Apocalypse 18 : 7 : Babylone la grande a fait la fière et s'est plongée dans le luxe


Babylone la grande a fait la fière et s'est plongée dans le luxe


 

Apocalypse 18 : 7 : « Donnez-lui autant de tourment et de deuil qu'elle a fait la fière et s'est plongée dans le luxe. Parce qu'elle dit dans son cœur: 'Je siège en reine, je ne suis pas veuve et jamais je ne verrai le deuil', »

 
 

 Je siège en reine

 

Pendant des siècles, les clergés des différentes religions ont bénéficié d’une position prestigieuse, respectable et généralement très influente au sein de la population.

 

Tout au long du Moyen-Âge qui dure 1000 ans, et bien au-delà, dans une société rythmée au son des cloches de l’église et avant tout préoccupée par le salut éternel, l’Eglise occupe la première place. Tout chrétien baptisé lui doit obéissance sous peine d’être privé des sacrements : la communion, l’absolution voire les derniers sacrements au moment de la mort.

Les serviteurs de l'Église proviennent de différentes catégories sociales. Alors que les membres du bas clergé, moines et curés, sont recrutés dans le peuple, le haut clergé, évêques, cardinaux, est, lui, issu de la noblesse et partage ses privilèges, biens matériels et terres comprises.

 

L’Eglise s’autoproclame dispensatrice de la rédemption (canon 992).

C’est au début du xve siècle qu’apparaît le commerce des indulgences avec l’antipape Jean XXIII. Ces abus sont dénoncés par Jan Hus (1369-1415). En 1476, le pape Sixte IV décrète que les indulgences peuvent s'acheter pour réduire le temps de purgatoire. La vente des indulgences s’étend et s’intensifie même avec le développement de l’imprimerie.

Grâce à ce commerce des indulgences, certains prêtres vivent dans le luxe.
La plus célèbre des indulgences est celle accordée par le pape Léon X (1513-1521) à quiconque aiderait à la construction de la nouvelle basilique Saint-Pierre de Rome car il manquait de fonds.

La pratique des indulgences est de plus en plus perçue comme une forme de corruption au cours du XVIe siècle, corruption que dénonce le moine Martin Luther (1483-1546).

Le commerce des indulgences est le déclencheur de la Réforme protestante.

Martin Luther affiche ses 95 thèses le 31 octobre 1517 affirmant que personne n’est sauvé par des dons en argent ou des messes dites en son nom, mais par la grâce de Dieu. Il n’appartient pas en effet aux prêtres de monnayer l’accès au Paradis en désignant celui qui peut y entrer, c’est-à-dire les plus riches.

 

Le pouvoir va de paire avec la richesse, ce que dénonce la réforme protestante au XVIe siècle. Cependant au lieu d’aller vers plus de simplicité telle que l’a enseigné le Christ, la contre-réforme catholique, en réaction à la montée du protestantisme, fait construire des églises encore plus grandioses avec de riches décorations dans le but d’impressionner les foules et de faire revenir les gens au catholicisme.

 

Un exemple d'église de la Contre-Réforme : Sainte-Marie à Steyr (Autriche) 

Wikipédia Commons


Les meurs du clergé sont de plus en plus critiqués par la population. Une réforme de l’Eglise est réclamée par les humanistes qui dénoncent des injustices.

 

Dans ce but, le concile de Trente va se dérouler à partir de 1545 sur 18 ans en 25 cessions. Il va permettre d’établir le dogme catholique de façon plus claire. Cependant, l’Eglise va garder les indulgences, l’inquisition, le purgatoire avec la nécessité des prières pour les défunts et le culte idolâtrique des saints.

Des ordres religieux comme l’ordre des Jésuites fondé en 1540 propagent la contre-réforme et permettent de contrecarrer l’expansion du protestantisme.

 

La puissance de l’Eglise catholique s’est encore maintenue par la suite sur plusieurs siècles pour connaître au cours du XXème siècle une chute des fidèles surtout dans nos sociétés occidentales.

Aujourd’hui la religion est devenue secondaire, occasionnelle, évènementielle, associée aux grandes étapes de la vie…

 

Il est à noter toutefois que dans le Catéchisme de l’Eglise catholique de 1992 (§ 1471-1479), l'Église réaffirme son droit à octroyer les indulgences. Elle précise que l'indulgence libère seulement de la « peine temporelle » du péché et non de la « peine éternelle ».

Si la pratique est moins courante que par le passé, elle subsiste clairement : ainsi, le Catéchisme recommande toujours, avec l'aumône et les œuvres de pénitence, l'usage des indulgences en faveur des défunts (§ 1032). 

 

Dans d’autres pays du monde, la religion apparaît encore puissante, influençant les vies individuelles et familiales. Souvent elle se mêle intimement à la politique et influe sur les grandes décisions gouvernementales.

 
 

 Je ne suis pas veuve et jamais je ne verrai le deuil

 

L’épouse spirituelle de Dieu est symbolisée en Apocalypse chapitre 12 par une femme revêtue du soleil, portant une couronne de 12 étoiles et posant ses pieds sur la lune.

Cette femme personnifie l’organisation spirituelle fidèle de Dieu composée de Jésus-Christ, des anges, des cohéritiers du Christ. Sur terre, elle est représentée par les fidèles chrétiens.

 

Voir - Lien La femme céleste

 

Cette femme fidèle est en tout point différente de la femme dépravée qui chevauche la bête sauvage à 7 têtes et 10 cornes et qui est ivre du sang des saints.

 

Babylone la grande, prétend représenter Dieu sur terre, son « époux » spirituel.

Seulement, loin d’être une épouse fidèle, elle s’est prostituée avec les rois de la terre.

 

Par ailleurs, d’après les versets lus précédemment, ses propres amants vont se retourner contre elle, la dévaster et la détruire (Ap 17 : 16, 17). Personne ne viendra à son secours. Tous se tiendront à l’écart pour assister à sa chute et se lamenteront plus tard quand elle n’existera plus (Ap 18 : 9-11).

 

Voir - Lien Ap 17:6: Les 10 cornes détesteront la prostituée


Voir - Lien Ap 17:17: Dieu leur a mis à coeur de réaliser son projet


Olivier                                                                              Pour revenir à Apocalypse chapitre 18 c'est ici

 


Écrire commentaire

Commentaires: 0