· 

Apocalypse 2 : 20 : Jézabel


stèle en l'honneur du dieu Baal et de la déesse Tanit

Jézabel

 

Apocalypse 2 : 20 : « 20 Mais ce que j'ai contre toi, c'est que tu laisses faire Jézabel, cette femme qui se prétend prophétesse. Elle enseigne et égare mes serviteurs pour qu'ils se livrent à l'immoralité sexuelle et mangent des viandes sacrifiées aux idoles. »

 

 

Aujourd’hui, dimanche 26 novembre, je vais vous parler de Jézabel.

 

Qui était Jézabel ?

 

La Bible parle à plusieurs reprises de Jézabel dans le livre des rois

 

Pendant le règne de Jéroboam, le royaume d’Israël a été divisé en deux : d’un côté le royaume de Juda qui regroupait les tribus de Juda et de Benjamin, de l’autre côté le royaume d’Israël qui regroupait les dix autres tribus.  

 

La plupart des rois qui sont montés sur le trône du royaume d’Israël étaient mauvais. Le plus mauvais d’entre eux était Achab. Ce roi subissait l’influence de sa femme : la méchante reine Jézabel.

 

Jézabel n’était pas Israélite, c’était la fille d’Ethbaal, le roi de Sidon. C’était une femme autoritaire, adoratrice du dieu Baal. Elle avait entraîné Israël dans une monstrueuse idolâtrie essentiellement consacrée au culte de Baal et d’Astarté. Sous le règne d'Achab, 450 prophètes de Baal et 400 prophètes d'Astarté mangeaient à la table de Jézabel (1 Rois 18:19), alors que le peuple avait faim car la famine sévissait dans le pays.

Cette femme détestait Dieu et a fait périr de nombreux prophètes. Les autres devaient rester cachés pour échapper à ce sort. 

 

1 rois 16 « 29 Achab, le fils d'Omri, devint roi d'Israël la trente-huitième année du règne d'Asa sur Juda. Il régna 22 ans sur Israël à Samarie.30 Achab, le fils d'Omri, fit ce qui est mal aux yeux de l'Eternel, plus que tous ses prédécesseurs. 31 Comme si cela ne lui suffisait pas de se livrer aux péchés de Jéroboam, fils de Nebath, il prit pour femme Jézabel, la fille d'Ethbaal, le roi des Sidoniens, et il alla servir Baal et se prosterner devant lui. 32 Il érigea un autel à Baal dans le temple de Baal qu'il construisit à Samarie, 33 et il fabriqua un poteau sacré. Achab fit plus encore que tous les rois d'Israël qui l'avaient précédé pour irriter l'Eternel, le Dieu d'Israël. »

 

L'adoration du dieu Baal

 

Plus tard, dans le royaume de Juda, le dieu Baal a aussi été l’objet d’adoration. Nous pouvons lire quelles atrocités épouvantables étaient liées à cette adoration : 

 

Jérémie 19 : 4-5 : « 4 Cela arrivera parce qu'ils m'ont abandonné et ont rendu cet endroit méconnaissable, parce qu'ils y ont fait brûler de l'encens en l'honneur d'autres dieux, des dieux que ni eux, ni leurs ancêtres, ni les rois de Juda ne connaissaient, et ont rempli cet endroit de sang innocent. 5 Ils ont construit des hauts lieux en l'honneur de Baal pour brûler leurs enfants en holocaustes à Baal. Cela, je ne l'avais ni ordonné ni prescrit, cela ne m'était pas venu à la pensée»

 

Comment peut-on en arriver à sacrifier ses propres enfants à un faux dieu ? Cela dépasse l’entendement n’est-ce pas – d’autant plus que le peuple hébreu avait eu la chance de voir de leurs propres yeux de nombreuses manifestations de Dieu au cours de son histoire ! Comment le peuple de Dieu a-t-il pu se détourner de lui pour pratiquer de telles horreurs ???

