La Géhenne et Jésus-Christ


 

 

Jésus nous dit de craindre celui qui peut détruire et l'âme et le corps dans la géhenne. 

Jésus a annoncé des persécutions pour les fidèles chrétiens :

Matthieu 10 : 16, 17, 22, 24, 28 : « 16 Voici, moi je vous envoie comme des brebis au milieu des loups; soyez donc prudents comme les serpents, et simples comme les colombes; 17 et soyez en garde contre les hommes, car ils vous livreront aux sanhédrins et vous fouetteront dans leurs synagogues; 
22 et vous serez haïs de tous à cause de mon nom; et celui qui persévérera jusqu'à la fin, celui-là sera sauvé.  24 Le disciple n'est pas au-dessus du maître, ni l'esclave au-dessus de son seigneur.
 28 Et ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent pas tuer l'âme; mais craignez plutôt celui qui peut détruire et l'âme et le corps, dans la géhenne ». 


Au verset 28, Jésus nous demande de ne pas avoir peur. Même, si, dans le pire des cas, on nous ôtait la vie, ceux qui tuent les fidèles chrétiens ne tuent que leur corps, mais pas leur âme.
En effet, l'
âme désigne ici ce que nous sommes au plus profond de nous-mêmes. Notre personne vraie, NOUS.

Ainsi Jésus nous demande de ne pas craindre ceux qui ne peuvent tuer notre âme, c’est-à-dire 
notre personne intérieure, nos convictions, notre intégrité profonde
Par contre il faut craindre ceux qui peuvent faire périr l’âme et le corps dans la géhenne. 

D’ailleurs, l’expression « 
vendre son âme au diable » s'applique à toute personne qui est prête à perdre sa dignité, ses valeurs morales ou sa liberté en échange de quelque chose (qui au moins temporairement lui paraît extrêmement désirable ou avantageux). 

On peut remarquer que la fin du verset indique que 
l'âme peut être détruite dans la géhenne, elle n’est donc pas immortelle. La géhenne symbolise donc une condamnation et une destruction totales et définitives.

Ainsi le verset 28 nous explique qu'il ne faut pas craindre les persécuteurs qui seraient prêts à nous ôter la vie pour notre fidélité à Dieu, car ils ne peuvent tuer l'âme. Cependant, il faut craindre ceux qui pourraient nous entraîner dans des voies opposées à Dieu dans lesquelles 
nous perdrions  l'approbation divine et n'aurions plus notre nom inscrit dans le livre de vie. 

La Géhenne symbolise donc une 
destruction totale et définitive sans espoir de résurrection.


La Géhenne est associée à la pire des condamnations

Jésus-Christ s’est servi de la Géhenne pour représenter le pire châtiment qui puisse advenir à un humain : la destruction totale sans espoir de résurrection.
La condamnation d’humains qui font le mal et s’opposent à Dieu, en connaissance de cause, comme les 
pharisiens.

A plusieurs reprises, Jésus fustige, invective les Pharisiens, ils n’échapperont pas au jugement de la Géhenne.

Matthieu 23 : 29, 33 : « 29 Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites, (…) 33 Serpents, race de vipères, comment éviterez-vous le châtiment de la géhenne? ». Voir aussi  Mat 23 :15. 

Jésus ne mâche pas ses mots et s’adresse avec beaucoup de franchise aux Scribes et aux Pharisiens qui jouissent pourtant d’une position privilégiée. Après les avoir traités de serpents et de race de vipères, ce qui est déjà une belle insulte (le serpent étant de plus associé au Diable), il leur dit qu’ils n’échapperont pas à la Géhenne. De toute évidence, la géhenne est associée au 
pire des châtiments. Voir aussi Mat 5:22.

Traiter les pharisiens de progéniture de vipères et leur dire qu’ils finiront sans la géhenne, l’endroit le plus immonde aux yeux des Juifs, a très certainement contribué à nourrir la haine des chefs religieux juifs envers Jésus. 


