Paul et refusé l’authenticité de l’épître à Tite.
Aucun auteur n’a critiqué le Diatessaron.

Au Ve siècle, cependant, 
Théodoret de Cyr émet des doutes concernant la théologie du Diatessaron. On remarque surtout quelques corrections de textes évangéliques concernant le mariage et les nourritures ainsi que l’absence des généalogies de Jésus qui font penser à une influence encratite.



La lettre aux grecs – Apologie


Tatien le Syrien, un auteur chrétien du IIe siècle, est l’auteur de « La lettre aux Grecs ». Cette Apologie a valu à Tatien le titre de Père de l’Eglise bien qu’il ait été considéré comme hérétique par les églises grecques et latines.

Lettre aux Grecs de Tatien le Syrien



Lien - Lettre aux Grecs

Tout au long de sa lettre, Tatien s’attaque aux croyances des grecs et à leurs nombreux dieux.

Il leur reproche aussi leur arrogance :
« Renoncez donc à cet orgueil, et ne nous opposez pas le faste de votre éloquence, vous qui, vous louant vous-mêmes, ne prenez pas ailleurs que chez vous vos avocats; c’est cependant au témoignage d’autrui qu’il faut s’en rapporter, quand on est raisonnable. » -(chap I)

« Vous avez inventé la rhétorique pour l’injustice et la calomnie, vendant à prix d’argent la liberté de votre parole, et souvent transformant le lendemain en mal ce que vous présentiez comme juste la veille ; vous avez inventé la poésie pour chanter des batailles, les amours des dieux, tout ce qui corrompt les âmes. » - (chap I)

« Que font donc de grand et d’extraordinaire vos philosophes? » - (chap XXV)




Tatien et sa vision de Dieu :

« Notre Dieu n’a pas de commencement dans le temps, il est seul sans principe et lui-même est le principe de toutes choses. Dieu est esprit; il n’est pas immanent à la matière mais il est le créateur des esprits de la matière et des formes qui sont en elle. On ne peut le voir ni le toucher ; c’est lui qui est le père des choses sensibles et des choses invisibles. Nous le connaissons par sa création, et nous concevons par ses œuvres sa puissance invisible. Je ne veux pas adorer sa création, qu’il a faite pour nous. C’est pour nous que le soleil et la lune ont été créés, comment donc pourrais-je adorer ceux qui sont mes serviteurs ; comment pourrais-je faire des dieux avec du bois et de la pierre? » - (chap IV)

Cette vision est conforme avec celle de la Bible qui déclare que Dieu est esprit et qu’il faut l’adorer 
en esprit et en vérité sans avoir recours à des images sculptées ou des icônes, ce qui serait de l’idolâtrie.

Jésus a lui-même déclaré : « 
Dieu est Esprit et il faut que ceux qui l'adorent l'adorent en esprit et en vérité.» - Jean 4 :24.

Tatien pense, comme dans la lettre à Diognète, que les présents offerts à Dieu sont inutiles.

« Il ne faut pas non plus offrir des présents à Dieu, car celui qui n’a besoin de rien ne doit plus être traité par nous comme s’il avait des besoins; ce serait le calomnier. » - (chap IV)



Tatien et sa conception de l’âme

L’esprit saint pénètre la matière, il est inférieur à Dieu.

« L’esprit qui pénètre la matière, est inférieur : l’esprit divin; comme il est analogue à l’âme, on ne doit pas lui rendre les mêmes honneurs qu’au Dieu parfait. » - (chap IV)

Si j’ai bien compris, selon Tatien, l’âme est mortelle, elle meurt avec la chair.
Si elle connaît la vérité, elle n’est dissoute qu’un peu de temps puis elle revient à la vie, guidée par l’esprit saint vers les lieux célestes où elle sera immortelle.
Si elle ne connaît pas la vérité, elle ressuscitera plus tard, à la fin du monde, pour recevoir son corps de chair et subir le châtiment éternel !

