L’épître à Barnabé


 

Cette lettre se trouve dans le codex Sinaïticus (IVe siècle). Elle est considérée comme apocryphe (ne fait pas partie du canon des livres inspirés).

L'épître à Barbané se trouve dans le codex Sinaïticus (IVe siècle). Elle est considérée comme apocryphe. Les fidèles chrétiens seront alors maîtres de la Terre lorsqu’ils seront entrés dans l’héritage du testament du Seigneur qui viendra juger la Terre.

Le Codex Sinaiticus contient l'Épître de Barnabé
sous le titre
ΒΑΡΝΑΒΑ ΕΠΙΣΤΟΛΗ à partir du cahier 91, folio 2r, col. 2

 



D’après le verset XVI-4, cette œuvre a été écrite 
après la destruction du Temple de Jérusalem en 70 et avant la révolte de Bar Kochba en 132 que l’épître ne mentionne pas.

XVI-4 En effet, par suite de la guerre, le Temple fut détruit par leurs ennemis, et maintenant les serviteurs de ces ennemis le rebâtiront.


La Loi, ombre d’évènements à venir

L’auteur parle longuement de 
la Loi et cherche à interpréter chaque promesse, chaque interdit de manière allégorique. Il énumère de nombreuses prophéties concernant le Christ.
Il reproche aux Juifs de rester attachés à des traditions sans comprendre le sens de leurs croyances.
Les prophéties, que les Juifs n'ont jamais comprises, ont annoncé Jésus le Messie, son œuvre salvatrice et sa crucifixion 
(chapitres 1-17).


Trinité

L’auteur de la Lettre à Barnabé n’était 
pas trinitaire, l'esprit saint est une force jaillissant de l’intarissable source divine et qui se répand sur tous les fidèles serviteurs de Dieu. Ce n'est pas une personne égale au Père ou égale à Jésus. Ce n'est pas Dieu !

I-3. « C'est ce qui augmente encore la joie que j'éprouve en moi-même, par l'espérance que j'ai d'être sauvé, quand je vois qu'en toute vérité l'Esprit s'est répandu sur vous, jaillissant de l'intarissable source qu'est le Seigneur. »

On peut remarquer un point intéressant dans la relation entre Dieu (le Père) et Jésus (le Fils):
Dieu s’adressait à son Fils quant il a déclaré : « Faisons l’homme à notre image, à notre ressemblance ».
V-5. « Autre chose, frères: Le Seigneur a enduré de souffrir pour nos âmes, lui le Seigneur du monde entier à qui Dieu avait dit dès l'origine du monde: " Faisons l'homme à notre image et ressemblance ". »
VI-12.  « Ces paroles sont donc à l'adresse du Fils. »



L’espérance

La fin s’approche et Jésus va prendre possession de son héritage lorsqu’une petite corne (l’antichrist) aura abaissé 3 autres rois. Les fidèles chrétiens seront alors maîtres de la Terre lorsqu’ils seront entrés pleinement dans l’héritage du testament du Seigneur qui viendra juger les vivants et les morts.

IV : 3-5 : « 3. Le scandale de la fin s'est approché, comme dit l'Écriture par la bouche d'Énoch. Le Seigneur a réduit les temps et les jours afin que se hâtât son bien-aimé, et qu'il entrât en possession de son héritage.
4. Le prophète aussi s'exprime ainsi: " Dix royaumes se lèveront sur la terre; après eux se lèvera un petit roi la qui soumettra à la fois trois des rois.
5. Et Daniel dit encore à ce propos: " Je vis la quatrième bête féroce, puissante, et terrible plus que tous les monstres marins; il lui poussa dix cornes, d'où sortit une petite corne qui abaissa d'un coup trois des grandes cornes ". »

VI :17-19 et VII :1,2 : « C'est donc bien nous qu'il a conduits dans cette terre excellente. 17 Pourquoi donc le lait et le miel? Parce que l'enfant est nourri d'abord de miel, puis de lait. C'est pourquoi nous aussi, nourris par la foi en la promesse et par la parole, nous vivrons et serons les maîtres de la terre. 18 Le Seigneur avait prophétisé comme nous disions plus haut: " Qu'ils croissent et se multiplient et dominent sur les poissons " (Gn 1,28 ). Or, qui donc peut maintenant commander aux bêtes, aux poissons, aux oiseaux du ciel? Car il nous faut remarquer que commander, c'est avoir le pouvoir d'imposer l'ordre donné. 19 Or ceci n'est pas encore réalisé; le Seigneur nous a dit quand il en serait ainsi: lorsque nous serons entrés pleinement dans l'héritage du testament du Seigneur.