 

La Bible ne nous dit pas si de tels sacrifices étaient aussi pratiqués dans le royaume d’Israël à l’époque de la reine Jézabel. Cependant, nous savons que des prostitués, mâles et femelles, servaient sexuellement sur les hauts lieux. Ce qui est en lien avec le poteau sacré qui avait été dressé comme symbole phallique (2rois 23 :5-7).

 

Et pourtant, Dieu avait averti les Hébreux de façon très claire en Exode 34 : 12-17 : « 12 Prends bien garde de ne pas faire alliance avec les habitants du pays où tu dois entrer, de peur qu'ils ne soient un piège pour toi. 13 Au contraire, vous démolirez leurs autels, vous briserez leurs statues et vous abattrez leurs poteaux sacrés. 14 Tu ne te prosterneras pas devant un autre dieu, car l'Eternel porte le nom de jaloux, il est un Dieu jaloux. 15 Prends bien garde de ne pas faire alliance avec les habitants du pays: ils risqueraient de t'inviter lorsqu'ils se prostituent à leurs dieux et leur offrent des sacrifices, et tu mangerais des victimes qu'ils ont sacrifiées; 16 tu prendrais de leurs filles pour tes fils et celles-ci, en se prostituant à leurs dieux, entraîneraient tes fils à se prostituer à leurs dieux. 17 Tu ne te feras pas de dieu en métal fondu. »

 

Une autre déesse était associée au dieu Baal, c’était la déesse Astarté, assimilée à Ishtar, Tanit, puis plus tard Aphrodite et Vénus, déesse de la fertilité et de la fécondité, mais aussi protectrice du souverain.

Nous pouvons encore aujourd’hui observer de nombreuses stèles mortuaires dans le Tophet de Carthage en Tunisie sous lesquelles ont été retrouvées des urnes contenant les cendres d’enfants probablement sacrifiés au dieu Baal et à la déesse Tanit. Une stèle montre en effet un prêtre portant un enfant vivant dans les bras.

 

En plus de son culte odieux, la reine Jézabel recourait régulièrement au meurtre pour obtenir ce qu’elle voulait. Voici un exemple qui illustre la façon de procéder de la reine Jézabel qui n’a pas hésité à employer le sceau royal pour ordonner le meurtre d’un innocent. 

 

1Rois 21 : « 1 Après ces événements, voici ce qui arriva. Un certain Naboth, de Jizreel, avait une vigne à Jizreel, à côté du palais d'Achab, roi de Samarie. 2 Achab ordonna à Naboth: «Donne-moi ta vigne, pour que j'en fasse un jardin potager, car elle est tout près de ma maison. Je te donnerai à la place une vigne meilleure ou, si tu préfères, je te paierai sa valeur en argent.» 3 Mais Naboth répondit à Achab: «Que l'Eternel me garde de te donner l'héritage de mes ancêtres!» 4 Achab rentra chez lui, triste et irrité, à cause de cette réponse que lui avait faite Naboth de Jizreel: «Je ne te donnerai pas l'héritage de mes ancêtres!» Il se coucha sur son lit, tourna son visage contre le mur et ne mangea rien.

5 Sa femme Jézabel vint le trouver et lui dit: «Pourquoi es-tu triste et ne manges-tu pas?» 6 Il lui répondit: «C'est parce que j'ai parlé à Naboth de Jizreel et que je lui ai dit: 'Donne-moi ta vigne pour de l'argent ou, si tu veux, je te donnerai une autre vigne à la place.' Mais il a répondu: 'Je ne te donnerai pas ma vigne!'» 7 Alors sa femme Jézabel lui dit: «Est-ce bien toi maintenant qui es roi d'Israël? Lève-toi, prends de la nourriture et que ton cœur se réjouisse. C'est moi qui vais te donner la vigne de Naboth de Jizreel.» 8 Elle écrivit alors, au nom d'Achab, des lettres qu'elle marqua de l'empreinte du roi, puis elle les envoya aux anciens et aux magistrats qui étaient concitoyens de Naboth. 9 Voici ce qu'elle écrivit dans ces lettres: «Proclamez un jeûne. Placez Naboth au premier rang du peuple 10 et mettez en face de lui deux vauriens qui témoigneront contre lui en prétendant qu'il a maudit Dieu et le roi. Puis conduisez-le à l'extérieur de la ville et lapidez-le jusqu'à ce qu'il meure.»

