Apocalypse 16 : 5 : La justice de Dieu


 

La justice de Dieu

 

Apocalypse 16 : 5 : « Alors j'entendis l'ange en charge des eaux dire: «Tu es juste, toi qui es et qui étais, toi le saint, parce que tu as exercé ce jugement. »

La troisième coupe remplie de la colère de Dieu vient d’être versée sur les fleuves et les sources d’eau qui sont devenues du sang.
Jean entend maintenant l’ange des eaux, qui est-il ? On peut penser qu’il s’agit de l’ange qui vient de verser la troisième coupe et qui est chargé d’infliger un fléau aux fleuves et aux sources d’eau.


 Toi qui es, et qui étais, toi le saint

De qui parle Jean ? Il ne peut y avoir que deux possibilités : soit Dieu, soit Jésus.

L’expression « 
celui qui est et qui était » est retrouvée dans 3 autres versets de l’Apocalypse :

Apocalypse 1:8 : «Je suis l'Alpha et l'Oméga, dit le Seigneur Dieu, celui qui est, qui était et qui vient, le Tout-Puissant.»

Apocalypse 4:8 : «Les quatre êtres vivants ont chacun six ailes et ils sont couverts d'yeux tout autour et à l'intérieur. Ils ne cessent de dire, jour et nuit: «Saint, saint, saint est le Seigneur Dieu, le Tout-Puissant, celui qui était, qui est et qui vient ! »  

Apocalypse 1:4 : «De la part de Jean aux sept Eglises qui sont en Asie: que la grâce et la paix vous soient données de la part de [Dieu,] celui qui est, qui était et qui vient, de la part des sept esprits qui sont devant son trône»

De toute évidence, ces versets parlent du 
Dieu d’éternité, le Dieu Tout-Puissant.

Le verset d’Ap 4 : 8 insiste aussi sur la sainteté de Dieu ce qui rejoint également le verset d’Ap 16 :5.

D’ailleurs, si l’on continue la lecture du chapitre 16, on peut lire au verset 7

Apocalypse 16 : 7 : « Et j'entendis, de l'autel, une voix qui disait: ‘Oui, Seigneur Dieu tout-puissant, tes jugements sont vrais et justes.’»

On parle bien ici de
 la justice du souverain Tout-Puissant de l’univers.


 La justice de Dieu

Les versets 5 et 7 du chapitre 16 déclarent que 
Dieu est juste.
La justice de Dieu est précisément ce qui est en jeu dans la permission divine du mal sur terre. Est-il juste que Dieu exerce son pouvoir sur les humains ? 
Et exerce-t-il son pouvoir avec justice ?
Les humains ne se porteraient-ils pas mieux s’ils décidaient eux-mêmes ce qui est bien ou mal, s’ils décidaient eux-mêmes la voie ou l’idéologie à suivre ? Pourquoi ne seraient-ils pas les maîtres de leur propre corps, de leur propre vie… ?

Ces questions d’une importance capitale ont été soulevées au début de l’humanité. 
La permission divine du mal a pour but de laisser les humains exprimer leur libre arbitre 
et de suivre les voies qu’ils auront eux-mêmes choisies (ou qu’on leur aura imposées).

Aujourd’hui, chacun a la liberté de suivre les préceptes de Dieu contenus dans les Saintes-Écritures ou toute autre voie, idéologie, philosophie de vie. 

Lien - L'évolution de la société et la venue de l'antichrist

Cependant, viendra un moment où il sera devenu évident que l’indépendance par rapport à Dieu ne peut apporter le bonheur véritable, profond et durable auquel aspirent tant d’humains. 

C’est pourquoi la 3ème coupe de colère de Dieu est versée sur les sources d’eau et les fleuves diffusant les idées opposées à Dieu.
Les humains qui en sont à l’origine et leurs adeptes devront subir la colère de Dieu le jour de son intervention. 

Olivier

 


Écrire commentaire

Commentaires: 0