Jésus met en opposition le fait d’être jeté dans la Géhenne à celui d’acquérir la vie dans le Royaume de Dieu

Afin de pouvoir hériter du Royaume de Dieu et être sûr d’éviter la Géhenne, Jésus conseille ses disciples de se débarrasser de tout ce qui pourrait les faire trébucher spirituellement et cela combien même il s’agirait de quelque chose de valeur ou qui leur coûterait.

Marc 9 : 43-48 : « 43 Et si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la: il vaut mieux pour toi d'entrer estropié dans la vie, que d'avoir les deux mains, et d'aller dans la géhenne, dans le feu inextinguible, 44 là où leur ver ne meurt pas et où le feu ne s'éteint pas. 45 Et si ton pied est pour toi une occasion de chute, coupe-le: il vaut mieux pour toi d'entrer boiteux dans la vie, que d'avoir les deux pieds, et d'être jeté dans la géhenne, dans le feu inextinguible, 46 là où leur ver ne meurt pas et où le feu ne s'éteint pas. 47 Et si ton œil est pour toi une occasion de chute, arrache-le: il vaut mieux pour toi d'entrer dans le royaume de Dieu, n'ayant qu'un œil, que d'avoir deux yeux et d'être jeté dans la géhenne de feu, 48 là où leur ver ne meurt pas et où le feu ne s'éteint pas.»

Voir aussi 
Matthieu 5 : 29, 30. 

De toute évidence, Jésus parle ici 
de manière figurée. Il ne nous demande pas de nous couper une main ou un pied ou de nous arracher un œil ! 
Il s’agit ici d’avoir le contrôle sur nos actes, nos regards, nos pensées (les mains, les pieds et les yeux étant associés au péché).
Il s’agit également, d’être prêt à se défaire d’une chose précieuse afin de rester pur et fidèle à Dieu plutôt que de risquer de perdre sa faveur.
De la même manière, le feu, dans son sens figuré, symbolise la destruction éternelle et la disparition totale.


Qu’a voulu dire Jésus par « géhenne » ?

Nous avons vu précédemment que la Géhenne est associée à un lieu répugnant qui a été le témoin des pires cultes idolâtriques associés au cruel sacrifice d’enfants dans le feu. Ce lieu est directement associé à la condamnation de Juda par Dieu en raison de leur idolâtrie et de leurs pratiques immondes.

La Géhenne est aussi un lieu de réclusion pour pestiférés et lépreux qui ne peuvent se mêler à la population.
Enfin, elle deviendra un dépotoir à ordures et toutes sortes d’immondices dont on essaie de se débarrasser avec un feu entretenu de manière constante. Dans ce lieu fétide et nauséabond, on jette parfois les cadavres de certains criminels.   

La Géhenne est associée 
à la destruction totale et définitive, au rejet, à la condamnation, sans espoir de résurrection
. Les individus qui périssent dans la géhenne ont été condamnés à la destruction éternelle et ne reviendront pas.

Ainsi, quand Jésus tance les pharisiens, il les prévient en quelque sorte que s’ils ne changent pas, ils mériteront la destruction éternelle sans espoir de résurrection car ils agissent en connaissance de cause. Ils ont appris des passages entiers des saintes Écritures et pourtant leur cœur est mauvais, ils sont plein d’orgueil et dépourvus du moindre sentiment d’Amour pour leur prochain. En plus de cela, ils se ferment au seul moyen de salut prévu par Dieu : Jésus-Christ qu’ils dénigrent et rejettent, allant même jusqu’à le faire tuer !

Sans aucun doute, ces personnages qui se considèrent eux-mêmes comme très importants méritent la Géhenne. Ils ne seront pas ressuscités et ne bénéficieront pas des effets du sacrifice rédempteur de Jésus-Christ.

 


Olivier                                                                                
 Pour laisser un commentaire, c'est ici !