« XIII. — L’âme humaine, en soi, n’est pas immortelle, ô Grecs: elle est mortelle; mais cette même âme est capable aussi de ne pas mourir. Elle meurt et se dissout avec le corps si elle ne connaît pas la vérité, mais elle doit ressusciter plus tard, à la fin du monde, pour recevoir avec son corps, en châtiment, la mort dans l’immortalité; et d’autre part, elle ne meurt pas, fût-elle dissoute pour un temps, quand elle a acquis la connaissance de Dieu. Par elle-même elle n’est que ténèbres, et rien de lumineux n’est en elle »

« C’est pourquoi l’âme livrée à elle-même s’abîme dans la matière et meurt avec la chair; mais si elle possède le concours de l’esprit divin, elle ne manque plus d’aide; elle monte vers les régions où la guide l’esprit, car c’est en haut qu’il a sa demeure, et c’est en bas qu’elle a son origine. »

« XX- Mais nous avons appris ce que nous ignorions par la bouche des prophètes qui, persuadés que l’esprit céleste associé à l’âme possédera un jour l’immortalité, dont se revêtira la nature mortelle, prédisaient tout ce qu’ignoraient les autres âmes. »

« XV- Il faut donc que nous cherchions à retrouver maintenant ce que nous avions autrefois, mais que nous avons perdu; que nous unissions notre âme à l’esprit saint et que nous réalisions le concours conforme à la volonté de Dieu. »

« XXV- On dit que l’âme seule sera immortelle; je dis qu’elle partagera l’immortalité avec la chair à laquelle elle est unie ».



Selon la Bible l’âme EST la personne elle-même.
« Et Jéhovah Dieu forma alors l’homme avec de la poussière [tirée] du sol et il souffla dans ses narines le souffle de vie, et l’homme devint une âme vivante. » - Genèse 2 :7
L’homme est une âme vivante.

De ce fait, l’âme est mortelle ainsi que l’affirme Tatien.
D’ailleurs, d’après la Loi mosaïque, celui qui mangeait du sang devait être mis à mort.
Lévitiques 7 : 27 : « Toute âme qui aura mangé de quelque sang que ce soit, cette âme-là sera retranchée de ses peuples. » Darby.


Ceux qui règneront aux côtés de Jésus sur la terre ont été ressuscités esprits immortels, sont au nombre de 144'000, ont tous vécu au 1er siècle et se trouvent prêts à intervenir en tant que Rois et Prêtres afin de rétablir la Souveraineté de Dieu sur la terre.

Ceux qui règneront aux côtés de Jésus sur la terre ont été ressuscités esprits immortels, sont au nombre de 144'000, ont tous vécu au 1er siècle et se trouvent prêts à intervenir en tant que Rois et Prêtres afin de rétablir la Souveraineté de Dieu.

 


Lien - Apocalypse 4:4

Lien - Apocalypse 4:10

Lien - Apocalypse 5:8

Lien - Apocalypse 5:10



La Résurrection :

Pour Tatien, les corps ressusciteront en reconstituant la matière d’après le souvenir qu’en a gardé Dieu.

« VI. — Et voilà pourquoi nous croyons que les corps ressusciteront après la fin du monde, (…) une fois les siècles de ce monde accomplis, définitivement, en considération de l’état des hommes seulement, en vue du jugement. (…) Dieu, le souverain maître, quand il le voudra, reconstituera dans son état ancien la substance qui n’est visible qu’à lui seul. » - (chap VI)


On peut se demander où aura lieu exactement cette résurrection et si Dieu a l’intention de ressusciter des gens, qui « dorment » depuis un certain temps juste pour les envoyer aux supplices éternels ? N’ont-ils pas déjà payé leurs erreurs par leur mort ?

Romains 6 :7, 23 : « 7 Car celui qui est mort est affranchi du péché. 23 Car le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle dans le Christ Jésus notre Seigneur.» - Bible de la Liturgie

La Bible parle bien d’une résurrection des justes et des injustes. La plupart des gens sont morts dans l’ignorance du dessein de Dieu à l’égard de l’humanité. Ils ne peuvent donc être jugés sans avoir été préalablement enseignés.
Les prophéties bibliques annoncent que la connaissance de Dieu couvrira la terre :
Habaquq 2 :14 : « Car la terre sera remplie de la connaissance de la gloire de Yahweh, comme les eaux recouvrent le fond de la mer. » - Crampon

S’ils décident de se soumettre au Royaume messianique, leur résurrection leur aboutira sur la vie éternelle. S’ils refusent, ils subiront la seconde mort, celle d’où l’on ne revient plus. Mais en aucun cas qui que ce soit ne sera soumis à des supplices éternels !



