Apocalypse 10 : 10 : La douceur et l'amertume


La douceur et l'amertume


 

 

Apocalypse 10 : 10 : « Je pris le petit livre de la main de l'ange et je l'avalai. Dans ma bouche, il fut doux comme du miel, mais quand je l'eus avalé, mon ventre fut rempli d'amertume. »

Jean obéit à l’ange et avale le livre, de manière symbolique bien évidemment.
Il ressent une agréable sensation de douceur dans sa bouche, comme du miel.
Mais une fois qu’il a avalé ce livre, son ventre se remplit d’amertume, ce qui doit certainement être très désagréable voire insupportable.

Jean se voit alors confier une mission de la plus haute importance et concernant probablement la terre entière car il doit prophétiser « sur un grand nombre de peuples, de nations, de langues et de rois » (Ap 10 :11). 

 

 


 Le miel dans la Bible

Le miel est produit par les abeilles, insectes infatigables, sociaux ou solitaires (il existe environ 1000 espèces d'abeilles en France, 20’000 sur toute la planète). Le miel constitue la seule source de sucre à l'époque biblique (le sucre n’est connu que depuis la découverte de l’Amérique et de la canne à sucre).

 

pxhere

 

 

Le miel indique la présence d’abeilles et donc de fleurs, de fruits et de légumes.

Le mot "miel" est utilisé à plusieurs reprises dans la Bible dans un sens figuré pour exprimer l'abondance,

la richesse, la douceur, la sagesse, le plaisir, …


Dieu a promis aux Israélites libérés d’Egypte un pays ruisselant de lait et de miel. Cette description évoque l’abondance de fruits, de légumes, de fleurs, de cultures mais aussi l’abondance de troupeaux.


Jérémie 32 : 21, 22 : « 21 Tu as fait sortir d'Egypte ton peuple, Israël, avec des signes et des miracles, avec puissance et force, en provoquant une grande terreur. 22 Tu leur as donné ce pays, celui que tu avais promis à leurs ancêtres de leur donner, un pays où coulent le lait et le miel. »

 

Dieu a promis aux Israélites libérés d’Egypte un pays ruisselant de lait et de miel. Cette description évoque l’abondance de fruits, de légumes, de fleurs, de cultures mais aussi l’abondance de troupeaux.

 

 

Jérusalem est comparée à l’épouse de Jéhovah, couverte des plus belles parures et se nourrissant, entre autres, de miel (Ezéchiel 16 :8-14).

 

Ezéchiel 16 :13 : « Ainsi, tu étais parée d'or et d'argent et tu étais habillée de fin lin, de soie et d'étoffes brodées. Tu te nourrissais de fleur de farine, de miel et d'huile. Tu étais devenue extrêmement belle et tu as prospéré au point de devenir un royaume. »

 


Les paroles de Jéhovah Dieu sont comparées au miel :


Psaumes 119 :103 : « Que tes paroles sont douces pour mon palais! Elles sont plus douces que le miel à ma bouche. »

Psaumes 19 :11 : « Ils (les jugements de Jéhovah) sont plus précieux que l'or, que beaucoup d'or fin; ils sont plus doux que le miel, même le miel qui coule des rayons. »

 

 

 Le plaisir sensuel est illustré par le miel :

 

Cantique des cantiques 4 :11: « Tes lèvres distillent le miel, ma chérie. Il y a sous ta langue du miel et du lait, et l'odeur de tes habits est pareille à celle du Liban. »

 


Le parallèle miel / amertume est utilisé pour parler de la femme étrangère qui séduit et entraîne un homme dans son infidélité, avec des conséquences mortelles :


Proverbes 5 : 3-5 : « 3 Certes, les lèvres de l'étrangère ruissellent de miel et son palais est plus doux que l'huile, 4 mais à la fin elle est amère comme l'absinthe, coupante comme une épée à deux tranchants. 5 Ses pieds descendent vers la mort, ses pas aboutissent au séjour des morts. »

 


 L’amertume et la Pâque

La première Pâque a été célébrée par les Israélites en Egypte juste avant la 10ème plaie (la mort des premiers-nés). Chaque famille devait sacrifier un agneau ou un chevreau mâle sans défaut âgé d’un an. Son sang devait être badigeonné sur les deux montants et le linteau de la porte de la maison où il serait mangé. Puis, les Israélites mangeaient sa viande rôtie avec du pain sans levain et des herbes amères tout en se tenant prêts à partir (Exode 12 :3-11).