 

 

11 Les hommes de la ville de Naboth, les anciens et les magistrats qui étaient ses concitoyens, agirent comme Jézabel le leur avait fait dire. Ils se conformèrent à ce qui était écrit dans les lettres qu'elle leur avait envoyées. 12 Ils proclamèrent un jeûne et placèrent Naboth au premier rang du peuple; 13 les deux vauriens vinrent se mettre en face de lui et témoignèrent contre Naboth devant le peuple en prétendant qu'il avait maudit Dieu et le roi. Puis ils le conduisirent à l'extérieur de la ville et le lapidèrent jusqu'à ce qu'il meure. 14 Ils firent alors dire à Jézabel: «Naboth a été lapidé et il est mort.» 15 Lorsque Jézabel apprit la nouvelle, elle dit à Achab: «Lève-toi, prends possession de la vigne de Naboth de Jizreel, qui avait refusé de te la céder pour de l'argent. En effet, Naboth n'est plus en vie, il est mort.» 16 Dès qu'il apprit que Naboth de Jizreel était mort, Achab se leva pour descendre à sa vigne afin d'en prendre possession. »

 

Les anciens de la ville de Jizreel étaient pourtant convaincus de l'intégrité de cet homme accusé injustement, mais ils étaient si terrifiés lorsque la souveraine ordonna le meurtre de Naboth qu’ils exécutèrent les ordres de la reine et le lapidèrent. Ils n'osèrent pas résister à «l'enseignement de Jézabel», c'est pourquoi ils firent taire leur conscience et obéirent aveuglément à la souveraine (1 Rois 21:8-13).

 

Par la suite, le prophète Elie a été chargé d’une mission difficile car Jézabel mettait à mort tous les prophètes de Dieu.

 

1 Samuel 21 : 17-24 « 17 Alors la parole de l'Eternel fut adressée à Elie le Thishbite: 18 «Lève-toi, descends à la rencontre d'Achab, le roi d'Israël, qui se trouve à Samarie. Le voilà dans la vigne de Naboth, où il est descendu pour en prendre possession. 19 Tu lui annonceras: 'Voici ce que dit l'Eternel: N'es-tu pas un assassin et un voleur?' Et tu ajouteras: 'Voici ce que dit l'Eternel: A l'endroit même où les chiens ont léché le sang de Naboth, ils lécheront aussi ton propre sang.'» 20 Achab dit à Elie: «Tu m'as donc retrouvé, mon ennemi?» Il répondit: «Je t'ai retrouvé parce que tu t'es toi-même vendu pour faire ce qui est mal aux yeux de l'Eternel. 21 Je vais faire venir le malheur sur toi. Je vais te balayer, je vais exterminer tout homme qui appartient à Achab, qu'il soit esclave ou libre en Israël. 22 Je vais rendre ta famille pareille à celle de Jéroboam, fils de Nebath, et à celle de Baesha, fils d'Achija, parce que tu m'as irrité et que tu as fais pécher Israël.23 L'Eternel parle aussi à Jézabel. Il dit: 'Les chiens mangeront Jézabel près du rempart de Jizreel. 24 Le membre de la famille d'Achab qui mourra dans la ville sera mangé par les chiens, et celui qui mourra dans les champs sera mangé par les oiseaux.»

 

Plus tard, lors d’un combat contre les Syriens, Achab perdit la vie : 1rois 22 : 35-37 : « 35 Le combat fut si violent, ce jour-là, que le roi fut retenu dans son char face aux Syriens, et il mourut le soir. Le sang de sa blessure coula à l'intérieur du char. 36 Au coucher du soleil, on cria dans tout le camp: «Chacun dans sa ville et dans son pays!»

