Trinité - L’histoire de la doctrine de la Trinité - Résumé


L’histoire de la doctrine de la Trinité - Résumé


 

 

 Les triades ont toujours existé

Des
 triades (ensemble de 3 divinités complémentaires) ont été retrouvées dans toutes les régions du monde.
Certaines triades se sont inspirées des astres (comme la triade mésopotamienne ShamashSin et Ishtar). D’autres triades sont composées de familles (comme la célèbre triade égyptienne IsisOsiris et Horus). Enfin, d’autres encore font référence aux trois grandes fonctions de la société : le sacré, le pouvoir/la puissance militaire, la fécondité/fertilité (comme la triade précapitoline JupiterMars et Quirinus).

Lien - Les Triades de dieux à travers les civilisations

 

Kudurru (stèle) du roi Melishipak 1er. Le soleil représente le dieu Shamash, le croissant de lune le dieu Sîn et l’étoile la déesse Ishtar – The family of Osiris. Osiris on a lapis lazuli pillar in the middle, flanked by Horus on the left and Isis on the right (22nd dynasty, Louvre, Paris) – Wikipedia – Trimurti (Brahma, Vishnou, Shiva) à Ellora, Inde – Triade palmyréenne (Malakbêl, Baalshamên et Aglibôl).

 

 

 

 L’empire romain et la triade capitoline

La 
triade capitoline désigne les trois divinités JupiterJunon et Minerve qui étaient honorées au temple de Jupiter Capitolin, sur le Capitole à Rome. Les cérémonies en l'honneur de la triade capitoline étaient organisées chaque année par le Grand Pontife ou Pontifex maximus

Constantin Ier et ses successeurs, même baptisés, ont pris eux aussi le titre de Pontifex maximus.
Aujourd'hui, ce titre est réservé au
 pape - également appelé Souverain pontife (Summus pontifex) ou Pontife romain (Pontifex romanus). Le règne d'un pape est appelé pontificat et l'ancien domaine papal était connu sous le nom d'États pontificaux.
Ainsi, le titre donné au pape, le chef de l'Eglise catholique, est directement lié au paganisme romain et au culte des triades.

La triade capitoline désigne les trois divinités Jupiter, Junon et Minerve honorées au temple de Jupiter Capitolin à Rome. Les cérémonies en l'honneur de la triade capitoline étaient organisées chaque année par le Grand Pontife ou Pontifex maximus.

Triade capitoline vénérée à Rome - wikipedia

 


 L’empire romain et la naissance de la doctrine de la Trinité

Les empereurs romains ont toujours eu pour principal souci l’
unité de l’empire qui était immense et qui regroupait des peuples très différents. C’est la raison pour laquelle ils avaient institué le culte de l’empereur, seul culte obligatoire qui symbolisait la fidélité à Rome.

 

En 324Constantin 1er règne sur la totalité de l’Empire romain (après avoir battu Licinius, empereur d’orient). 
Il constate des dissensions au sein du christianisme.

En effet, un conflit a surgi au sein de l’église d’Alexandrie au sujet de la nature du Christ, la question soulevée était de savoir si Jésus avait été créé ou s’il était incréé comme Dieu (Prov 8 :22).

Pour Alexandre, l’évêque d’Alexandrie, le Fils est incréé, tandis que pour Arius, l’un de ses prêtres, le Fils est créé et subordonné à son Père. Pour Arius, Jésus n’est pas Dieu, seul le Père est Dieu.

Ce conflit s’est ensuite propagé dans toute la population qui s’est retrouvée divisée.

 

Craignant un schisme qui mettrait à mal l’Empire, Constantin décide de réunir un concile afin de rétablir la paix religieuse et rassemble des représentants de presque toutes les tendances du christianisme. Il est urgent, à ses yeux, de consolider l’unité de l’Empire.

Constantin intervient dans les querelles théologiques et ouvre en personne le concile de Nicée en 325 et inaugure  le césaropapisme  (pouvoir à la fois temporel et spirituel).


Après plusieurs mois de débats, la thèse d’Arius est rejetée et la conception de « 
Jésus Dieu » est imposée (le Fils est de « même substance » que le Père).
Les partisans d’Arius et ceux qui soutiennent la même conception sont considérés, jusqu'à nos jours, des ennemis du christianisme.

 

L’édit de Thessalonique en 380 et le concile de Constantinople en 381 aboutiront à la définition complète de la doctrine de la Trinité en y ajoutant la troisième personne ou hypostase : le Saint Esprit.

Les 3 hypostases sont mises sur un même pied d’égalité, toutes les 3 sont « Dieu ». 
« 
nous croyons en l'unique Divinité du Père et du Fils et du Saint-Esprit, dans une égale Majesté et une pieuse Trinité. » - édit de Thessalonique.
« 
L’Esprit Saint qui est Seigneur et qui donne la vie ; il procède du Père ; avec le Père (et le Fils) il reçoit même adoration et même gloire ; il a parlé par les prophètes.» - concile de Constantinople

 

En 381, la confession de foi appelée "Symbole de Nicée-Constantinople" ou Credo est ainsi définitivement établie. La doctrine de la trinité est alors bien définie et imposée dans tout l’Empire. 