Exode 12 : 7,8 : « 7 On prendra de son sang et l'on en badigeonnera les deux montants et le linteau de la porte des maisons où il sera mangé. 8 On en rôtira la viande et on la mangera cette nuit-là avec des pains sans levain et des herbes amères.» - Semeur

 

 

 

 

L’agneau sans défaut symbolise bien évidemment Jésus-Christ, le Fils de Dieu, notre Sauveur, dont le sang parfait devait être versé pour les humains repentants. 
Le pain est sans levain car 
le levain est associé à la méchanceté (Marc 8 :15 ; Galates 5 :7-9).

 

Les herbes amères annoncent la souffrance de Jésus-Christ qui sera traité avec beaucoup de violence et de mépris (Matthieu 26 :59, 60, 67 ; Matthieu 27 :29-31,35 ; Luc 22 :63).

 

 

 

 

Cette violence à l’égard de Jésus, préfigurée par les herbes amères, avait été annoncée par le prophète Esaïe (VIIIe siècle) plus de 700 ans avant la venue de Jésus sur la terre:

 

Esaïe 50 :6 : « J'ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient et mes joues à ceux qui m'arrachaient la barbe, je n'ai pas caché mon visage aux insultes et aux crachats. » 

 

Matthieu 26 :67 : « Là-dessus, ils lui crachèrent au visage et le frappèrent à coups de poing; certains lui donnaient des gifles ».

 

Matthieu 27 :35,39 : « 35 Ils le crucifièrent, (…) 39 Les passants l'insultaient et secouaient la tête. »

 

 

 

L’amertume et le massacre des enfants de moins de 2 ans par Hérode

On se souvient aussi de la mise à mort des jeunes enfants par le roi Hérode qui cherchait à tuer Jésus. Cet horrible massacre a causé bien des pleurs amers chez les mères qui ont perdu ainsi leur enfant.

Le prophète Jérémie l’avait prophétisé en ces termes :

 
Jérémie 31 :15 : «Voici ce que dit l’Éternel: On a entendu des cris à Rama, des lamentations et des pleurs amers: c'est Rachel qui pleure ses enfants et n'a pas voulu être consolée à propos de ses enfants, parce qu'ils ne sont plus là. »

 

 

Matthieu 2 :16-18 : « 16 Quand Hérode vit que les mages l'avaient trompé, il se mit dans une grande colère, et il envoya tuer tous les enfants de deux ans et au-dessous qui étaient à Bethléhem et dans tout son territoire, selon la date qu'il s'était fait préciser par les mages. 17 Alors s'accomplit ce que le prophète Jérémie avait annoncé: 18 On a entendu des cris à Rama, des pleurs et de grandes lamentations: c'est Rachel qui pleure ses enfants et n'a pas voulu être consolée, parce qu'ils ne sont plus là. »

 

 

 

 Comment expliquer le passage cité en référence ?


Apocalypse 10 : 10: « Je pris le petit livre de la main de l'ange et je l'avalai. Dans ma bouche, il fut doux comme du miel, mais quand je l'eus avalé, mon ventre fut rempli d'amertume.»


La douceur du miel est associée à la sagesse, à la douceur et aux promesses de Dieu (l’enseignement divin, la terre promise, le paradis promis…).


L’amertume est associée à l’opposition des adversaires de Dieu (Hérode, les Pharisiens et les Romains, les persécutions, les dictatures, la bête du temps de la fin…).

 

Avant de pouvoir bénéficier pleinement des belles promesses de Jéhovah Dieu, il nous faudra d’abord traverser une période difficile et éprouvante, la grande tribulation, qui concernera toute la terre.

 

 

Olivier                                                                                  

 

Sauf indication spéciale, les versets ont été tirés de la traduction Segond 21 et les images de Free Bible Images.


Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    FLORA (jeudi, 08 avril 2021 22:13)

    Merci beaucoup pour toutes les explications Mr OLIVIER.
    J’ai été nourri

  • #2

    Olivier (vendredi, 09 avril 2021 15:49)

    Merci pour votre message Flora.
    Que Dieu vous bénisse.