7 1 Mettez-vous donc dans l'esprit, enfants de l'allégresse, que notre excellent Seigneur nous a tout révélé d'avance afin que nous sachions à qui doivent aller toujours nos actions de grâces et nos louanges. 2 Or, si le Fils de Dieu, lui, le Seigneur, " qui doit juger les vivants et les morts " (2Tm 4,1 ) a souffert pour que ses meurtrissures nous donnent la vie, croyons aussi que le Fils de Dieu n'a pu souffrir qu'à cause de nous. »



Quand certains lieux sont idolâtrés

16 1 Je veux vous entretenir encore du Temple, de l'erreur de ces malheureux qui mettaient leur espérance dans un édifice, au lieu de la mettre en Dieu leur créateur, sous prétexte que cet édifice était la maison de Dieu. 2 Le culte qu'ils rendaient dans le Temple ne différait pas beaucoup des cultes païens.
Mais apprenez en quel terme Dieu récuse ce Temple :
" Qui a mesuré le ciel à l'empan,
Et la terre dans le creux de sa main ?
N'est-ce pas moi, dit le Seigneur ?
Le ciel est mon trône
Et la terre l'escabeau de mes pieds.
Quelle maison pourriez-vous me bâtir,
Et quel lieu assigner à mon repos? " (Is 40,12 Is 66,1 ).
Vous avez reconnu que leur espérance est vaine.



Deux voies : la voie de la lumière et la voie des ténèbres

On retrouve l’enseignement des deux voies (comme dans la Didachè): celui qui emprunte le chemin de la lumière doit s’appliquer avec zèle à ses œuvres (
chapitres 19 et 20). Le Seigneur jugera le monde, selon les œuvres de chacun (4 :12 ; 19 :1). Il est fait plusieurs fois allusion à l’avortement condamné par Dieu.


La voie de la Lumière :
18
« 1 Passons encore à une autre sorte de connaissance et de doctrine. Il y a deux voies, répondant à deux sortes de doctrine et d'autorité: la voie de la lumière et celle des ténèbres. Elles sont bien éloignées l'une de l'autre ! A l'une sont préposés les anges de Dieu, qui conduisent vers la lumière; à l'autre, les anges de Satan. 2 Or, Dieu est le Seigneur depuis l'origine et pour les siècles, et Satan est le prince du temps présent, le temps de l'iniquité. »

19 «1 Or, voici quel est le chemin de la lumière: si quelqu'un veut, en la suivant, parvenir au but qu'il se propose, il lui faut s'appliquer avec zèle à ses œuvres. Et nous avons reçu la connaissance de la bonne manière d'emprunter cette route. »


La voie de la lumière consiste à : craindre Dieu, honorer Jésus-Christ, être simple, riche en esprit saint, haï tout ce qui déplaît à Dieu, toute hypocrisie, rester humble, doux, paisible, ne pas garder rancune, ne pas prendre en vain le Nom de Dieu, aimer son prochain plus que son âme, ne pas pratiquer d’avortement ou d’infanticide, ne pas envier les biens du prochain, ne pas être cupide, ne pas attacher son cœur aux orgueilleux, fréquenter les humbles et les justes, ne pas avoir un double langage, obéir à ses maîtres, ne pas commander son serviteur ou sa servante avec amertume, enseigner la crainte de Dieu à ses enfants sans les battre, partager ses biens avec son prochain, ne pas être bavard, être chaste, être équitable dans nos jugements,  


La voie des ténèbres

20 1  « La voie du " ténébreux " est au contraire tortueuse, et pleine de malédictions. : l'idolâtrie, l'impudence, l'orgueil de la puissance, l'adultère, le meurtre, la rapine, la vanterie, la désobéissance, la ruse, la malice, l'arrogance, les drogues, la magie, la cupidité, le mépris de Dieu, 2 Les persécuteurs des justes, les ennemis de la vérité, les amis du mensonge; car tous ces gens ne connaissent pas la récompense te la justice, ils " ne s'attachent pas au bien " (Rm 12,9 ), ils ne secourent pas la veuve ni l'orphelin; ils sont toujours en éveil non pour craindre Dieu, mais pour faire le mal. Bien loin de la douceur et de la patience, " ils aiment les vanités " (cf. Ps 4,3 ), " poursuivent le gain " (Is 1,23 ); sans pitié pour le pauvre, sans compassion pour l'affligé, ils sont prompts à la médisance, et, ne reconnaissant pas leur Créateur, " ils tuent les enfants " (Sg 12,5 ), font périr par avortement des créatures de Dieu. Ils repoussent le nécessiteux, accablent l'opprimé, se font les avocats des riches, les juges iniques des pauvres. Bref, ils pèchent de toutes les manières. »



La Foi et les Œuvres

IV-12. « Le Seigneur jugera le monde " sans acception de personnes ". Chacun obtiendra le prix de ses œuvres. Qui aura fait le bien sera précédé de sa justice; qui aura mal agi verra venir à lui le salaire de son iniquité. »

IV-10. Pour que le Ténébreux ne puisse s'infiltrer parmi nous, fuyons toute vanité, haïssons sans biaiser les œuvres de la mauvaise voie. Ne vivez pas dans l'isolement comme si vous étiez déjà justifiés, mais rassemblez-vous et étudiez ensemble ce qui concerne l'intérêt commun.