Ceux qui n’adhèrent pas à cette doctrine en faisant partie de la religion catholique sont persécutés.

« Nous ordonnons que ceux qui suivent cette loi prennent le nom de Chrétiens catholiques et que les autres, que nous jugeons déments et insensés, assument l'infamie de l'hérésie. Leurs assemblées ne pourront pas recevoir le nom d'églises et ils seront l'objet, d'abord de la vengeance divine, ensuite seront châtiés à notre propre initiative que nous avons adoptée suivant la volonté céleste. » - Les empereurs GratienValentinien II et Théodose Augustes. Édit de Thessalonique.

 

 

En 381, la confession de foi appelée "Symbole de Nicée-Constantinople" ou Credo est ainsi définitivement établie. La doctrine de la trinité est alors bien définie et imposée dans tout l’Empire. Ceux qui n’adhèrent pas à la Trinité sont persécutés.

 L'empereur Constantin (au centre), avec les évêques du concile de Nicée (325), tenant anachroniquement le texte du « symbole de Nicée-Constantinople » dans sa forme liturgique grecque, fondée sur le texte adopté - wikipedia


 

 Quelques déclarations retrouvées dans plusieurs dictionnaires et encyclopédies

L’encyclopédie britannique, bien que ne remettant pas en cause la doctrine de la Trinité en elle-même, reconnaît qu’un long chemin sépare Jésus et les premiers chrétiens de l’adoption finale du dogme.

Les éditeurs de l’Encyclopédie britannique ont écrit: « Neither the word “Trinity” nor the explicit doctrine appears in the New Testament, nor did Jesus and his followers intend to contradict the Shema in the Hebrew Scriptures: “Hear, O Israel: The Lord our God is one Lord” (Deuteronomy 6:4). Encyclopaedia Britannica

Lien - encyclopédia britannica

Ce qui traduit ressemble à ce qui suit:
« Ni le mot « Trinité » ni sa doctrine n’apparaît de manière explicite dans le Nouveau Testament. Jésus et ses disciples n’ont jamais contredit la confession de foi des Écritures hébraïques : ‘Écoute, Israël, Yahvé notre Dieu est Yahvé-Unique. » - Deutéronome 6:4

Après avoir expliqué que la doctrine s’est développée de manière graduelle sur plusieurs siècles, ils ajoutent: “The Council of Nicaea in 325 stated the crucial formula for that doctrine in its confession that the Son is “of the same substance [homoousios] as the Father,” even though it said very little about the Holy Spirit.
 Over the next half century, St. Athanasius defended and refined the Nicene formula, and, by the end of the 4th century, under the leadership of St. Basil of Caesarea, St. Gregory of Nyssa, and St. Gregory of Nazianzus (the Cappadocian Fathers), the doctrine of the Trinity took substantially the form it has maintained ever since”. (1976), Micropædia, Vol. X, p. 126.

Traduction :
 Le concile de Nicée en 325 établit les bases de cette doctrine en adoptant une confession de foi selon laquelle le Fils est « de la même substance que le Père », bien qu’il ne dise presque rien sur l’esprit saint. Au cours du demi-siècle qui a suivi, St Athanase a défendu et affiné le symbole de Nicée, et, vers la fin du IVe siècle, sous la direction de St Basile de Césarée, St. Grégoire de Nysse  et St. Grégoire de Nazianze (les Pères de Cappadoce), la doctrine a pris la forme qu’elle a gardé depuis.

Lien - encyclopédie

Dans l’encyclopédie américaine, nous pouvons lire:
Christianity derived from Judaism and Judaism was strictly Unitarian [believing that God is one person]. The road which led from Jerusalem to Nicea was scarcely a straight one. Fourth century Trinitarianism did not reflect accurately early Christian teaching regarding the nature of God; it was, on the contrary, a deviation from this teaching.”—(1956), Vol.
 XXVII, p. 294L.

Ce qui traduit donne : « 
Le christianisme dérive du judaïsme qui était strictement unitarien (croyant que Dieu est UN). Le chemin parcouru depuis Jérusalem jusqu’à Nicée était loin d’être une ligne droite. Le Trinitarisme du 4e siècle ne reflétait pas de manière exacte les enseignements des premiers chrétiens en ce qui concerne la nature de Dieu, mais au contraire, une déviation de cet enseignement ».