37 C'est ainsi que le roi mourut. Il fut ramené à Samarie et on y enterra le roi. 38 Lorsqu'on lava son char dans l'étang de Samarie, les chiens léchèrent le sang d'Achab et les prostituées s'y baignèrent, conformément à la parole que l'Eternel avait prononcée. »

 

Bien plus tard, alors que Jéhu était le roi du royaume d’Israël, ce fut au tour de la reine Jézabel de payer pour ses crimes. Jéhu réalise la prophétie d'Élie de vengeance divine contre Jézabel . Il a régné 28 ans en Israël, à Samarie.

 

2 rois 9 :30-37 : « 30 Jéhu entra dans Jizreel. Quand Jézabel l'apprit, elle se maquilla les yeux, s'embellit la tête et regarda par la fenêtre. 31 Alors que Jéhu franchissait la porte, elle dit: «Tout va bien, espèce de Zimri assassin de son seigneur?» 32 Il leva le visage vers la fenêtre et dit: «Qui est avec moi? Qui?» Deux ou trois eunuques le regardèrent en s'approchant de la fenêtre. 33 Il dit: «Jetez-la en bas!» Ils la jetèrent, et son sang éclaboussa la muraille et les chevaux. Jéhu la piétina, 34 puis il entra dans le palais, mangea et but avant de dire: «Allez voir cette maudite et enterrez-la, car c'est la fille d'un roi.» 35 On partit pour l'enterrer, mais on ne trouva d'elle que le crâne, les pieds et les paumes des mains. 36 On retourna l'annoncer à Jéhu qui dit: «C'est ce que l'Eternel avait déclaré par l'intermédiaire de son serviteur Elie le Thishbite, quand il a dit: 'Les chiens mangeront la chair de Jézabel dans le champ de Jizreel, 37 et le cadavre de Jézabel sera pareil à du fumier qu'on étale sur les champs, dans le champ de Jizreel, de sorte qu'on sera incapable de dire: C'est Jézabel.’»

 

Que nous apprend le récit de Jézabel ?

 

Cette femme était prête à tout pour obtenir ce qu’elle voulait, jusqu’à verser le sang innocent sans aucun remords. Elle a favorisé l’expansion du culte de Baal et Astarté et a tué les prophètes de Dieu. 

 

Pourquoi Jésus-Christ écrit-il à l’église de Thyatire en disant « tu laisses faire Jézabel, cette femme qui se prétend prophétesse. Elle enseigne et égare mes serviteurs pour qu'ils se livrent à l'immoralité sexuelle et mangent des viandes sacrifiées aux idoles ». 

 

Il est peu probable que Jézabel corresponde à une femme en particulier. Il s’agissait plutôt d’un état d’esprit qui caractérisait cette église. Ainsi les chrétiens de Thyatire permettaient que certains membres mangent des viandes sacrifiées aux idoles peut-être pour obtenir des avantages dans la société prospère de l’époque… En tout cas, cela revenait à commettre l’idolâtrie.

 

Egalement, il y avait un certain laxisme concernant l’immoralité sexuelle à l’intérieur de l’église. On se souvient que le culte de Baal était caractérisé par la prostitution sacrée, donc l’immoralité sexuelle était acceptée et même encouragée. Dans l’église de Thyatire, l’enseignement dispensé ne condamnait pas l’immoralité sexuelle, pourquoi? Peut-être parce que cela était courant à l’époque ou parce que rien n’était fait pour interdire et sanctionner ceux qui la pratiquaient.

 

Quelles leçons pouvons-nous tirer pour nous-mêmes ?

 

 Le culte que nous rendons à Dieu doit rester pur et non contaminé par de fausses doctrines ou adoration de quelqu’un d’autre que Dieu lui-même ;

 

 Notre moralité doit être exemplaire, conforme à ce que Dieu nous demande, plus forte que les influences qui nous incitent au plaisir immédiat.

 

 Contrairement à Jézabel, cultivons l’humilité et la douceur, sans chercher à imposer notre façon de faire à tout prix. 

 

 Enfin, contrairement à Achab qui se soumettait à Jézabel beaucoup plus autoritaire que lui, résistons à ceux qui voudraient nous imposer de faire quelque chose qui serait opposé à la volonté de Dieu. 

 

Olivier

 

 

♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0