IV - 13. Ne nous reposons jamais sur notre qualité d'élus, nous nous endormirions dans nos péchés, et le mauvais prince prendrait pouvoir sur nous et nous repousserait du Royaume du Seigneur.
14. Une chose encore, frères, à quoi il vous faut penser, lorsque vous voyez, après de tels signes et de tels miracles accomplis en Israël, ce peuple se trouver néanmoins abandonné: tâchons qu'il ne se trouve pas chez nous aussi, comme dit l'Écriture, " beaucoup d'appelés et peu d'élus ".

V-3. C'est-à-dire: on mérite de périr si, connaissant la voie de la justice, on s'en tient éloigné pour aller dans celle des ténèbres.

XXI- 1  « Il est donc juste de s'instruire de toutes les volontés de Dieu consignées dans les Écritures, et de se diriger d'après elles. Car celui qui les accomplit sera glorifié dans le royaume de Dieu, mais celui qui choisit l'autre voie périra avec ses œuvres. C'est pour cela qu'il existe une résurrection et une rétribution ».



Quelques réflexions

XIX-5 : « Tu ne lèveras pas ta main de dessus la tête de ton fils ou de ta fille, mais dès leur enfance, tu leur enseigneras la crainte de Dieu. »
L’auteur prescrit l’enseignement et non la correction physique pour l’éducation des enfants.

XIX-6 : « Accueille comme un bien tout ce qui t'arrive, sachant que rien ne se fait sans Dieu. »
Que veut dire l’auteur ici, parle-t-il de prédestination ? Dieu contrôle-t-il les évènements qui se passent sur la terre ?
Ou l’auteur veut-il dire que nous devons accepter ce qui nous arrive sachant que Dieu laisse faire et que cela doit nous servir à démontrer notre fidélité au fur et à mesure des changements et des bouleversements ?

XIX-7 : « Ne commande pas ton serviteur ou ta servante avec amertume, car ils espèrent dans le même Dieu que toi, de peur qu'ils n'en viennent à perdre la crainte de Dieu, votre commun maître: car Dieu ne fait pas acception de personnes, lorsqu'il nous appelle; mais il choisit ceux que l'Esprit a disposés. »
Ce passage est intéressant. Il montre qu’une mauvaise attitude de notre part envers une  personne pourrait la décourager et l’entraîner à se détourner de Dieu. Cela nous fait penser aux paroles de Jésus : 
« Mais si quelqu'un fait trébucher un seul de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu'on suspende à son cou une meule de moulin et qu'on le jette au fond de la mer. » - Mat 18 :6

XIX-8 : « Autant qu'il te sera possible, pour le bien de ton âme, sois chaste. »
Ce conseil (plus qu’un commandement) sous-entend que parfois, il n’est pas possible d’être chaste. Si cela t’es possible, essaie d’être chaste… Cela n’enlève-t-il pas de la force à ce commandement de Dieu, cela ne laisse-t-il pas une porte ouverte à l’immoralité sexuelle ? Et pourtant en XIX-4. Il est écrit : « 4 Ne commets ni fornication, ni adultère; ne corromps pas les enfants. »

XIX-9 : « N'aie pas la main tendue pour recevoir, fermée pour donner. »
Ces paroles rappellent la Didachè et le Ciracide :
Didachè 4 :3a : « N’aie pas les mains tendues pour recevoir et fermées pour donner ».
Siracide 4 :31 : « Que ta main ne soit pas étendue pour recevoir et retirée en arrière pour donner ».


Conclusion

Pour l’auteur de l’épître à Barnabé, l’Ancien Testament n’est qu’une ombre des choses à venir concernant le Messie, des prophéties que les Juifs n’ont pas comprises.

Au temps de la fin, après que la petite corne aura abaissé 3 rois, Jésus prendra possession de son héritage. Les fidèles chrétiens seront alors maîtres de la Terre avec le Christ qui viendra juger les vivants et les morts.

L’auteur de l’épître n’est pas trinitaire. L’esprit saint jaillit de sa source divine intarissable pour se répandre sur les fidèles serviteurs de Dieu, ce n'est donc pas une personne.

Deux voies sont placées devant nous, appliquons-nous avec zèle aux œuvres de la voie de la Lumière et haïssons les œuvres de la voie « du Ténébreux ».

Globalement, l’épître de Barnabé manifeste un profond attachement aux Saintes Écritures et essaie de relier l’Ancien au Nouveau Testament, le Nouveau étant un accomplissement de l’Ancien. Même si certaines explications sont un peu « tirées par les cheveux » et demandent à être creusées, la démarche reste intéressante car beaucoup de choses jusque dans le détail avaient une valeur prophétique.
Les interdictions et obligations liées à la conduite chrétienne sont en accord avec les Écritures.

Lien - L'épître de Barnabé

 


Olivier                                                                        Pour laisser un commentaire, c'est ici !

 


Pour Barnabé,  après que la petite corne aura abaissé 3 rois, Jésus prendra possession de son héritage. Les fidèles chrétiens seront alors maîtres de la Terre avec le Christ qui viendra juger les vivants et les morts.

Codex sinaïticus - wikipedia