Les esprits ne sont pas les âmes défuntes

Tatien rejoint également ici ma compréhension sur la nature des esprits :

« XVI. — Les démons qui donnent des ordres aux hommes ne sont pas les âmes des trépassés. Comment en effet deviendraient-elles actives, séparées du corps, après la mort, à moins qu’on ne croie que l’homme, insensé et impuissant pendant sa vie, puisse recevoir après qu’il a cessé de vivre une force plus active; mais cela n’est pas, comme nous l’avons montré ailleurs, et il est difficile de croire que l’âme immortelle, gênée par les organes du corps, devienne, après s’être séparée de lui, plus intelligente. »

Ainsi, les esprits qui se manifestent au travers des médiums sont les anges qui se sont détournés de Dieu et ont suivi Satan. Ils excellent dans le mensonge et depuis très longtemps se font passer pour des défunts prétendant ainsi que l’âme est immortelle. Cette pratique est condamnée et jugée abominable par Dieu lui-même (
Lév 19 :31 ; 20 :6, 27).

« XX- Les démons ont été chassés de leur demeure primitive, le premier homme et la première femme ont été bannis de la leur; les uns ont été précipités du ciel, les autres de la terre, non de cette terre-ci, mais d’une autre plus belle. Et il faut maintenant que, désirant retrouver notre état ancien, nous sachions répudier tout ce qui nous fait obstacle »



La fatalité, l’astrologie et le libre arbitre

Les hommes et les anges ont été créés avec le libre arbitre :

« Mais avant de fabriquer l’homme, le Logos crée les anges: et ces deux ordres de créatures ont été faits libres, ne possédant pas naturellement le bien qui n’est essentiel qu’à Dieu, et qui chez les hommes est réalisé par leur libre volonté ; afin que le méchant soit justement châtié, puisqu’il est devenu coupable par sa faute, et que le juste qui a usé de son libre arbitre pour ne pas transgresser la volonté divine soit loué justement en récompense de ses bonnes actions. » (chap VII)

Les démons ont établi le dogme injuste de la fatalité. Mais les chrétiens rejettent l’astrologie et la croyance en la fatalité.

« VIII. — Les hommes sont devenus la matière de leur défection. Ils leur ont enseigné un diagramme des constellations, pareil aux tables dont se servent les joueurs de dés, et ont introduit la fatalité, maîtresse souverainement injuste. Car c’est par elle que juges et accusés sont devenus ce qu’ils sont; meurtriers et victimes, riches et pauvres sont les produits de la même fatalité. Et toute naissance offrit, comme en un théâtre, un divertissement aux démons, dont on peut dire ce qu’a dit Homère: « Un rire inextinguible s’éleva parmi les Dieux bienheureux. » N’est-il pas vrai que les démons eux-mêmes, avec Zeus, leur chef, sont tombés sous le joug de la fatalité, dominés qu’ils sont par les mêmes passions que les hommes? »


Ne nous laissons pas attirer par l’horoscope ou toute prédiction astrale car cela est directement lié au spiritisme. Ce sont les anges rebelles ou démons qui se cachent derrière l'occultisme, le spiritisme, l'astrologie, l'horoscope, la divination...

Image par DarkWorkX de Pixabay

 



« IX. — Tels sont ces démons qui ont établi le dogme de la fatalité. Le moyen dont ils se servirent pour cela, ce fut l’invention du Zodiaque.
Le dessin du Zodiaque est en effet l’œuvre de dieux. L’astre qui domine à un moment donné éclipse les autres disent-ils, et celui qui est dominé aujourd’hui l’emportera à son tour une autre fois. Les sept planètes prennent plaisir à suivre le chemin que leur tracent ces astres, comme les joueurs qui déplacent leurs pions. Mais nous, qui sommes supérieurs à la fatalité, au lieu des planètes, ces démons errants, nous avons appris à connaître le maître unique, immuable; nous ne nous laissons pas conduire par la fatalité, et nous ne reconnaissons pas ses législateurs. »


Ne nous laissons pas attirer par l’horoscope ou toute prédiction astrale car cela est directement lié au spiritisme.



