La Mukti dans le Sikhisme


La Mukti dans le Sikhisme


 

Le sikhisme est une religion monothéiste fondée dans le nord de l'Inde au XVe siècle par le Gurû Nanak au Penjab alors sous occupation musulmane. Les sikhs ne se coupent jamais les cheveux et portent un turban.

Le sikhisme, syncrétisme religieux entre l’hindouisme et l’islam n’accepte qu’
un seul Dieu comme les musulmans et proscrit l’usage d’idoles. Comme dans l’hindouisme, il est basé sur la loi du karma et des réincarnations, mais tout en rejetant  la hiérarchie des castes et les interdits alimentaires. 

En accord avec la doctrine hindoue de la transmigration des âmes, c'est-à-dire du 
samsara (cycle où l'âme, sans naissance ni mort, peut transmigrer sous une forme humaine, animale, végétale), ainsi que son corollaire, la loi du karma, Nanak conseille aux fidèles de renoncer à l’égoïsme, aux plaisirs, au matérialisme, à l’avidité, à la jalousie, aux vices (chair animale, alcool, tabac, jeux de hasard).
Les Sikhs sont encouragés à prier, méditer, à être honnête, à faire des actes charitables pour parfaire son karma. 

On doit ne penser qu'à Dieu, répéter sans fin le nom de Dieu (Naam Japna) et ainsi unir son âme avec Dieu. Le salut, dit Nanak, ne signifie pas entrer au Paradis après le Jugement dernier, mais 
s'unir à la Divinité-Une et se fondre en Elle, communier avec le Maître infini à jamais.
L'éveil, l'illumination, la réalisation de l'Un sont la 
mukti.
Le paradis et l’enfer n’existent que dans ce monde.
Le Sikhisme n’est pas une religion fataliste. Un Sikh se soumet à la volonté de Dieu mais est toujours disposé à se battre pour de meilleurs lendemains.

Olivier

 


Écrire commentaire

Commentaires: 0