Veillons à l'édification de nos pensées


 

« Enfin, frères, nourrissez vos pensées de tout ce qui est vrai, noble, juste, pur, digne d'amour ou d'approbation, de tout ce qui mérite respect et louange » Philippiens 4 :8. 
« 
Celui qui ferme les yeux pour méditer des pensées perverses, qui se mord les lèvres, a déjà accompli le mal » Proverbes 16 :30. 
« 
Eh bien, moi je vous dis : Si quelqu'un jette sur une femme un regard chargé de désir, il a déjà commis adultère avec elle dans son cœur» Mat 5 :28. 
« 
Nous renversons les raisonnements et tout obstacle qui s'élève avec orgueil contre la connaissance de Dieu, et nous faisons toute pensée prisonnière pour qu'elle obéisse à Christ» 2 Corinthiens 10 :5. 
« 
Un homme est aujourd’hui ce qu’il est, mais il deviendra demain le résultat de ses pensées ».   Mahatma Gandhi
« Ce sont les pensées d’un homme qui déterminent sa vie. »    Marc Aurèle
« Là où se trouve une volonté, il existe un chemin. »   Winston Churchill

 


 Les pensées négatives que nous intériorisons poussent au découragement et à l’échec

Lorsque l’on a vécu des moments difficiles, la douleur, la frustration, le sentiment d’injustice, la colère, la culpabilité, la tristesse, la rancune, la peur…. peuvent continuer à nous décourager et nous faire souffrir longtemps après. 
Les évènements appartiennent au passé, certes, mais leur souvenir continue d’exister sous forme de pensées bien réelles et peut constituer un obstacle infranchissable. 

Psaumes 69 :21 : « L'insulte me brise le cœur, et je suis anéanti; j'attends de la pitié, mais il n'y en a pas, des consolateurs, et je n'en trouve aucun. »

Ces pensées négatives semblent s’enraciner au plus profond de nous et ressortir régulièrement pour nous rappeler de ne pas oublier, d’être prudent.
Pour se débarrasser de ses émotions qui nous empoisonnent la vie, il est important 
que justice soit faite, que les choses soient dites et entendues, sinon elles risquent de nous hanter pour le reste de notre vie et influencer fortement chacune de nos décisions. 
Ayons conscience que si nous continuons à ressasser nos anciennes douleurs, nous permettons à nos offenseurs de continuer à nous faire du mal.

Job 21 :25 : « Tel autre va s'éteindre l'amertume dans l'âme, sans avoir goûté au bonheur. »

Rappelons-nous, 
pour qu’il y ait guérison il faut qu’il y ait justice et réparation. N’hésitons pas à faire les démarches nécessaires auprès des personnes compétentes si nécessaire, comme par exemple faire appel aux autorités judiciaires si nous avons été victimes d’atteintes sexuelles quelles que soient leur forme et qui que soit l’agresseur. 
Nous avons le devoir de protéger notre intégrité personnelle. 
Nous pouvons 
prier Dieu de nous donner la force d’affronter nos angoisses et de nous aider à relever la tête pour que nous puissions vivre pleinement notre vie.

Philippiens 4 :6, 7 : « 6 Ne vous inquiétez de rien, mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, dans une attitude de reconnaissance. 7 Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce que l'on peut comprendre, gardera votre cœur et vos pensées en Jésus-Christ. »


 Nos pensées déterminent nos actions

La Bible nous met clairement en garde contre les 
pensées perverses que nous laisserions se développer dans notre esprit.
Proverbes 16 :30 : « Celui qui ferme les yeux pour méditer des pensées perverses, qui se mord les lèvres, a déjà accompli le mal. »

Si nous nourrissons notre esprit de mauvaises pensées, il est fort probable que nous passerons à l’acte dès que l’occasion nous en sera donnée. La pensée perverse induit 
le désir mauvais. Et le désir grandit dans notre cœur jusqu’au jour où il devient plus fort que notre volonté d’obéir à Dieu.
Jacques 1 :14, 15 : « 14 Mais chacun est tenté quand il est attiré et entraîné par ses propres désirs. 15 Puis le désir, lorsqu'il est encouragé, donne naissance au péché et le péché, parvenu à son plein développement, a pour fruit la mort. »

Rappelons-nous l’exemple d’
Amnon, le fils aîné de David qui a nourrit dans son cœur un fort désir sexuel pour sa demi-sœur Tamar
2 Samuel 13 :2 ; 11-14 : « Et il fut si tourmenté de cette passion, qu'il tomba malade pour l'amour de Tamar sa sœur, car elle était vierge; et parce qu'il semblait trop difficile à Amnon de rien obtenir d'elle. 
11 Comme elle les lui présentait à manger, il l'attrapa et lui dit: «Viens, couche avec moi, ma sœur.» 12 Elle lui répondit: «Non, mon frère, ne me déshonore pas, car on n'agit pas de cette manière en Israël. Ne commets pas cet acte odieux! 13 Où irais-je, moi, traîner ma honte? Et toi, tu serais comme l'un des plus ignobles en Israël.» 14 Mais il ne voulut pas l'écouter. Il se montra plus fort qu'elle et il la viola, il coucha avec elle. »


L’Amour qui semblait auparavant si fort dans le cœur d’Amnon se change alors en haine et il chasse Tamar de manière impitoyable, il la fait mettre dehors par un serviteur. 
La détresse de Tamar et à son comble, le récit se poursuit avec l’assassinat d’Amnon par son frère Absalom.