Les chrétiens ont choisi de renoncer à ce monde pour vivre pour Dieu

« XI- Je ne veux pas régner, je ne veux pas être riche, je dédaigne les honneurs militaires, je hais la débauche, je n’ai cure de naviguer pour assouvir ma cupidité, je ne concours pas pour recevoir des couronnes, j’ai renoncé à la folle gloire, je méprise la mort, je suis au-dessus de toutes les maladies, le chagrin ne dévore pas mon âme. Si je suis esclave, je supporte la servitude; si je suis libre, je ne tire pas fierté de ma naissance. Je vois que le soleil est le même pour tous, et que la même mort menace chacun, qu’il jouisse ou soit misérable. Le riche sème, et le pauvre a sa part de la même moisson; les plus riches meurent; les mendiants voient leur vie circonscrite dans les mêmes limites. Les riches ont plus de besoins, et par leur désir d’obtenir du crédit ils s’appauvrissent, au sein de leur gloire, tandis que l’homme très modéré, qui conforme ses désirs à son état, se tire plus facilement d’affaire. Pourquoi donc, esclave de la fatalité te consumer en veilles par amour de l’argent? Pourquoi, toujours sous le coup de la fatalité, sans cesse mourir de désir? Meurs plutôt au monde, en renonçant à sa folie, et vis pour Dieu, en renonçant à ton ancienne nature, par la connaissance que tu auras de lui. Nous ne sommes pas nés pour mourir, nous mourons par notre faute. C’est notre libre arbitre qui nous a perdus; nous étions libres, nous sommes devenus esclaves: c’est pour notre péché que nous avons été vendus. Nul mal n’est l’œuvre de Dieu; c’est nous qui avons produit le mal moral, et nous qui l’avons produit, nous pouvons y renoncer. »

Les véritables chrétiens savent que leur vie actuelle au sein de ce monde n’est pas leur objectif principal. Quoi que le monde ait à leur offrir, cela à bien peu d’importance en comparaison avec les promesses grandioses de Dieu qui seront manifestées au travers de Jésus-Christ.

N’oublions ce qui compte le plus dans notre vie.



Conclusion :

Tatien s’attaque à l’idolâtrie polythéiste et à l’arrogance des philosophes grecs.
Il sait que Dieu est esprit, qu’il n’a pas de commencement, qu’on ne peut le voir ni le toucher et qu’il est possible de le connaître au travers de sa création.
L’esprit saint qui pénètre la matière est inférieur à Dieu. En réalité, l’esprit saint est la force agissante de Dieu, son énergie vive à l’œuvre, la puissance de Dieu en action.

Tatien a compris que les esprits qui communiquent avec les humains ne sont pas nos chers disparus mais des 
anges rebelles et qu’il faut se tenir à l’écart du spiritisme, de l’astrologie, de la divination et de l’horoscope. Les choix de vie dépendent de nous. Les humains et les anges ont le Libre arbitre, il n’y a pas de fatalité.
D’ailleurs 
l’âme est mortelle et l’espoir qui nous est promis est celui de la résurrection à la fin du monde.

En attendant, les chrétiens vivent dans le monde sans réellement en faire partie car ils vivent profondément pour Dieu.

Par contre, il n’a pas compris que les morts ne seront pas ressuscités pour subir des supplices éternels, comment peut-on concevoir de telles horreurs de la part d’un Dieu d’Amour ?
Enfin, Tatien a dérivé vers 
l’encratisme qui rejette les relations sexuelles naturelles au sein du mariage et certains aliments comme la viande, alors que rien de tel n’est interdit dans la Bible (le seul « aliment » ou constituant alimentaire clairement interdit par Dieu est le sang).

 


Olivier                                                                        Pour laisser un commentaire, c'est ici !