L’encyclopédie précise que les premiers chrétiens considéraient Jésus comme le divin Fils de Dieu, le Messie ressuscité et glorifié, maintenant à la droite de Dieu (donc rien qui les lie au dogme de la Trinité).
"For the early Christian belief that Jesus was divine, the Son of God, and that as the risen, glorified Messiah or Lord, He was now at the right hand of God: required the use of theistic language." (Encyclopedia Americana, Trinity, p116)

Dans le Nouveau Dictionnaire Universel, nous pouvons lire :
« Le dogme de la Trinité ne fut complété qu’en l'an 381, au concile de Constantinople, où fut décrétée la procession du Saint-Esprit, du Père et du Fils. Quoi qu'il en soit, la trinité platonique, qui ne fut elle-même au fond qu'une sorte d'arrangement, de disposition  nouvelle, des trinités plus anciennes des peuples qui avaient précédé, nous paraît bien être la trinité philosophique, rationnelle, c'est-à-dire la trinité d'attributs qui a donné naissance à la triplicité d'hypostases ou de personnes divines des Églises chrétiennes. » - Gallica

Lien - Gallica

Le lien est ici directement fait avec les trinités ou 
triades divines plus anciennes.

La définition trinitaire selon laquelle l’esprit saint était désormais considéré comme une personne d’égale importance à Dieu n’a été établie 
qu’en 381 au concile de Constantinople, soit 350 ans après l’effusion de l’esprit saint sur les 120 disciples réunis à Jérusalem à la Pentecôte de l’an 33.

 

« Ni le mot « Trinité » ni sa doctrine n’apparaît de manière explicite dans le Nouveau Testament. Jésus et ses disciples n’ont jamais contredit la confession de foi des Écritures hébraïques : ‘Écoute, Israël, Yahvé notre Dieu est Yahvé-Unique. » - Deu 6:4

FBI

 

 

 

 Conclusion

Le mot Trinité n’apparait à aucun endroit dans la Bible. 
La doctrine de la Trinité a été imposée par les 
empereurs romains surtout préoccupés de maintenir la paix religieuse et l'unité de l'Empire et habitués aux triades de dieux (comme la triade capitoline très vénérée à ce moment-là).

 

Cette doctrine a été imposée avec beaucoup de force et de violence tout au long de l'histoire, interdisant toute réflexion personnelle. De nombreux chrétiens sincères et soucieux d’adorer Dieu avec la vérité ont subi les plus abominables et impitoyables tortures qu’il soit possible à un être humain d’imaginer – les pires atrocités ont été commises au nom de Dieu par des chefs religieux chrétiens supposés le représenter sur terre !!
On peut s’interroger sur les raisons qui ont poussé le clergé et les puissants de ce monde, depuis le concile de Nicée, à imposer avec autant de cruauté une doctrine incompréhensible qui éloigne les gens du vrai Dieu… Ces religions ont les mains pleines de sang innocent. L'intolérance religieuse a, au final, poussé les gens à se détourner de Dieu.

Par ailleurs, les travaux de recherche minutieuse réalisés par 
Isaac Newton, un éminent scientifique motivé par un profond respect pour Dieu, ont démontré que deux versets falsifiés avaient été introduits dans la Parole de Dieu de façon à justifier la doctrine de la Trinité. Il s’agit des versets de 1Jean 5 :7 et 1Timothée 3 :16.
Les falsificateurs et ceux qui se complaisent dans cette falsification (de nombreuses traductions utilisées aujourd’hui contiennent encore ces versets falsifiés) auront des comptes à rendre à l’Auteur des Saintes Écritures.

Proverbes 30 :5, 6 : « 5 Toute parole de Dieu est pure. Il est un bouclier pour ceux qui cherchent refuge en lui. 6 N'ajoute rien à ses paroles! Il te reprendrait et tu apparaîtrais comme un menteur. »

Apocalypse 22 : 18-19 : « 18 Je le déclare à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre: Si quelqu'un y ajoute quelque chose, Dieu le frappera des fléaux décrits dans ce livre; 19 et si quelqu'un retranche quelque chose des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part de l'arbre de la vie et de la ville sainte, décrits dans ce livre.»

Enfin, des historiens et des chercheurs ont compris que la doctrine de la Trinité s’est développée sur plusieurs siècles pour atteindre sa définition actuelle en 
381 lors du concile de Constantinople. Ils expliquent que le christianisme dérive du judaïsme qui est strictement unitarien (Jéhovah est UN) et que rien dans les paroles de Jésus et des apôtres n’ont jamais contredit cet enseignement de base.
Le trinitarisme du 4e siècle ne reflète en rien les enseignements des premiers chrétiens en ce qui concerne la nature de Dieu. En effet les premiers chrétiens considéraient Jésus comme le divin Fils de Dieu subordonné à son Père, le Messie ressuscité et glorifié, maintenant à la droite de Dieu.

La doctrine de la Trinité, en dénaturant et en complexifiant l’image de Dieu, a éloigné les gens de leur Créateur car ils ne savent plus qui il est vraiment.
Et pourtant, apprendre à connaître Dieu et Jésus est primordial. En effet, Jésus lui-même a déclaré:

 

Jean 17:3: « Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ. » 

 

La doctrine de la Trinité, en dénaturant l’image de Dieu, a éloigné les gens de leur Créateur. Pourtant il est primordial de le connaître. Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ.

1001versets de la Bible

 

 

Olivier                                                                            Pour laisser un commentaire, c'est ici !

 

Sauf indication spéciale, les versets ont été tirés de la traduction Segond 21 


Écrire commentaire

Commentaires: 0