Jésus avait fait une mise en garde à tous les chrétiens qui seraient tentés de nourrir des désirs sexuels illicites envers une autre personne que son conjoint.
Matthieu 5 :28 : « Eh bien, moi je vous dis : Si quelqu'un jette sur une femme un regard chargé de désir, il a déjà commis adultère avec elle dans son cœur. »
L’homme se rend 
coupable dans son cœur avant même d’être passé à l’action. 

N’oublions pas que Dieu voit tout, et qu’il scrute nos cœurs.
Jérémie 17 :10 : « Moi, l’Éternel, j'explore le cœur, j'examine les reins pour traiter chacun conformément à sa conduite, au fruit de ses agissements. »


 Nos pensées influencent le comportement des autres.

Les relations humaines sont des boucles de rétroaction. Nos croyances sur les autres se manifestent dans notre regard et dans notre attitude. Les gens deviennent en général ce que l’on croit qu’ils sont. Les gens perçoivent ce que l’on pense d’eux.
Si l’on est méfiant ou défensif, ils mobilisent aussi leurs comportements défensifs qui empêchent de construire une relation amicale. Le regard que l’on pose sur les gens détermine nombre de leurs comportements à notre égard.

Tout comme nos croyances sur nos capacités influent sur nos réalisations, de la même façon, nos jugements sur les aptitudes des autres influent sur leurs compétences. 
L’opinion des professeurs sur les capacités de leurs élèves sont déterminants de leurs résultats. Un œil encourageant et confiant libère la personne des tensions qui l’empêchent de manifester ses compétences. 
Croire au positif nous mène à repérer davantage les qualités recherchées et donc à encourager la personne.
Donnons ainsi aux autres l’occasion de nous montrer leurs bons côtés. Donnons-leur la possibilité de changer, d’évoluer, de nous surprendre plutôt que de les enfermer dans les limites de nos jugements. 

2 Corinthiens 2 : 6, 7 : « 6 Le blâme qui lui a été infligé par la majorité d'entre vous est suffisant pour cet homme. 7 Maintenant, au contraire, vous devez plutôt lui pardonner et l'encourager, de peur qu'il ne soit accablé par une tristesse excessive. »
Notre regard a le pouvoir de créer le bonheur autour de nous. Faisons en sorte qu’il soit positif et encourageant et nous constaterons les effets de nos pensées partout où nous regarderons.


 Nourrissons nos pensées de choses positives, édifiantes et encourageantes

L’être humain est le reflet de ses pensées. Si nos pensées sont pleines de doutes et que nous avons un esprit fermé, nous agirons selon nos pensées et donc nous verrons autour de nous autant de raisons qui confirment notre façon de penser.
Si, au contraire, nous décidons d’avoir un esprit ouvert et positif, nous agirons selon des pensées créatrices et nous bénéficierons des belles réalisations qui se mettront en place et confirmeront notre façon de penser.
Philippiens 4 :8 : « Enfin, frères et sœurs, portez vos pensées sur tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est digne d'être aimé, tout ce qui mérite l'approbation, ce qui est synonyme de qualité morale et ce qui est digne de louange ». 

Refusons donc les suggestions négatives sous toutes ses formes. Ce sont nos pensées  constructives, positives, pleines de respect, d’amour, de joie, de paix, qui construirons notre bonheur et qui contribueront à celui de notre entourage. Pensons qu’à tout instant le bonheur est en nous. Nous sommes le reflet de nos pensées.
1 Pierre 3 :8 : « Enfin, ayez tous les mêmes pensées et les mêmes sentiments, soyez pleins d'amour fraternel, de compassion, de bienveillance. »

La plupart des gens ne sont heureux qu’autant qu’ils sont résolus à l’être. 

La félicité ne dépend pas des conditions extérieures, elle est régie par 
notre attitude mentale. Oui, notre contentement ne vient pas de ce que nous avons, de ce que nous faisons, ni du lieu où nous nous trouvons ; il vient de ce que nous pensons. 
L’action et la pensée peuvent se produire simultanément. Ainsi, si nous décidons d’être souriant et joyeux, nous nous forcerons à sourire et à marcher de façon enjouée et nos émotions s’harmoniseront avec notre comportement extérieur.
La puissance de notre mental est telle que nous pouvons, si nous le désirons, être joyeux combien même cette qualité nous fait défaut.
Nous n’avons pas envie de sourire. Et bien forçons-vous à sourire ! Agissons comme si nous étions déjà vraiment heureux, et cela tendra à nous rendre heureux. Il est certain que le plus sûr moyen de connaître le bonheur est de 
contrôler nos pensées.

 


Olivier                                                                                 
 Pour laisser un commentaire, c'est ici !

 


Veillons à l'édification de nos pensées, ayons des pensées édifiantes comme le demande la Bible, la parole de Dieu